4 min de lecture Ligue des champions

Ligue des champions : une Juve intraitable dispose de Monaco et file en finale

COMPTE RENDU - Les Piémontais sont les premiers qualifiés pour la finale après leur victoire 2-1 face à Monaco, lors du match retour mardi 9 mai

Daniel Alves face à Monaco le 9 mai 2017
Daniel Alves face à Monaco le 9 mai 2017 Crédit : Miguel MEDINA / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

L'ASM se trouvait devant une montagne, un Everest footballistique qu'elle n'a pas pu franchir et s'est inclinée 2-1 face à une Juventus inamovible. En étant obligée de renverser une Juventus imbattable à domicile après une défaite des Monégasques 2-0 lors de l'aller à Louis II, l'équipe de la Principauté devait faire un grand match. Et pour gagner sa partie de poker tactique face à Massimiliano Allegri, Leonardo Jardim  a décidé de tenter un bluff avec un passage à un brelan de 3 défenseurs centraux. Benjamin Mendy, titulaire à la place de Nabil Dirar blessé à l'échauffement, devait servir de rampe de lancement à gauche, avec Djibril Sidibé comme pendant à droite. 

Monaco voulait prendre le match en main ainsi que son destin. Mbappé trouvait le poteau mais était signalé hors-jeu, Falcao en capitaine exemplaire décochait une frappe des 25 mètres qui frôlait la barre de Gigi Buffon (6ème minute). La Juventus, comme elle sait parfois le faire, subissait sans dévoiler tout son jeu. Monaco devait de son côté ne pas faire d'erreur, à l'image de cette passe ratée par Bernardo Silva à la 20ème qui aurait pu être l'amorce d'un contre assassin. 

Assassin comme Gonzalo Higuain, capable de transformer une paire de deux en quinte fluch. À la 22ème minute, l'Argentin se retrouvait seul face à Subasic et piquait son ballon. Seule une intervention de Glik évitait le but de justesse. Higuain glissait ensuite une balle dans le dos de la défense vers Mandzukic, et Subasic sortait un arrêt digne du Buffon du match aller (25e). La Juve dévoilait ses atouts, ceux d'une immense équipe, et Monaco était en difficulté. Mandzukic encore lui, voyait sa tête passer de peu à côté à la suite d'un ballon mal dégagé. Une combinaison Pjanic-Dybala obligeait Raggi à se jeter pour contrer la frappe de l'ancien lyonnais (28e). Monaco prenait l'eau. 

La Juve a joué à sa main

Le jeu offensif de Monaco, aux circuits bien léchés depuis le début de saison, perdait de sa fluidité devant la stratégie collective turinoise. Les défenseurs adverses étaient des maîtres dans la lecture des choix monégasques. Et ce que l'on pressentait est arrivé. À la suite d'un contre lancé par Buffon à la main, le renversement de jeu aboutissait sur Daniel Alves dont le centre était déposé sur la tête de Mandzukic. Le coup de casque repoussé par Subasic revenait sur le Croate qui crucifiait son compatriote de près (33ème). 

À lire aussi
Jean-Michel Aulas le 30 août 2018 à Monaco sondage
Ligue 1 : Aulas a tort de contester l'arrêt de la saison selon 72% des Français

L'AS Monaco jouait haut, et prêtait le flanc aux chirurgicales passes des Bianconeri dans le dos de la défense. À la 38ème minute, Alves lançait Higuain dont la frappe était captée par Subasic. La Juventus avait de l'espace et chaque contre pouvait s'avérer létal, avec un Dybala stratège balle aux pieds. En face, Mbappé était remuant, disponible. Monaco tentait de jouer face à une densité adverse impressionnante grâce à une discipline tactique sans faille. En attaque, la Juve gâchait une occasion nette à la suite d'un ballon perdu par Mendy à 20 mètres de ses buts, Dybala n'était pas tranchant face au gardien adverse. Mais sur le corner, Subasic repoussait le centre aux 25 mètres sur Daniel Alves, seul. Le latéral brésilien armait une volée qui fusillait les joueurs du Rocher (44ème). À la pause, le suspense était mort, les Monégasques pouvait tenter de faire tapis mais l'improbable prenait des airs d'impossible. 

Mbappé seul à surnager

Au retour des vestiaires, la Juve jouait cartes sur table et développait un jeu loin des idées reçues, qui la perçoivent comme une équipe principalement forte en défense. Non, cette Juventus a des joueurs de football somptueux, à l'image d'un Paolo Dybala qui étalait sa classe durant 50 minutes avant d'être mis dans le coton par Massimiliiano Allegri pour la suite de la compétition et la finale du 3 juin. Le club de la Principauté semblait lui touché au moral. L'entrée de Fabinho à la place de Mendy intervenait trop tard. Mandzukic mettait encore la tête à la retombée d'un centre, mais ça passait au-dessus. 

Kylian Mbappé, irréprochable dans l'engagement et l'attitude, montrait qu'il avait un bel avenir en étant le seul à surnager. Après avoir butté sur Buffon, il profitait d'un corner joué à deux entre Bernardo Silva et Moutinho pour couper un centre du second et réduire l'écart au score avec cette Juventus (68ème minute). Ce n'était que le 3ème but encaissé par la Vielle Dame dans son antre. Monaco retrouvait de l'ardeur et le match se durcissait. Glik s'essuyait les crampons sur Higuain et 20 secondes plus tard, Mandzukic envoyait son avant bras sur le torse de Fabinho. Les 20 dernières minutes allaient être bouillantes, même si le résultat semblait acquis au final. L'AS Monaco faisait "all in" pour le dernier quart d'heure de sa magnifique épopée européenne. En vain, la Juventus l'emporte 2-1 et reste intouchable face à des clubs de Ligue 1 et ira défier sans doute le Real Madrid (ou l'Atlético) le 3 juin à Cardiff. Les hommes de Leonardo Jardim se consoleront avec un titre de champion de France qui n'attend qu'eux. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ligue des champions AS Monaco Juventus Turin
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants