5 min de lecture Féminisme

Journée des droits des femmes : 4 propositions pour mettre fin au tabou du féminisme

Notre objectif en cette Journée internationale des droits des femmes : rappeler que le féminisme est le combat pour l'égalité entre les femmes et les hommes et permettre à tous et à toutes de se sentir légitimes de se dire "féministe".

GettyImages-973274748
GettyImages-973274748 Crédit : iStock / Getty Images Plus
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, RTL Girls et WondHer s'associent pour mettre fin au tabou du féminisme avec un objectif : que 100% des Françaises et des Françaises se déclarent féministes et embrassent cette vision de la société : un monde plus égalitaire est possible et, surtout, nécessaire.

Car aujourd'hui, selon un sondage RTL Girls et WondHer, effectué avec BVA, seulement une personne sur deux a une vision positive du féminisme, un mouvement qui prône pourtant ni plus ni moins l'égalité entre les femmes et les hommes. Être féministe, c'est reconnaître qu'il existe des inégalités dans la société et que les femmes en sont les premières victimes. Être féministe, c'est rejeter ces inégalités et faire en sorte de les faire disparaître à son échelle.

Si la connotation négative de ce mouvement perdure, si des personnes arrivent à dire "je ne suis pas féministe" alors qu'elles partagent toutes les valeurs du féminisme, c'est que nous avons tous et toutes un travail à faire pour rendre au féminisme ses lettres de noblesse, pour casser "ce travail de sape" (comme le nomme Clarence Edgard-Rosa, autrice de l'essai Les Gros Mots, abécédaire joyeusement moderne du féminisme aux éditions Hugo&Cie) dont l'objectif est simple : décrédibiliser le mouvement pour l'égalité et le réduire à néant. 

À lire aussi
Une image des rues de Paris, en février 2015 femmes
Paris : vers une plus grande féminisation des noms rues ?

Comment faire ? Découvrez nos propositions, celles que vous nous avez proposé tout au long de la semaine, celles qu'on a pu observer chez nos voisins etc.

1. Distribuer un livre sur l'égalité à toutes et tous les écoliers de France

L'éducation à l'égalité femmes-hommes est une proposition qui est revenue à plusieurs reprises sur nos réseaux sociaux. Certaines personnes estiment qu'il faudrait dans les écoles, les collèges et les lycées des cours sur l'égalité et le féminisme pour sensibiliser dès le plus jeune âge aux discriminations que subissent les femmes mais aussi aux injonctions qui pèsent sur les hommes à cause du sexisme. 

En 2015 par exemple, le Lobby des Femmes Suédoises a choisi de sensibiliser toutes et tous ses lycéens à ces questions avec un livre : Nous sommes tous des féministes (Gallimard), de la romancière nigériane Chimamanda Ngozi Adichie, rapporte Slate.

En France, on pourrait imaginer une grande opération de la sorte avec ce même livre à envoyer à tous les lycées et d'autres, plus adaptés aux niveaux collèges et élémentaires tels que Les filles et les garçons peuvent le faire aussi (Gründ) de Sophie Gourion ou Beyoncé est-elle féministe ? (First) de Raphaëlle Rémy-Leleu et Margaux Collet. 

2. Inciter les entreprises à s'emparer du féminisme

34% de la population française pensent qu'il est facile de se dire féministe au travail. On le sait, le mot "féministe" renferme tout un système de fausses croyances et d'idées reçues et se définir comme tel au travail peut effectivement être difficile, notamment dans certains milieux où la culture machiste n'est plus à démontrer. 

Comment faire de son lieu de travail un lieu propice au féminisme ? Dans la loi évidemment, l'égalité entre les femmes et les hommes est inscrite dans la loi et la discrimination condamnée. Mais quand il s'agit de se définir "féministe", on tombe dans une zone floue. Personne n'ira en prison parce qu'il ou elle a moqué l'engagement d'une personne (sauf si cela tombe sous le coup du harcèlement, par exemple). 

Pourtant, les entreprises ont tout à gagner à mettre plus de valeurs féministes dans leur quotidien. On le sait, des équipes mixtes et diversifiées donnent de meilleurs résultats... tandis que les entreprises dirigées par des femmes ont une meilleure rentabilité.

Signer une charte sur le féminisme, organiser des ateliers anti-harcèlement ou de sensibilisation au sexisme ordinaire par exemple... les possibilités sont nombreuses mais encore faut-il que les entreprise en aient conscience. C'est justement principalement à elles que s'adresse l'ONU pour cette Journée internationale des droits des femmes.

Ces personnes qui sont déjà aux commandes et ont le pouvoir de faire progresser l'égalité dans les recrutements mais aussi les formations et les promotions : des grandes industries aux startups, tous et toutes ont un rôle important à jouer dans l'égalité. 

3. Donner l'exemple

Il y a mille et une façons de donner l'exemple. Qu'il s'agisse de définir et encore et encore ce qu'est vraiment le féminisme ou d'agir au quotidien (et pour cela, on vous conseille de jeter un œil à notre série "Un geste par jour"), il est important de défendre l'engagement pour l'égalité en l'incarnant, tout simplement. 

À l'occasion du 8 mars, l'ONG Equipop propose par exemple de faire connaître son engagement pour les droits humains et l'égalité entre les femmes et les hommes sur les réseaux sociaux. Le principe est simple : il s'agit d'affirmer son féminisme, le 8 mars et tout le reste de l'année, pour ne plus en faire un gros mot.

4. Réclamer au G7 une approche véritablement féministe

Le groupe d'engagement W7 est composé de plusieurs associations et ONG des pays du G7. Ce dernier, dont le but est de défendre les droits des femmes et des filles auprès du G7, a lancé sa requête pour le prochain rassemblement des plus grandes puissances mondiales qui aura lieu à Biarritz en août prochain : adopter une approche véritablement féministe afin que soient prises des mesures concrètes pour avancer vers l'égalité.

Pour cela, la Suède, encore elle, fait figure d'exemple puisque sa politique étrangère est qualifiée officiellement de "féministe" depuis plusieurs années. Concrètement, comme le raconte un article publié sur Slate, la politique extérieure suédoise met "la promotion de l'égalité des genres et des droits des femmes au cœur de son programme diplomatique.

Comment ? En assurant que les droits humains soient respectés et donc en luttant particulièrement contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes ; en assurant la présence des femmes dans tous les processus de décision et en s'assurant enfin que les projets financés soient équitablement répartis tout en bénéficiant à l'égalité.

Dans une tribune publiée dans Libération jeudi 7 mars, Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères et Marlène Schiappa, secrétaire d'État en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes, ont également plaidé pour que soit appliquée en France une diplomatie féministe : "Une diplomatie concrète qui ne se contente pas de discours, elle agit et produit des effets pour soutenir les femmes, toutes les femmes". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Féminisme Société Égalité hommes-femmes
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797147184
Journée des droits des femmes : 4 propositions pour mettre fin au tabou du féminisme
Journée des droits des femmes : 4 propositions pour mettre fin au tabou du féminisme
Notre objectif en cette Journée internationale des droits des femmes : rappeler que le féminisme est le combat pour l'égalité entre les femmes et les hommes et permettre à tous et à toutes de se sentir légitimes de se dire "féministe".
https://www.rtl.fr/girls/identites/feminisme-4-propositions-pour-mettre-fin-a-ce-tabou-7797147184
2019-03-08 07:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/XIeP7p1GLjDeu8p4eE2vAw/330v220-2/online/image/2019/0307/7797147546_gettyimages-973274748.jpg