5 min de lecture Société

Féminisme : pourquoi ce mot fait-il tant peur ?

ÉCLAIRAGE - Le féminisme est de moins en moins tabou aujourd'hui mais un rejet persiste dans la société française.

Beyoncé lors de sa performance aux MTV Video Music Awards, le 24 août 2014 à Inglewood, aux États-Unis
Beyoncé lors de sa performance aux MTV Video Music Awards, le 24 août 2014 à Inglewood, aux États-Unis Crédit : Michael Buckner / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

Le féminisme. Peut-être faudrait-il d'abord expliquer ce qu'il n'est pas. Un mouvement contre les hommes, un synonyme d'agressivité, de laide ou encore de mal-baisée. Car selon notre sondage dévoilé le 3 mars dernier et réalisé avec WondHer par BVA, une personne sur deux en France a une mauvaise opinion du féminisme, ce "mouvement militant pour l'amélioration et l'extension du rôle et des droits des femmes dans la société", selon la description actuelle du Larousse

Comment en est-on arrivé à faire de ce terme un gros mot que l'on évite de brandir comme un étendard, lequel est pourtant déjà prôné dans notre chère devise nationale : "liberté, égalité, fraternité" ?

Comme le raconte la philosophe française Geneviève Fraisse dans son livre, Muse de la raison (1), le mot "féminisme" est un néologisme ayant appartenu en premier lieu au vocabulaire médical du XIXème siècle. Il désignait alors "un arrêt de développement chez un sujet masculin malade", rapporte la philosophe dans son ouvrage, "donc (...) une féminisation du corps".

Sa version adjective existait également dans la sphère politique et servait "à supposer une virilisation des femmes", ajoute Geneviève Fraisse avant d'analyser : "Ainsi dans les deux cas, on indique la présence d'un sexe dans l'autre sexe, on s'inquiète d'une possible confusion des sexes : le féminisme c'est l'homme vu dans la femme, ou la femme vue dans l'homme".

À lire aussi
Une femme porte un foulard avec l'inscription "combattre le patriarcat" à Paris, le 29 novembre 2018 société
#NousToutes : la prochaine marche contre les violences sexistes et sexuelles le 23 novembre

Petit à petit pourtant, l'histoire a fait évoluer ce terme et les femmes s'en sont emparé de la même façon que la communauté LGBTQ+ a fait de l'insulte "queer" une identité à part entière, ou que les Britanniques militant pour le droit de vote des femmes ont adopté "Suffragettes", utilisé pour la première fois par un journaliste pour discréditer le mouvement.

Les féministes, "de vieilles filles aigries"

Dans les années 70, le Mouvement de Libération des Femmes (MLF) (re)met le terme sur le devant de la scène. "Dans l'Histoire à l'époque, les féministes étaient représentées comme de vieilles filles aigries", explique à RTL Girls l’historienne et ancienne militante du MLF Françoise Picq. Être féministe n'est donc pas vraiment bien vu au lendemain de Mai 68. "C'était une image dont on ne voulait pas".

Il a fallu attendre une découverte pour dépoussiérer ce mot et lui rendre ses lettres de noblesse : celle du travail de la journaliste Marguerite Durand et de sa bibliothèque, riche en textes et écrits féministes de son époque (fin XIXème - début XXème).

Françoise Picq raconte à RTL Girls à quel point ce moment a été extraordinaire pour les militantes des droits des femmes des années 70. Elles ont compris qu'avant elles, il y avait déjà eu toute une histoire du féminisme, "falsifiée" et cachée, et qu'elles allaient pouvoir se la réapproprier et la faire perdurer. 

Maintenant, du point de vue scientifique il y a une reconnaissance de l'histoire du féminisme

Françoise Picq, docteure en sciences politiques
Partager la citation

"C'est pour cela qu'on a tenu à laisser des traces", précise Françoise Picq. En effet depuis, l'histoire du féminisme s'est développée à l'Université, notamment grâce à l'historienne Michelle Perrot, "Maintenant, du point de vue scientifique il y a une reconnaissance de l'histoire du féminisme". 

La docteure en sciences politiques confirme à RTL Girls qu'aujourd'hui, le "féminisme" est un mot de moins en moins tabou, car compris comme étant "pour l'égalité entre les femmes et les hommes". Mais il demeure, en particulier en France, une controverse autour de ce terme. On l'a vu par exemple après #MeToo lorsque des intellectuelles françaises ont écrit une lettre pour se désolidariser du mouvement de libération de la parole des femmes autour des violences quotidiennes qu'elles subissaient au sein de leur foyer, au travail ou dans l'espace public.   

"À toutes les époques, il y une appréciation différente du féminisme passé et actuel", analyse Françoise Picq. Une façon de pensée que le féminisme était nécessaire avant, mais plus maintenant. "Celles qui continuent de réclamer des droits sont alors qualifiées de mégères", détaille Françoise Picq. C'était valable dans les années 70, c'est encore valable aujourd'hui. 

Des femmes, portant une banderole pour la contraception, l'avortement et le contrôle des naissances à Paris le 24 mai 1977
Des femmes, portant une banderole pour la contraception, l'avortement et le contrôle des naissances à Paris le 24 mai 1977 Crédit : AFP

Le paradoxe du féminisme cool

Clarence Edgard-Rosa, rédactrice en chef de Marie Claire digital et auteure de l'essai Les Gros Mots, abécédaire joyeusement moderne du féminisme (2) explique à RTL Girls que "le féminisme est devenu un gros mot avec le temps, à force d'un travail de sape très réfléchi et méticuleux".

Les féministes d'aujourd'hui se sont faites discréditer de la même façon que celles d'hier et des générations précédentes encore : ce sont "des femmes habitées par la haine des hommes, qui veulent leur ressembler ou prendre leur place", par exemple. Elles sont "moches, agressives, bêtes et dangereuses", énumère Clarence Edgard-Rosa.

C'est un combat de mots

Clarence Edgard-Rosa, journaliste
Partager la citation

"Les méthodes n'ont pas vraiment changé. Mais force est de constater que cela fonctionne", malgré l'onde de cool qui se propage depuis quelques années autour du féminisme et que l'on doit notamment au coup de génie de Beyoncé.

En août 2014, la chanteuse américaine a invité ce mot dans les foyers de millions de téléspectateurs et téléspectatrices lors d'une performance aux MTV Video Music Awards. 

Depuis, le féminisme s'affiche sur des t-shirts, il devient parfois un argument commercial pour des marques qui sont loin de prôner ces valeurs. Mais même en étant la mode, "la connotation négative perdure", constate Clarence Edgard-Rosa.

"On navigue dans ce paradoxe. Le féminisme est accusé d'être à la mode, et donc comme vidé de sa substance, tandis que plein de personnes adhèrent aux idées sans le revendiquer. Cela nous montre bien que c'est un combat de mots", poursuit la journaliste. 

Le féminisme est un humanisme (mais pas seulement)

"Je ne suis pas féministe mais..." est un discours que l'on entend depuis des années, souligne Françoise Picq. "C'est une façon de prendre de la distance par rapport à un mouvement tout en admettant une proximité avec ce dernier". Pour détourner la conversation, certains et certaines vont alors se dire "humaniste" ou "égalitariste".

Mais pour Clarence Edgard-Rosa, "remplacer ce mot par un autre c'est le couper de tout l'héritage politique, culturel et militant et de toutes les femmes qui se sont battues pour leurs droits", explique-t-elle. "C'est une erreur de sens parce que parler d'humanisme, c'est mettre de côté la hiérarchie sociale qui existe et perdure aujourd'hui, c'est mettre de coté que les femmes sont vraiment les dindons de la farce", ajoute la rédactrice en chef de Marie Claire digital avant de conclure : "c'est pour cela qu’il faut utiliser ce mot pour ce qu’il est et rappeler ce qu’il veut dire à tout moment". Préparez-vous, la semaine ne fait que commencer.

(1) Muse de la raison, Geneviève Fraisse, éditions Folio-Gallimard, première parution en 1989
(2) Les Gros Mots, abécédaire joyeusement moderne du féminisme, Clarence Edgard-Rosa, éditions Hugo&Cie, 2016

À l'approche de la Journée internationale des droits des femmes, RTL Girls et WondHer s'associent pour mettre fin au tabou du féminisme avec un objectif : que 100% des Françaises et des Françaises se déclarent féministes et embrassent cette vision de la société : un monde plus égalitaire est possible et, surtout, nécessaire.  

Pour remplir cet objectif, RTL Girls et WondHer appellent ses lecteurs et lectrices à donner leurs solutions, partager des propositions pour faire de ce mot une identité revendiquée. Commentez nos articles, écrivez-nous sur nos réseaux sociaux, utilisez le hashtag #ToutesEtTousFéministes, envoyez-nous des mails (ariele.bonte@girls.fr) et retrouvons-nous, dès le 8 mars, pour faire changer les mentalités.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Féminisme Égalité hommes-femmes
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797025331
Féminisme : pourquoi ce mot fait-il tant peur ?
Féminisme : pourquoi ce mot fait-il tant peur ?
ÉCLAIRAGE - Le féminisme est de moins en moins tabou aujourd'hui mais un rejet persiste dans la société française.
https://www.rtl.fr/girls/identites/feminisme-pourquoi-ce-mot-fait-il-tant-peur-7797025331
2019-03-04 08:45:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/O5BnV-2dBPg5Td8auFH2TA/330v220-2/online/image/2019/0228/7797081398_beyonce-lors-de-sa-performance-aux-mtv-video-music-awards-le-24-aout-2014-a-inglewood-aux-etats-unis.jpg