2 min de lecture Ligue des champions

Lyon-Leipzig : "Le supporter sera sanctionné de manière très ferme", promet Aulas

RÉACTION - Des heurts ont éclaté entre plusieurs joueurs lyonnais et des supporters ultras du virage nord du Parc OL après la qualification pour les 8es de finale de la Ligue des champions, mardi 10 décembre. "Ce n'est pas excusable", a lancé le président Jean-Michel Aulas.

>
Lyon-Leipzig : "Le supporter sera sanctionné de manière très ferme", promet Aulas Crédit Image : ROMAIN LAFABREGUE / AFP | Crédit Média : Willy Maisonnasse | Durée : | Date :
Gregory Fortune
Gregory Fortune
et AFP

Une qualification pour les 8es de finale arrachée à moins de 10 minutes de la fin du temps réglementaire mais une fête en partie gâchée par certains supporters au coup de sifflet final. Lyon a vécu une soirée mouvementée sur et en dehors du terrain, mardi 10 décembre, face à Leipzig (2-2) lors de la dernière journée de la phase de poules de la Ligue des champions. 

Sur les coups de 22h55, Rudi Garcia et ses joueurs ont levé les bras au ciel. C'est grâce au but de Memphis Depay à la 82e minute et au succès du Benfica Lisbonne contre le Zénith Saint-Pétersbourg (3-0) que Lyon est passé devant les Russes à la 2e place du groupe H. Mais la célébration a duré l'instant d'une photo. Quelques minutes plus tard, des heurts ont éclaté entre des ultras et plusieurs joueurs. Une banderole stigmatisant le défenseur brésilien Marcelo ("Marcelo dégage") a déclenché la colère. 

Le capitaine Depay a ainsi accouru pour arracher la banderole avant que la sécurité n'intervienne et ne sépare plusieurs joueurs lyonnais, dont Houssem Aouar et Anthony Lopes, et quelques supporters. "J'ai couru pour lui dire 'Détends-toi, et pose ce drapeau gênant pour tout le monde', a déclaré le Néerlandais. Ils nous ont craché dessus, sur des joueurs. Je n'ai jamais vu quelque chose comme ça".

C'est moi qui décide et non pas les supporters

Jean-Michel Aulas
Partager la citation

En fin de soirée, le président Jean-Michel Aulas a assuré vouloir prendre des sanctions. "Un club, ce sont les dirigeants, les joueurs, les supporters et il ne peut pas y avoir de distorsion. C'est moi qui décide et non pas les supporters", a déclaré le patron de l'Olympique lyonnais. "Memphis a été grand, il est le capitaine et il a pris ses responsabilités, a poursuivi 'JMA', qui a affirmé que "le supporter (qui tenait la banderole) serait sanctionné de manière très ferme".

À lire aussi
Thomas Tuchel et Marquinhos avec le PSG le 18 septembre 2019 Paris Saint-Germain
PSG : Marquinhos forfait pour le 8e de finale aller de Ligue des champions ?

"Je ne veux pas que les gens insultent les joueurs, a conclu l'homme de 70 ans. Ce n'est pas excusable. J'avais proposé aux groupes de supporters de les rencontrer car je veux régler ce problème. C'est idiot d'avoir ces soucis après un match magnifique. Nous allons trouver des solutions".

Les groupes de supporters ultras sont en litige avec Marcelo depuis le déplacement à Lisbonne en Ligue des Champions, le 24 octobre. Vendredi 6 décembre, après la victoire à Nîmes (4-0), les joueurs de l'OL ont refusé d'aller saluer les groupes de supporters qui s'en prenaient au défenseur brésilien.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ligue des champions Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants