1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Tour de France 2022 : pourquoi Warren Barguil est plus qu'un simple électron libre
2 min de lecture

Tour de France 2022 : pourquoi Warren Barguil est plus qu'un simple électron libre

DANS LA ROUE DES FRANÇAIS (5/5) - Cette semaine, RTL passe au crible les Français attendus sur le Tour de France. Ce vendredi place à Warren Barguil, l'électron libre qui a ce petit quelque chose en plus.

Warren Barguil le 7 juin 2022
Warren Barguil le 7 juin 2022
Crédit : MARCO BERTORELLO / AFP
William Vuillez

Ce n'est peut-être pas celui qu'on attend le plus, pourtant il ne laisse jamais indifférent sur le Tour. Alors que s'élance la Grand Boucle de Copenhague ce vendredi, Warren Barguil arrive "avec sérénité". Quatrième des championnats de France ce dimanche, le Breton a confié à Cyclism'Actu que "les jambes sont bonnes". De quoi nous rassurer quand on sait que c'est sans complexe et presque sans attentes, qu'il est le plus dangereux. 

Forcé à l'abandon avant la 14e étape l'an dernier, Warren Barguil a sans doute une revanche à prendre. Une revanche sur un Tour qu'il connait bien, puisqu'il l'a arpenté déjà 7 fois à seulement 30 ans, avec de beaux résultats : 10e en 2017 et maillot à pois du meilleur grimpeur, 10e encore en 2019. 

Mais plus que cela, on le sait, Warren Barguil, co-leader de son équipe Arkéa Samsic avec Nairo Quintana, a toujours eu un rôle à part, celui d'électron libre qui aime prendre des risques et tenter sa chance

Une étincelle dans le peloton

Oui sur le papier, un Warren Barguil fait peut-être moins rêver qu'un Thibaut Pinot ou un Romain Bardet en montagne. Certainement que ces deux derniers auront plus de choses à jouer au classement général. Mais ces éléments laissent au Breton une grande liberté d'action, n'hésitant pas à dynamiter certaines étapes de montagne. Outre son remarquable Tour 2017, on se souvient aussi que c'était lui en 2019, maillot de champion de France sur les épaules, qui n'avait pas hésité à attaquer en premier dans les Belles Filles. 

À lire aussi

C'est là qu'est la force de Warren Barguil : casser un peu la physionomie de course. En montagne, le leader de la Team Arkéa Samsic sait qu'il n'a peut-être pas les mêmes jambes qu'un Pogacar ou un Roglic pour tenir trois semaines, et c'est en cela qu'il peut placer des attaques sans forcément représenter un danger pour ceux-ci. Il n'a surtout pas peur d'attaquer très tôt, de tenter sa chance, quitte à perdre gros, comme il l'avait fait dans le Tourmalet en 2019 : "Si on n'attaque pas, on ne sait pas", disait-il au micro de RMC Sport.

Objectif : faire comme en 2017

Dans une course assez aseptisée depuis quelques années, où les équipes de leaders, Ineos d'abord et la Jumbo depuis 3 ans, imposent un tel rythme qu'il est devenu difficile d'attaquer, Warren Barguil apporte ce petit vent de fraîcheur. Cette année encore, le Breton ne sera pas concentré sur le général. "Le classement général sur le Tour de France, c’est désormais terminé", affirme-t-il dans un entretien au Télégramme.

Et ça tombe bien, selon notre baromètre Odoxa, 61% des amateurs de cyclisme souhaitent qu'il se concentre sur les victoires d’étapes. Une volonté partagée par le Breton, avec une petite astérisque concernant le maillot à pois. "Ça pourrait devenir un objectif. Pour le jouer, il faudra absolument être devant sur certaines étapes riches en points. Comme le classement général reste bien verrouillé, il y a de plus en plus de candidats au maillot à pois", explique-t-il.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/