5 min de lecture Société

Body Positive : comment ce mouvement a été dénaturé de son discours politique

ÉCLAIRAGE - Le "body positive" est partout en cette saison estivale. Mais avant d'être un hashtag populaire sur Instagram, il s'agissait d'un mouvement politique, aujourd'hui complètement vidé de tout son sens.

Le mouvement body positive : bien plus qu'une histoire de s'aimer soi-même
Le mouvement body positive : bien plus qu'une histoire de s'aimer soi-même Crédit : iStock / Getty Images Plus
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

Des citations inspirantes sur le physique et le poids, des clichés de nourriture, un gros plans sur des vergetures, des jeunes femmes minces en maillot de bain, d'autres en tenue de sport, une poignée de femmes grosses... Voici quel type de contenus alimentent le hashtag "body positive" sur Instagram.

Impossible de passer à côté de lui ces temps-ci. En pleine saison estivale, les marques, influenceuses et anonymes s'en emparent pour insuffler un vent de positivité à leurs clientes et abonnées. L'une d'elle, Margot, plus connue sous le nom de "You make fashion" a même posté une vidéo d'elle, au naturel et en maillot de bain le 30 juin dernier dans laquelle elle dit : "J’avais envie de parler de body-positive. C’est vrai qu’on en entend partout, il faut s’accepter (...) et c’est pas facile mais cependant ce qui est le plus difficile je trouve, c’est le regard qu’on se porte à nous-même (...)", explique la blogueuse dans cette vidéo vue 150.000 fois. 

"Je pense qu’il faut faire la paix (...) avec notre image, notre regard (...). Il faut se libérer ! Moi je fais cette vidéo pour me libérer, je serai comme ça cet été, on en parle plus (...) ça me fait du bien de faire cette vidéo, elle est presque thérapeutique et je vous invite à le faire aussi". Dans la légende de sa publication, Margot écrit : "J’ai longtemps cru que le body positive c’était prendre du recul avec le regard des autres, les stéréotypes des réseaux sociaux, les corps dits 'parfaits' dans les magazines, sur les campagnes de marque… alors que finalement la personne la plus dure avec son corps c’est soi-même."

Voir cette publication sur Instagram

J’ai longtemps cru que le body positive c’était prendre du recul avec le regard des autres, les stéréotypes des réseaux sociaux, les corps dits « parfaits » dans les magazines, sur les campagnes de marque… alors que finalement la personne la plus dure avec son corps c’est soi-même. Personnellement c’est avec mon regard à moi que je dois prendre du recul et que je dois adoucir. Cette vidéo est clairement thérapeutique moi mais j’espère qu’elle pourra aussi donner de la force à tous ceux qui sont trop durs avec eux-mêmes. Et si ça peut vous aider à décomplexer aussi, filmez-vous, photographiez-vous et n’hésitez pas à poster cette belle image sur vos réseaux (story, Instagram…) libérez-vous ! Je vais appuyer sur « publier » dans quelques secondes et ça me fait déjà du bien.

Une publication partagée par Margot (@youmakefashion) le

Le message est positif et libérateur. Sur un réseau social comme Instagram, où chaque cliché semble calculé au millimètre près, un discours comme celui de Margot dénote et fait du bien à ses lectrices. Elles sont d'ailleurs nombreuses à remercier la jeune femme pour ce contenu et à partager leurs histoires de complexes.

À lire aussi
Barbie juge est disponible à la vente pour 12,99$ société
DIAPORAMA - Mattel dévoile sa nouvelle collection de Barbie juge

Cependant quelques commentaires (dont certains ont été supprimés) sortent du lot et attaquent la blogueuse sur son emploi du terme "body positive". "Je ne vous connais pas, mais vous êtes dans les standards de beauté européenne, c'est donc indécent de votre part de vous proclamer du mouvement body positive qui a été créé par et pour les gros-ses", écrit par exemple une internaute.

Pour comprendre cette remarque qui s'inscrit alors dans un débat largement documenté par la presse anglo-saxonne, il faut remonter aux origines du mouvement body positive. "Il a été créé par des femmes grosses et racisées (c'est-à-dire non blanches, ndlr.) qui en avaient marre de ne pas être représentées", explique à RTL Anouch, militante du collectif Gras Politique. "C’était une manière pour elles de dire : on vous voit, on se voit et on a le droit d’exister dans l’espace public." 

Problème : comme pour de nombreux mouvements militants visant à lutter contre l'invisibilisation d'une certaines catégorie de personnes dans la société, il a été "récupéré par les personnes normées, déjà représentées partout, et elles l'ont vidé de tout sens politique", souligne Anouch. Ajouté à cela le grain de sel des marques qui vendent des produits estampillés #bodypositive et vous avez là un parfait exemple du pouvoir exercé par le marketing et le capitalisme pour faire disparaître un discours engagé. "Ce hashtag est devenu un concept marketing, on vend des bouquins de régimes body positive, c'est-à-dire qu'on a fait le tour complet de l'ironie", analyse Anouch. 

S'aimer soi-même : une nouvelle norme ?

Contactée par RTL, Margot de "You make fashion" admet qu'elle ne connaît pas "cette discrimination" dénoncée par les initiatrices du body positive, et ajoute que sa vidéo n'avait pas pour but de s'exprimer sur ce mouvement ou bien d'en faire un cours à son sujet mais plutôt d'aider ses lectrices à passer un bel été malgré leurs complexes. "J’ai peut être utilisé un mot trop fort pour des gens qui le connaissaient trop bien", reconnaît-elle.

Mais selon elle, le body positive a évolué et elle a simplement souhaité ajouter sa pierre à l'édifice : "Il y a beaucoup de gens qui ont vu le mouvement évoluer et il veut juste dire : tous les corps existent et il faut tous les montrer", explique-t-elle à RTL. "Quand je parle de body positive, c'est d'avantage non pas le regard des autres mais le regard que l'on se porte à soi-même : apprendre à aimer l'image que l'on renvoie dans le miroir et être plus indulgent et sympa avec soi-même". Pour Margot, le combat politique et sociétal est tel qu'il n'y a qu'un endroit sur lequel n'importe qui peut travailler et ce, dès maintenant : le regard que l'on porte sur soi.

Un point de vue qu'elle défend dans une autre publication publiée sur Instagram le 8 juillet dernier. 

Voir cette publication sur Instagram

Je savais que la vidéo de la semaine dernière changerait beaucoup de choses pour moi ! Déjà ce week-end je me suis sentie sincèrement libérée, en maillot de bain à la plage. Comme apaisée, en paix.. Je m’étais préparée aux commentaires qui suivraient mais je n’ai pas vu venir certains d’entre eux¿ « C’est très indécent ! Tu es trop mince pour parler de body positive ». J’aimerais revenir là-dessus. Je n’arrêtais jamais de parler de body positive parce qu’aux yeux de certains je suis mince. Pour moi le body positive est un chemin personnel avant tout. L’acceptation de soi, être positif avec son image. Je suis la seule qui a le droit d’aimer ou détester mon corps. Personne ne peut évaluer le complexe de quelqu’un (ou sa peine, sa douleur...). Je ne parle donc pas ici de discrimination. « Je comprends que tu veilles assumer ta cellulite et tes vergetures mais après tout les autres vont faire comme toi » (lu en commentaire de copine Camille @noholita ). MAIS J’ESPÈRE BIEN que tout le monde va finir par faire comme elle, comme nous. Et ça n’est pas une question d’assumer mais d’être qui on est¿¿¿¿¿Passez un bel été, bien dans votre slip de bain !

Une publication partagée par Margot (@youmakefashion) le

Pour Anouch, du collectif Gras Politique, cette vision du mouvement "qui célèbre tous les corps" reste faussée. "Les corps normés n'ont pas besoin d'être célébrés parce que toute la société le fait déjà", estime-t-elle, parlant alors d'une nouvelle norme : "il faut absolument s'aimer".

On a le droit de ne pas s'aimer mais d'être respecté

Anouch, militante du collectif Gras Politique
Partager la citation

Or, les personnes qui défendent l'essence originelle du mouvement body positive n'ont que faire de s'aimer soi-même, rapporte la militante. "Le but c'est d'exister dans la société, de vivre, de faire ce que l'on veut, d'avoir du respect quelque soit nos corps. On évite justement toutes les injonctions dont celle de s'aimer parce que c'est très violent. On a le droit de ne pas s'aimer mais d'être respecté, de trouvé un job, d'être bien soigné, de ne pas se faire agresser dans la rue pour nos corps", énumère encore Anouch. 

Un point de vue que partage Gabrielle Deydier, autrice de l’essai On ne naît pas grosse (éditions Goutte d'or). "J'ai un peu peur de tout ce qui finit en 'positive' parce que j'ai l'impression qu'il s'agit encore d'injonction. Évidemment qu'il vaut mieux se respecter mais quand tu as des problèmes psychologiques ou quand tu es en détresse avec ton corps et qu'on te dit qu'il faut que tu t'aimes, je trouve qu'il y a quelque chose de l'ordre de la morale. Je me méfie de tous ces discours autour de la sacralisation du corps parce que tu as le droit de ne pas t'aimer ou de ne pas avoir d'opinion au sujet de ton corps sans que cela soit vécu comme une souffrance", estime-t-elle.

Un retour en arrière impossible

Gabrielle Deydier partage cependant le point de vue de Margot quand elle dit que la libération des stéréotypes passe avant tout par soi-même : "Si on ne se programme pas nous-mêmes, ce n’est pas la société qui le fera à notre place. On est les premières actrices de notre changement même si, évidemment, on ne porte pas tous et toutes les mêmes stigmates.". 

Concernant les critiques sur la "récupération" du mouvement body positive par les marques et certaines influenceuse, Gabrielle Deydier estime qu'il s'agit de guerres de chasses gardées qui sont contraires aux discours de bienveillance et de sororité dont nous abreuve à longueur de temps le féminisme. "C'est d'autant plus embêtant pour moi parce que je pense qu'on perd du temps à poser des questions autour de la beauté", estime l'autrice. "La question n'est pas là mais plutôt dans la prise de pouvoir. Le reste est un détail".

Le mouvement body positive semble cependant aujourd'hui complètement imprégné de cette question de beauté. Le retour en arrière paraît impossible pour Gabrielle Deydier comme pour Anouch. "Plus aucune personne concernée ne s'intéresse vraiment à ce mouvement", explique Anouch. "On s’en est toutes éloignées, on navigue dans d’autres mouvements et d'autres sphères avec des mots qui font peur aux gens et qui ne sont donc pas récupérés comme le 'fat positive' ou fat 'acceptance'."

Moins populaire que son aîné, le hashtag #fatpositive comprend près de 140.000 occurrences sur Instagram et permet à toute une communauté de retrouver un semblant de visibilité. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Réseaux sociaux Féminisme
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants