1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Traversée de l'Atlantique à la rame : Guirec Soudée attendu en début de semaine prochaine à Brest
2 min de lecture

Traversée de l'Atlantique à la rame : Guirec Soudée attendu en début de semaine prochaine à Brest

Parti le 15 juin dernier des Etats-Unis, le marin devrait rallier sa Bretagne natale après une centaine de jours de mer ponctués de multiples péripéties

Guirec Soudée dans son embarcation (image d'archive)
Guirec Soudée dans son embarcation (image d'archive)
Crédit : Guirec Soudée Aventure
Frédéric Veille

Comme Gérard d’Aboville le 21 septembre 1980, Guirec Soudée accostera dans quelques jours Quai Malbert à Brest. Mais si le premier homme à traverser l’Océan Atlantique à la rame avait mis 71 jours et 23 heures à bord de son canot, "Capitaine Cook", le jeune Breton de 29 ans va mettre beaucoup plus temps pour effectuer les 5.200 kilomètres à la force des bras.

Il faut dire que Guirec Soudée n’a pas été épargné par les mésaventures. Parti le 15 juin dernier de Cap Cod dans le Massachusetts avec la ferme intention de rallier sa destination en août, le marin solitaire a d’abord été confronté à des courants contraires avant d’essuyer le 3 juillet dernier à 300 miles sud-est d'Halifax, en Nouvelle-Écosse, une énorme tempête avec des vents à plus de 50 nœuds et des creux de 6 mètres.
Depuis, Guirec Soudée n’a plus de moyens de communication par satellite ni d’ordinateur. Alors il poursuit sa route à l’ancienne avec un compas, une boussole, un thermomètre pour prendre la température de l’eau de mer et dès lors qu’il croise un navire, il communique par VHF.

Une équipe à terre sans nouvelle et inquiète

C’est ainsi qu’entre le 27 juillet et le 12 août, seul au milieu de l’océan, il a donné de grosses sueurs froides à son équipe à terre puisqu’il ne pouvait pas donner signe de vie avant finalement de rentrer en contact avec un chimiquier. Puis c’est ensuite avec les courants qu’il a fallu qu’il bataille puisque mi-septembre il s’est aperçu qu’il avait reculé de plusieurs dizaines de milles au point d’être revenu là où il était trois semaines plus tôt.

Désormais attendu en début de semaine prochaine selon son routeur à terre, Guirec Soudée passera la ligne au large du phare du Creac'h et sera ensuite remorqué jusqu’à l’entrée du goulet de Brest où il s’amarrera quai Malbert.

À lire aussi

"Guirec a réussi à appeler Maurice Uguen, son routeur, explique Alice Clayssens membre de l’équipe à terre. Il a emprunté furtivement le téléphone satellite d’un pêcheur sur zone, le temps de prendre la météo et donner sa position. Ce que nous craignions se confirme, Guirec subit de plein fouet l'effet de dérive due aux courants de marée. Guirec est très pressé d’arriver, il appréhende que le vent tourne en sa défaveur. Il sait qu’il peut en baver jusqu’au bout". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/