3 min de lecture Féminisme

Une personne sur deux seulement se déclare "féministe" : il est temps de changer la donne

BILLET - Si le féminisme est un mot que l'on comprend bien aujourd'hui comme associé aux questions d'égalité, une partie de la population française peine encore à se déclarer féministe.

>
Une personne sur deux seulement se déclare "féministe" : il est temps de changer la donne Crédit Image : iStock / Getty Images Plus | Crédit Média : M6 | Date :
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

La moitié de la population française ne se dit pas féministe. C'est ce que révèle un sondage de RTL Girls et WondHer, réalisé par BVA (1) à l'occasion du 8 mars, Journée internationale des droits des femmes. Disons le nous tout de suite : c'est insuffisant.

Pourquoi, à l'ère de la "grande cause" du quinquennat pour l'égalité entre les femmes et les hommes, dans une époque post-MeToo où les questions des droits des femmes et de l'égalité sont de plus en plus présentes dans les médias, sommes-nous encore à rejeter ce mot ou à en avoir une vision négative ? Il est temps d'inverser la balance. 

Car si on entre dans les détails du sondage, les chiffres sont loin d'être encourageants. Les hommes (49% d'entre eux) ont plus de mal que les femmes (59%) à se revendiquer "féministe" et au travail, cet adjectif est plutôt difficile à assumer aussi bien pour les hommes que pour les femmes (66%). 

Pourtant, être féministe n'a rien d'une honte. Cet adjectif désigne tout simplement "une personne qui croit à l’égalité sociale, politique et économique des sexes", selon la définition de la romancière nigériane Chimamanda Ngozi Adichie. Vu sous cet angle, il nous paraît difficile de ne pas s'identifier comme féministe. Car qui peut vraiment, ici en France, se prononcer contre le principe même de l'égalité, celui-là même que prône notre devise nationale ? 

Faire changer les mentalités

À lire aussi
Le "Self Help" encourage les femmes à regarder leur intimité et à s'emparer de leur sexualité. Sexo
Sexe : qu'est-ce que le "Self Help", pour explorer le sexe féminin ?

Bien sûr, on ne jette pas la pierre à celles et ceux qui rejettent ce terme ou en ont une vision négative (51% de la population française). Les caricatures ont vite fait de nous polluer l'esprit, de nous détourner du sens des revendications portées par les féministes. Certains milieux professionnels restent encore et toujours dominés par les hommes. Pas facile alors d'assumer sa casquette de féministe ou même de songer un jour à la porter dans un environnement qui peut cultiver une culture machiste et sexiste. 

Quant aux nouveaux modèles, ils peinent à s'imposer en France. Simone Veil et Simone de Beauvoir restent les figures majeures du mouvement pour la majorité des Françaises et des Français. Michelle Obama a convaincu 30% des votantes et des votants, loin devant Marlène Schiappa (10% seulement), Emma Watson (8%) Beyoncé (6%) et Brigitte Macron (3%). Où sont les voix de la jeune génération dans le cœur des Françaises et des Françaises ? Celles qui pourront alors montrer que le féminisme n'est pas un engagement du passé mais bien du présent ? 

Grâce à ce sondage, les choses sont maintenant claires : il est venu le temps de faire bouger les mentalités. La population française est prête. La preuve, la majorité des Françaises et des Français ont une vision plutôt juste de ce qu'est le féminisme aujourd'hui, puisque 36% des personnes interrogées ont cité le mot "égalité" lorsqu'on leur a parlé de "féminisme" (loin devant "agressivité" par exemple, qui recueille quand même 6% des suffrages) tandis que 7 personnes sur 10 estiment que le féminisme est un sujet qui concerne aussi bien les femmes que les hommes.

L'essentiel du travail a été accompli, celui de sensibiliser sur le sujet. Mais le plus gros reste à faire : porter les voix d'une nouvelle génération de féministes, convaincre les plus sceptiques et les "ne se prononce pas" de notre sondage que le féminisme est bon pour les hommes, pour les femmes et même pour la planète.

À l'approche de la Journée internationale des droits des femmes, RTL Girls et WondHer s'associent donc pour mettre fin au tabou du féminisme avec un objectif : que 100% des Françaises et des Françaises se déclarent féministes et embrassent cette vision de la société. Un monde plus égalitaire est possible et, surtout, nécessaire.  

Pour remplir cet objectif, RTL Girls et WondHer appellent ses lecteurs et lectrices à donner leurs solutions, partager des propositions pour faire de ce mot une identité revendiquée. Commentez nos articles, écrivez-nous sur nos réseaux sociaux, utilisez le hashtag #ToutesEtTousFéministes, envoyez-nous des mails (ariele.bonte@girls.fr) et retrouvons-nous, dès le 8 mars, pour faire changer les mentalités.

(1) L'enquête a été réalisée auprès d'un échantillon de 1003 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas) du 26 au 27 février 2019. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Féminisme Société Égalité hommes-femmes
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants