3 min de lecture Sexo

Sexe : la "vaginalité", ou la prise de conscience du "creux" de son vagin

MASTERS OF SEX - Expérimenter les sensations de sa vaginalité n'est pas donné à toutes les femmes. Pourtant, cette dernière se manifeste à toutes les étapes de la vie d'une femme. Explications.

La sensation de "vaginalité" s'expérimente différemment au cours de la vie des femmes
La sensation de "vaginalité" s'expérimente différemment au cours de la vie des femmes Crédit : iStock / Getty Images Plus
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

Percevoir son creux vaginal, c'est la définition du concept de "vaginalité". Les femmes l'expérimentent à travers "l'appropriation des sensations de leur musculature périnale", c'est-à-dire le périnée, explique Gaëlle Guillo, sage-femme, lors des 11èmes assises de la sexologie et de santé sexuelle, à Marseille. 

Cependant, note la spécialiste, notre société ne prête aucune attention à cet ensemble de muscles, de ligaments et de membranes qui s'étend du pubis à la colonne vertébrale et entoure trois orifices : l'urètre, le vagin et l'anus. Son rôle est primordial et sans lui, pas de vaginalité. 

"Le plaisir de la femme n’est pas donné par l’autre mais construit par la femme elle-même", assure la sage-femme Gaëlle Guillo. Ainsi, la maîtrise de son périnée est essentielle pour qu'elle puisse prendre le contrôle de son corps, être à l'écoute de ses sensations et explorer en toute positivité ce "creux vaginal". 

À lire aussi
"Mums make porn" : l'émission où des mères tournent le film porno idéal pour leurs ados Sexo
"Mums Make Porn" : des mères tournent le film porno idéal pour leurs ados

Cette perception se construit tout au long de la vie des femmes, explique Gaëlle Guillo. Du bébé in utéro à la ménopause, les femmes expérimentent leur vaginalité de plusieurs façons. Explications.

Les premiers pas vers la vaginalité

Dans l'utérus, la petite fille expérimente un réflexe d'excitation génitale non conscient, appelé techniquement "vasocongestion génitale".

Dès les premiers mois après la naissance, la petite fille commence à bouger et connaît de nouvelles pressions internes. Lorsqu'elle apprend à se déplacer ou à ramper, ces pressions peuvent aller jusqu'aux spasme et donner ce qu'on appelle un "orgaste" : une pression sur la musculature interne vaginale inconsciente. Il peut être confondu avec des crises d’épilepsie... mais pas de panique, il s'agit tout simplement des premiers apprentissages corporels de l'enfance, sans qu'intervienne aucune stimulation directe de la zone génitale.

Ces découvertes, on les retrouve dans les jeux appréciés des enfants : "faire le cheval sur les genoux de l'un des parents, monter à la corde, les secousses quand on fait du vélo", détaille Gaëlle Guillo, sont autant de "plaisirs sexuels" que l'enfant expérimente dès ses premières années. 

L'exploration adolescente

La "vagin adolescent" se caractérise pour Gaëlle Guillo avec l'apparition des premières règles. "Elles font entrer la petite fille dans le monde des femmes", dit-elle. Ce sexe peut devenir "inquiétant" si l'adolescente n'a pas reçu d'éducation autour de ce phénomène, notamment si les douleurs sont importantes (et, on le rappelle, à ne jamais banaliser).

Avec les règles, certaines jeunes filles vont "découvrir leur cavité" via les tampons ou coupe menstruelle et "commencer à jouer lors de leurs premières rencontres amoureuses", ajoute Gaëlle Guillo. La sage-femme constate une "disparité entre celles qui peuvent repérer l'excitation comme les papillons, la sensation de chaleur, l'humidité et l'envie d'être pénétrée, et celles qui ne le peuvent pas."

Certaines jeunes filles ont en effet "très peur des sensations de cette zone", explique la sage-femme. "Elles seront passives au niveau vaginal", et auront du mal à considérer leur vagin comme une source de plaisir, au même titre que le reste de la vulve et, notamment, le clitoris.

Une construction par étapes

"Le plaisir vaginal se construit par étapes", assure Gaëlle Guillo. Il n'y a rien d'instantané ou d'inné et chaque femme, par sa personnalité, son éducation ou environnement social, s'approprie sa vaginalité à son rythme. 

Certaines subissent des troubles de la sexualité, comme la dyspareunie par exemple (une douleur dans la pénétration). Ces cas montrent d'autant plus que l'appropriation comme le repérage des sensations du creux vaginal a toute son importance pour une bonne santé sexuelle des femmes.

Pour celles qui passent par la case grossesse

"La grossesse permet aux femmes de repérer de nouvelles sensations dans le corps. Pour certaines, le désir sexuel peut être amplifié tandis que, pour d'autres, ce désir sera au contraire au point mort", explique la sage-femme. 

L'entrée dans la ménopause

A la ménopause, même constat : "Il existe une grande disparité", entre les femmes. Certaines, "libérées de la contraception ou des risques de grossesse expérimentent une seconde vie". Pour d'autres, la ménopause est synonyme de la fin de leur vie sexuelle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexo Sexe Sexualité
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792668720
Sexe : la "vaginalité", ou la prise de conscience du "creux" de son vagin
Sexe : la "vaginalité", ou la prise de conscience du "creux" de son vagin
MASTERS OF SEX - Expérimenter les sensations de sa vaginalité n'est pas donné à toutes les femmes. Pourtant, cette dernière se manifeste à toutes les étapes de la vie d'une femme. Explications.
https://www.rtl.fr/girls/love/sexe-vaginalite-conscience-creux-vagin-7792668720
2018-03-19 07:05:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/eu-CskWylsWZ3-dBMMcfwQ/330v220-2/online/image/2018/0318/7792676017_la-sensation-de-vaginalite-s-experimente-differemment-au-cours-de-la-vie-des-femmes.jpg