2 min de lecture Prisons

Barry White : le jour où l'artiste américain a changé de vie... en prison !

Il était surnommé le Maestro de l'amour. Mais avant de devenir la star américaine que tout le monde connait, Barry White a vécu une enfance difficile, avant de réaliser que c'est pour la musique qu'il souhaitait vivre...

Eric Jean-Jean Bonus Track Éric Jean-Jean iTunes RSS
>
Barry White : le jour ou l'artiste américain a changé de vie... en prison ! Crédit Image : FRANCOIS GUILLOT / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Thibaud Chaboche

Barry White, de son vrai nom Barrence Eugene Carter, est né le 12 septembre 1944 au Texas. Son père abandonne le foyer et Barry est élevé avec son petit frère, par sa mère, dans une banlieue de Los Angeles. À 14 ans, sa voix commence à muer et évoluer vers cette voix grave et profonde qui fera de lui une star. Mais à ce moment-là, l'adolescent est à mille lieues de tout ça

À 17 ans, il préfère trainer avec les gangs de son quartier. Des fréquentations douteuses qui le conduiront tout droit… en prison ! Condamné à 4 mois fermes pour le vol de 300 pneus à un concessionnaire de Cadillac, c'est dans sa cellule que le futur artiste va avoir un déclic. Un jour, il entend à la radio la chanson d’Elvis Presley It’s now or never (c’est maintenant ou jamais). En écoutant ce titre, Barry White réalise alors la tournure que prend son existence. Il décide de tout changer. "C’est maintenant ou jamais" se dit-il. C'est là qu'il décide de consacrer sa vie à la musique.

Mais le jeune homme n’a pas réellement de formation musicale, il a juste appris à jouer du piano avec sa mère. Il commence alors par produire des musiciens. Il suit un trio féminin "Love unlimited", dont fait partie celle qui deviendra sa femme, Glodean James. Puis il tente sa chance en tant que chanteur, sous le nom de Gene West, en reprenant par exemple le tube d’Elvis Presley, In the Ghetto

Mais ses débuts en tant que chanteur ne rencontrent pas tout de suite le succès. Et c'est finalement grâce au soutien du compositeur Gene Page et de son ami Larry Nunes que Barry White va persister dans sa carrière de chanteur. Un effort récompensé, qui l'entrainera, à partir de 1972, vers une irrésistible ascension vers les sommets des charts, avec son premier album, I’ve got so much to give... 

Au sommaire de l'émission :

À lire aussi
musique
Adele reprend (presque a capella) "You Make Me Feel Like A Natural Woman"

L'histoire des chansons : 
Y’a une fille qui habite chez moi, Benabar
D.J., Diam’s
Pale Shelter, Tears for fears

Focus : Barry White
 
Journal de la musique 

Invité : 
Michel Jonasz raconte l’histoire derrière l’un de ses plus grands succès...

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Prisons Eric Jean-Jean Musique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants