4 min de lecture Sexo

Sexe : 5 raisons de ne pas avoir honte de ses fantasmes

Il y a les rêveries érotiques qui paraissent acceptables aux yeux de la société et les autres... celles qui nous font peur et qui inspirent la honte. Pourtant, tous les fantasmes méritent d'exister et voici pourquoi.

Fantasmer un acte de soumission est-il honteux ?
Fantasmer un acte de soumission est-il honteux ? Crédit : iStock / Getty Images Plus
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

Faire l'amour avec deux hommes, jouer à "la dame en noir" ou se déguiser en Mylène Farmer le temps d'une nuit torride... Céline, Danielle et Alicia ont raconté (sans honte) les fantasmes qu'elles ont accomplis pour elles-mêmes ou pour leurs partenaires dans le septième épisode du podcast Les Françaises au lit.

Depuis le succès de la saga 50 Nuances de Grey, les fantasmes n'ont jamais autant été sur le devant de la scène, rendant certaines rêveries érotiques acceptables, tandis que d'autres seraient plus honteuses, à taire en société et à ne jamais dévoiler à son ou sa partenaire.

Céline a 36 ans et estime que parler de ses fantasmes quand on est une femme est plus compliqué que pour les hommes : il y a cette peur du jugement, d'être rangée dans la catégorie "chaudasse" ou "salope" ou même d'être moquée dans cette attirance sexuelle. Dire de ne pas se préoccuper du qu'en dira-t-on reste facile mais voici six autres raisons de ne pas céder à la honte quand il s'agit d'assumer (pour vous-même ou devant d'autres personnes) vos fantasmes. 

1. Tout le monde (ou presque) fantasme

Ce n'est pas vraiment une nouvelle mais mieux vaut l'avoir en tête : presque tout le monde fantasme. Il y a celles et ceux qui rêvent de faire l'amour en public, avec une personne du même sexe, dans un lieu particulier, en enfilant le costume d'une infirmière... et les autres qui fantasment sur des situations que la morale qualifierait de "transgressive" comme des situations de soumission par exemple.

À lire aussi
Les Françaises au lit Sexo
Les Françaises au lit : pourquoi il faut s'autoriser à fantasmer

Les gens ont tendance à séparer ces deux sortes de fantasmes mais Arnaud de Saint-Simon, directeur de Psychologies Magazine a assuré au micro de On est fait pour s'entendre sur RTL, que les rêveries transgressives n'étaient pas plus rares que les autres.

"Ces fantasmes de sexualité brutale, comme le viol, sont aussi courants même s’ils sont dérangeants et difficiles à partager parce qu’on ne les comprend pas soi-même, qu’il renvoient à des peurs inconscientes, personnelles, liées à notre histoire, nos interdits dans la société… ils sont cependant aussi courants que les rêveries érotiques".

2. L'anormalité n'existe pas

"Le fantasme est une composante de ce que nous sommes", assure le psychanalyste et sexothérapeute Alain Héril dans une autre émission de On est fait pour s'entendre.

En d'autres termes : l'anormalité, en sexualité comme ailleurs, n'existe pas vraiment. "Je rêve de faire l'amour avec une autre personne que mon partenaire actuel, est-ce normal ?", entendent régulièrement les sexologues au sein de leur cabinet.

La normalité est relative, chaque situation est différente. Rêver d'avoir des rapports avec une autre personne ne veut pas dire que l'on n'aime plus son compagne ou sa compagne actuelle. L'esprit humain est complexe, l'inconscient (d'où viennent certains fantasmes) d'autant plus et croire à son anormalité ne peut que renforcer le sentiment de honte ainsi que la culpabilité. 

3. Les fantasmes permettent de mieux se connaître

Les fantasmes "racontent un désir inconscient, qui a été déguisé et qu’il convient de décrypter", estime dans On est fait pour s'entendre la psychanalyste Sophie Cadalen. Rêver de soumission ou de viol par exemple peut être très perturbant pour certaines personnes. "Certaines sont dans l'idée que si elles ont ces images à l'intérieur d'elles, c'est qu'elles sont ces images et qu'elles doivent les réaliser", explique Alain Héril, créant ainsi une "panique à l'intérieur de soi"... mais qui n'a pas lieu d'exister. 

Le psychanalyste invite ces personnes à accepter cet univers sombre ou transgressif et à comprendre qu'il ne dit qu'une partie de soi, mais absolument pas tout. "Il faut accepter qu’il y ait des zones de nous mêmes sur lesquelles on n’a pas de prise et de contrôle", ajoute-t-il. "Qu’est-ce que raconte la soumission dans l’histoire d'une personne, ? Cela peut être en lien avec un trauma mais il peut y avoir d’autres choses. Plus on met de la lumière sur nos zones d’ombres, plus on a une meilleure connaissance de soi."

4. Un fantasme n'a pas forcément vocation à être réalisé

Prendre conscience d'un de ses fantasmes et se le dire à soi-même est déjà une étape en soi, suffisamment puissante pour qu'il n'y ait pas besoin d'aller au-delà. Danielle, 75 ans, imagine parfois des caresses de femmes mais sait qu'elle serait "bien incapable" d'en embrasser pour de vraie et il n'y a aucun problème à cela. Vos fantasmes vous appartiennent et ils n'ont pas toujours vocation à se réaliser. Voici de quoi vous rassurer. 

5. Les fantasmes permettent aussi de renverser des stéréotypes et de tester ses limites

Tous les fantasmes ne sont pas fait pour être réalisés ou même simplement partagés mais quand on décide de se lancer, il peut y avoir de bonnes surprises, notamment concernant les stéréotypes de genre.

Alicia en a fait l'expérience et le raconte dans le podcast Les Françaises au lit. Avec son partenaire, elle confie comment elle a exploré, avec "plaisir", la domination grâce à des pratiques qu'elle n'avait pas l'habitude d'entreprendre par le passé comme l'anulingus ou la pénétration anale sur son partenaire. Briser le cercle de la honte, c'est alors parfois s'ouvrir à de nouvelles pratiques qui procurent du plaisir. 

6. Fantasmer, c'est cultiver son jardin secret

Fantasmer revient parfois à rêver, s'évader, laisser son esprit s'imaginer des aventures qui n'existent que pour soi-même et qui n'ont pas toujours vocation à être partagées à un-e partenaire ou à des proches par exemple. Chaque être humain a le droit de cultiver son jardin sacret et les rêveries érotiques tiennent une place idéale dans ces champs de verdure qui poussent dans le mental, l'imaginaire et l'inconscient. La honte, les ronces et mauvaises herbes n'y ont alors pas vraiment leur place.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexo Sexe Sexualité
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797962141
Sexe : 5 raisons de ne pas avoir honte de ses fantasmes
Sexe : 5 raisons de ne pas avoir honte de ses fantasmes
Il y a les rêveries érotiques qui paraissent acceptables aux yeux de la société et les autres... celles qui nous font peur et qui inspirent la honte. Pourtant, tous les fantasmes méritent d'exister et voici pourquoi.
https://www.rtl.fr/girls/love/sexe-5-raisons-de-ne-pas-avoir-honte-de-ses-fantasmes-7797962141
2019-08-16 22:02:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/TO9mxSE6-RMCpkQAU2mVLw/330v220-2/online/image/2019/0701/7797963427_fantasmer-un-acte-de-soumission-est-il-honteux.jpg