3 min de lecture Ligue 1 Conforama

OM : comment Marseille est redevenu un candidat sérieux à la Ligue des champions

ÉCLAIRAGE - L'OM a conforté sa 2e place en Ligue 1 avec une belle marge sur Lille ou Lyon en signant face à Bordeaux (3-1) une sixième victoire consécutive, dimanche 8 décembre.

Bouna Sarr, Valère Germain, Morgan Sanson, Valentin Rongier et Boubacar Kamara avec Marseille le 8 décembre 2019
Bouna Sarr, Valère Germain, Morgan Sanson, Valentin Rongier et Boubacar Kamara avec Marseille le 8 décembre 2019 Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune
et AFP

"On est une vraie équipe de chiens". Les mots de Morgan Sanson après la victoire renversante face à Bordeaux (3-1) en clôture de la 17e journée de Ligue 1, dimanche 8 décembre, ne suffisent pas à expliquer la métamorphose de l'OM. Mais ils l'expliquent en partie. Incapable de battre un "gros" du championnat sous Rudi Garcia, le Marseille d'André Villas-Boas vient d'enchaîner une sixième victoire de rang.

Depuis le 2 décembre, le club phocéen a accroché à son tableau de chasse Lille (2-1), Lyon (2-1), Toulouse (0-2), Brest (2-1), Angers (0-2) et donc les Girondins. "C'est la première fois que ça m'arrive de gagner six matches d'affilée", a poursuivi Sanson, auteur du deuxième but (60e) contre Bordeaux. De fait, l'Olympique de Marseille vient de signer sa meilleure série depuis août-octobre 2014. 

À deux journées de la trêve hivernale, l'OM est solidement installé à la 2e place du championnat, à 5 points du PSG mais surtout avec 6 longueurs d'avance sur Lille (3e) et 9 sur Lyon (7e). Avec un déplacement à Metz (18e) et la réception de Nîmes (19e), les supporters olympiens peuvent rêver de faire le plein d'ici à la fin de l'année. Et de retrouver en fin de saison cette phase de poules de Ligue des champions qu'ils n'ont plus connue depuis la saison 2013-2014.

Amavi, symbole de la confiance retrouvée

Mené depuis la demi-heure de jeu et un but magnifique de Yacine Adli (31e), l'OM a renversé Bordeaux grâce notamment à la rédemption achevée de Jordan Amavi. Ballottée en première période, Marseille n'a pas douté plus longtemps après la pause, réveillée par un joueur qui s'y connaît en doutes. Sur un corner de Dimitri Payet, Amavi a traversé le ballon d'une tête rageuse (48e), comme s'il y mettait toute la frustration accumulée depuis de longs mois. 

À lire aussi
Le Parc des Princes vide le 15 avril 2016 Ligue 1 Conforama
Coronavirus : les stades rouvrent en France, avec public limité et protocole

Lui le proscrit, revenu à son meilleur niveau il y a quelques semaines, a eu le plaisir d'entendre le public scander son nom, après des mois de sifflets depuis son arrivée en août 2017. "Le but d'Amavi nous a donné ce boost de confiance qui nous a manqué en première période, a souligné l'entraîneur portugais André Villas-Boas, qui a toujours maintenu sa confiance à l'ancien Niçolis. Après on a fait un match parfait". 

Villas-Boas a tout bon

60e minute : le pressing étouffant de Valère Germain (titularisé en l'absence de Dario Benedetto, légèrement blessé) et Valentin Rongier dans la surface bordelaise pousse Otavio à la faute. La relance du défenseur brésilien atterrit dans les pieds de Sanson. Contrôle, frappe imparable du droit pour Benoît Costil. 2-1. L'ancien Montpelliérain redevient lui aussi tranchant après deux saisons à stagner. 

La joie et la confiance sont encore sensibles quand Nemanja Radonjic, langue tirée et oreilles écartées, célèbre le but du paquet cadeau final, même s'il est finalement accordé contre son camp à Aurélien Tchouaméni (92e). Avec deux buts et cette dernière action décisive, le Serbe s'impose comme un super remplaçant depuis quatre rencontres et valide les choix d'un coach en pleine réussite, comme son équipe.

Et Thauvin n'est pas là...

Depuis la calque reçue à Paris (4-0), Marseille a marqué au moins deux buts par match, 13 au total, et n'en a encaissé que quatre. Symbole de l'état d'esprit conquérant, Dimitri Payet, maître à jouer qui se met même à défendre, au point de relancer le débat sur son retour en équipe de France. Solide, joueur, hargneux, efficace, cet OM semble posséder les armes pour réaliser une grande saison. D'autant que Florian Thauvin sera de retour, si tout va bien, début 2020.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ligue 1 Conforama Olympique de Marseille
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants