1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Mort de France Gall : "C'était la joie de vivre", se souvient Richard Berry sur RTL
2 min de lecture

Mort de France Gall : "C'était la joie de vivre", se souvient Richard Berry sur RTL

RÉACTION - L'acteur rend hommage à la chanteuse avec qui il est parti en mission humanitaire en Afrique. France Gall, atteinte d'un cancer, est décédée dimanche 7 janvier, à Paris.

Richard Berry rend hommage à France Gall
Richard Berry rend hommage à France Gall
Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
Steven Bellery & Lucie Valais

"France Gall, c'était la joie de vivre". L'inoubliable interprète de Poupée de cire, poupée de son, Babacar ou encore Évidemment est décédée dans la matinée du dimanche 7 janvier, des suites d'un cancer. La chanteuse était hospitalisée depuis mi-décembre à l'hôpital américain de Neuilly. Une icône française, qui a traversé les époques, marquant la scène musicale à jamais. "C'était quelqu'un d'extrêmement extravertie, tournée vers les autres, capable de s'émouvoir de la difficulté des autres. C'est quelqu'un qui m'a énormément touché", se souvient l'acteur Richard Berry.

Une carrière de près d'un demi-siècle, marquée par sa victoire à l'Eurovision, et par nombre de ses titres devenus des classiques de la chanson française. "Il y a plein de chansons qui ont été générées par l'initiative de France", se souvient Richard Berry, avec qui la chanteuse partait en mission humanitaire. Et notamment, en évoquant le titre Babacarinspiré "d'une aventure" qui lui est arrivée avec France Gall au Sénégal : l'histoire d'un enfant, prénommé Babacar, rencontré sur place. 

Dans les années 80, avec France Gall, Michel Berger, Daniel Balavoine et Lionel Rotcage, il avait fondé "Actions Ecoles", une opération d'envergure qui a permis de construire des milliers d'écoles en Afrique. 

France Gall, c'était aussi la discrétion et l'humilité. "C'était aussi la douleur. C'est quelqu'un qui a traversé des épreuves extrêmement douloureuses, violentes, se remémore Richard Berry. Elle était la mère d'une enfant atteinte de la mucoviscidose et qui savait très bien ce que c'était que la souffrance"

À lire aussi

Et de conclure : "Elle n'a jamais voulu exposer et mettre en pâture cette douleur d'une façon publique, elle l'a gardée avec pudeur pour elle. C'est une façon de faire la différence entre sa vie professionnelle et sa vie privée".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/