1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. OL-OM : arrêter un match au moindre incident, "c'est la solution" pour le député Sacha Houlié
2 min de lecture

OL-OM : arrêter un match au moindre incident, "c'est la solution" pour le député Sacha Houlié

INVITÉ RTL - Stopper une rencontre comme Lyon-Marseille après un jet de bouteille sur Payet "a l'avantage très clair de n'avoir besoin d'aucune modification de la législation ni de la réglementation", explique le député LaREM.

Sacha Houlié à Poitiers le 16 juin 2017
Sacha Houlié à Poitiers le 16 juin 2017
Crédit : GUILLAUME SOUVANT / AFP
OL-OM : arrêter un match au moindre incident, "la solution" pour le député Sacha Houlié
06:18
Gregory Fortune
Gregory Fortune

Dimitri Payet touché par une bouteille d'eau à la tête. L'affiche de la 14e journée de Ligue 1 entre Lyon et Marseille s'est arrêtée après moins de cinq minutes de jeu, dimanche 21 novembre. A-t-on assisté à l'incident de trop, celui qui va enfin faire bouger les lignes ? 

Le député La République En Marche de la Vienne Sacha Houlié estime que, "d'abord, la bonne décision a été prise par l'arbitre, celle de ne pas reprendre le match. C'était une décision différente qui avait été prise il y a quelques mois à Nice, avec un simulacre de reprise et avec un  match qui a été donné à rejouer. Ça veut dire qu'on en a tiré les leçons".

"Ensuite, il aurait fallu mieux préparer ce match, poursuit le spécialiste des questions de hooliganisme, auteur d'un rapport sur le sujet. Comme à Nice, il n'y avait pas de filets de protection. Comme à Nice, les autorités, le club qui reçoit et la préfecture, ont laissé des conditions qui ont pu entraîner ce genre de débordements. En revanche, pas comme à Nice, on a pu interpeller très rapidement l'auteur et il sera traduit devant les tribunaux".

Dissoudre les associations d'ultras ? Absolument pas

Sacha Houlié

Que chaque personne dans un stade sache qu'au moindre incident la rencontre peut être annulée, c'est peut-être ça la solution ? "C'est la solution, et en plus ça a l'avantage très clair de n'avoir besoin d'aucune modification de la législation ni de la réglementation. C'est possible en l'état. C'est ce qui aurait dû être fait à Nice, c'est ce qui a été fait hier soir", en dépit de la longue attente qui a précédé l'arrêt définitif.

À écouter aussi

Faut-il, enfin, dissoudre les associations d'ultras ? "Absolument pas, estime l'homme de 33 ans. Ce qui a permis de faire progresser la situation dans les stades, c'est d'abord la création de l'instance nationale du supporterisme. D'ailleurs, elle n'a pas été réunie depuis deux mois, et depuis deux mois on constate tous ces débordements. Ensuite, la personne qui a été interpellée hier ne faisait pas partie d'un groupe de supporters, selon les premières informations".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/