3 min de lecture Sondage

L1, Top 14... : une majorité de Français préfère l'attente à une reprise à huis clos

LE BAROMÈTRE - Le dernier sondage réalisé par Odoxa pour RTL et Groupama porte samedi 30 mai sur la reprise des compétitions sportives et sur l'impact économique de leur arrêt en raison de l'épidémie de coronavirus.

Dimitri Payet au duel avec Angel Di Maria lors de PSG-OM le 27 octobre 2019
Dimitri Payet au duel avec Angel Di Maria lors de PSG-OM le 27 octobre 2019 Crédit : Martin BUREAU / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune
Journaliste RTL

Une majorité de Français (53% contre 47%) préfère que l’on attende que les spectateurs puissent revenir dans les stades même avec un maximum de de 5.000 personnes avant de reprendre les compétitions sportives. Voici le principal enseignement du dernier sondage réalisé par Odoxa pour RTL et Groupama. 

L'enquête a été réalisée selon la méthode des quotas sur internet les jeudi 28 et vendredi 29 mai 2020 auprès d'un échantillon de 1.005 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus, parmi lesquelles 624 amateurs de sport. Ces derniers sont en revanche légèrement plus nombreux (51%) à vouloir une reprise le plus vite possible, même à huis clos.

1. Une majorité de Français souhaite attendre

Parmi toutes les annonces faites par Edouard Philippe jeudi 28 mai, une a retenu l’attention du sport professionnel : les entraînements peuvent reprendre mais sans aucune perspective de reprise des compétitions. La question fait pourtant couler beaucoup d’encre, d’autant que nos voisins européens ont annoncé la reprise des championnats de football dans les jours qui viennent.

Un autre débat tiraille le sport professionnel : quand des matchs pourront être joués ? Faudra-t-il qu’il y ait un public pour applaudir ou bien le huis clos est-il acceptable pour les Français ? A l’image des personnalités du monde du sport, les Français et les amateurs de sports sont partagés. 

47% de nos concitoyens optent en effet pour une reprise la plus rapide possible quitte à jouer à huis-clos contre 53% préférant que l’on attende que les spectateurs puissent revenir dans les stades, même avec une limitation à 5.000 personnes. Les amateurs de sports penchent un peu plus vers la première solution mais sont particulièrement divisés (51% contre 49%).

Une majorité de Français souhaite attendre
Une majorité de Français souhaite attendre Crédit : Odoxa pour RTL et Groupama

2. Chaines sportives : pas de ruée en vue

À lire aussi
Angel Di Maria au duel avec Dimitri Payet le 27 octobre 2019 au Parc des Princes sondage
PSG-OM : l'écart de popularité se creuse en faveur des Parisiens

Roxana Maracineanu, la ministre des Sports, évoquait la semaine passée sur RTL une reprise des compétitions "en mode dégradé, avec moins de public". Qu’en sera-t-il au mois de septembre ? Personne ne peut le savoir mais une chose paraît très probable : les stades ne pourront pas être pleins avant plusieurs mois.

Dans ce contexte, s’ils ne peuvent venir applaudir les sportifs, les Français vont-ils se reporter vers des abonnements de chaines sportives ? A l’heure actuelle, il semblerait que non et elles pourraient même perdre des abonnés.

L’essentiel des Français envisagent un statu quo : 73% d’entre eux et 64% des amateurs de sports n’ont aucun abonnement et ne comptent pas en prendre. 17% et 22% envisagent simplement de maintenir leurs abonnements.

Chaines sportives : pas de ruée en vue
Chaines sportives : pas de ruée en vue Crédit : Odoxa pour RTL et Groupama

Du côté des changements à prévoir, le solde est négatif : seuls 2% des Français et 4% des amateurs de sports comptent prendre de nouveaux abonnements. Surtout, ils sont respectivement 8% et 10% à nous confier qu’ils envisagent de supprimer des abonnements. Pour certains, c’est même déjà fait.

3. En dehors du foot, un danger économique

D’un côté le football, sa visibilité et son économie, de l’autre, les autres sports collectifs nettement plus dépendants de leur billetterie. Pour de nombreux acteurs de ces sports, le huis-clos pendant plusieurs mois pourrait engendrer des problèmes économiques insurmontables.

Les Français ne réfutent pas du tout ce constat. Pour 69% d’entre eux et même pour 77% des amateurs de sports, les clubs professionnels du rugby, du handball ou encore du basket sont effectivement mis en danger.

En dehors du foot, un danger économique
En dehors du foot, un danger économique Crédit : Odoxa pour RTL et Groupama

En dépit de ce contexte, les Français sont en majorité opposés à l’idée d’un soutien économique du gouvernement pour ces clubs. 55% considèrent que le gouvernement ne doit pas apporter d’aide financière.

A contrario, les amateurs de sports jugent majoritairement (55%) qu’un soutien financier du gouvernement est nécessaire pour que ces clubs puissent affronter cette période.

Les Français en majorité opposés à l'idée d'un soutien économique
Les Français en majorité opposés à l'idée d'un soutien économique Crédit : Odoxa pour RTL et Groupama
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sondage Ligue 1 Uber Eats Top 14
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants