3 min de lecture Travail

Inégalités salariales : recrutez une femme avec "Pink Jobs" pour "faire des économies"

INTERVIEW - Le site internet Pinkjobs.fr propose aux entreprises d'embaucher des femmes pour réduire leur coût du travail. Une campagne orchestrée par la start-up Equally Work pour sensibiliser aux inégalités salariales.

La page d'accueil du site internet Pinkjobs.fr.
La page d'accueil du site internet Pinkjobs.fr. Crédit : Pinkjobs.fr/Capture
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

La page d'accueil mêle nuances de rose et slogan accrocheur : "Recrutez une femme et faites des économies". Le site internet "Pink Jobs" ne passe pas par quatre chemins : puisque les femmes sont en moyenne moins payées les hommes, pourquoi ne pas minimiser les coûts de votre entreprise en les embauchant elles plutôt que leurs homologues masculins ?

L'idée semble absurde, et pourtant elle ne fait qu'appliquer jusqu'au bout le raisonnement de certaines entreprises, qui préfèrent être hors-la-loi en ne respectant pas l'obligation d'égalité salariale.

C'est là tout le but de "Pink Jobs" : si vous déroulez le site internet jusqu'au bas de la page d'accueil, vous découvrirez qu'il a été lancé dans le cadre d'une campagne menée par la start-up Equally Work qui combat les discriminations au travail.

L'objectif c'est que l'indignation autour de PinkJobs se transforme en indignation autour des inégalités salariales

Morgane Dion, fondatrice d'Equally Work
Partager la citation

"L'objectif c'est que l'indignation autour de PinkJobs se transforme en indignation autour des inégalités salariales", explique Morgane Dion, fondatrice d'Equally Work, une start-up qui à l'origine offre une plateforme aux salariés pour évaluer leur entreprise concernant la manière dont elle traite les questions de discriminations

À lire aussi
Yumi Ishikawa, leader du mouvement KuToo Japon
Les Japonaises protestent contre l'obligation de porter des talons hauts au travail

"Avec PinkJobs, tout est prévu pour vous faire faire des économies, informe la page d'accueil du site. Nous avons méticuleusement sélectionné les candidates et éliminé les femmes agressives, féministes ou ambitieuses." Et d'ajouter : "Bien qu’elles soient issues des meilleures formations et disposent de tous les diplômes, vous n’avez pas à les rémunérer comme un homme."

"Délia, urbaniste", "Sophie, commerciale", "Mei, cheffe de projet" : les (faux) profils se succèdent agrémentés d'une photo (de banque d'image) et d'une description informant les visiteurs et visiteuses de l'économie réalisée sur les salaires en cas d'embauche

De vives réactions sur les réseaux sociaux

Il faut aller jusqu'au bas de la page pour comprendre qu'il s'agit d'une parodie. Mais beaucoup d'internautes s'arrêtent avant et font part de leur indignation via le formulaire de contact disponible sur le site. "Dans ce cas-là, la réaction est très émotionnelle", observe Morgane Dion qui assure avoir reçu des centaines de commentaires. 

Un e-mail de réaction au site internet PinkJobs.
Un e-mail de réaction au site internet PinkJobs. Crédit : PinkJobs/Capture

D'autres vont jusqu'au bout du site, et parviennent à remarquer la supercherie et s'indignent du véritable problème. "Dans les commentaires, il y a autant de gens outrés par le concept de PinkJobs que par le problème de fond, les inégalités salariales", résume Morgane Dion. Equally Work elle-même a partagé le site internet sur Twitter en feignant d'être révoltée. "Ce que j’aime avec l’humour et l’absurde c’est que ça nous met face à nos propres contradictions."

Equally Work et PinkJobs sont nés d'un constat : pour ce qui est des inégalités salariales, rien ne sert de contraindre par la loi ou de sanctionner financièrement puisque les entreprises préfèrent payer des amendes. "Nous avons donc fait le choix d'investir le champ de l'image de l'employeur", énonce Morgane Dion. 

Les chiffres cités sur PinkJobs énoncent un écart de 23,4% entre les salaires des femmes et ceux des hommes. Des données tirées des statistiques des Glorieuses, le collectif à l'origine du mouvement #5Novembre16h47 qui met en lumière la date à partir de laquelle les femmes travaillent gratuitement pour le reste de l'année à cause des inégalités salariales.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Travail Égalité hommes-femmes Salaires
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants