6 min de lecture Année 2020

2020, l'année de deuil, d'isolement et de solitude d'Elizabeth II

ANNUS HORRIBILIS (5/5) - Eloignée dans le château de Windsor, spectatrice impuissante d'une crise sans précédent qui touche sa famille, la monarque a sans doute connu la peur ces derniers mois.

Elizabeth II, le 8 novembre 2020 lors du Remembrance Sunday
Elizabeth II, le 8 novembre 2020 lors du Remembrance Sunday Crédit : PETER NICHOLLS / POOL / AFP
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

2020 pourrait bien rivaliser avec cette année 1992, la première "annus horribilis" telle que la décrivait à l'époque la reine du Royaume-Uni, Elizabeth II. A l'époque, le prince Andrew se séparait de Sarah Ferguson, la princesse Anne divorçait, Diana révélait l'infidélité longue et persistante de Charles qui préfigurait le divorce et quatre jours avant le discours de la reine, le château de Windsor a été ravagé par un terrible incendie. En 2020, les difficultés se multiplient à nouveau.

Dans cette websérie, la rédaction vous propose de revivre les évènements-clef de cette année au sein de la famille royale la plus célèbre du monde. Une famille dont l'image s'est profondément dégradée après une période incroyablement très faste faite de naissances et de mariages.

Après un premier épisode sur le Megxit, celui sur le retour de la figure de Lady Di, un troisième sur la fausse couche de Meghan Markle et celui sur la chute du prince Andrew embourbé dans l'affaire Epstein, voilà l'heure de notre dernier épisode consacré au quotidien de la reine Elizabeth II en pleine pandémie. 

Les princes malades

Comme tous les résidents de cette planète, la famille royale britannique a elle aussi été touchée par le coronavirus. Certains plus directement que d'autres. Le prince Charles, héritier de la couronne, a été testé positif au coronavirus, le 25 mars 2020. Dans un communiqué officiel, les services du père d'Harry et William rapportaient qu'il présentait "de légers symptômes". À 71 ans, le prince Charles "reste en bonne santé", à l'exception de ces symptômes, a assuré Clarence House dans un communiqué relayé par le média britannique The Guardian"Conformément aux mesures du gouvernement et aux conseils médicaux, le prince et la duchesse s'isolent chez eux en Écosse", pouvait-on lire dans le texte de Clarence House. 

À lire aussi
Prince George
Kate Middleton dévoile une photo de la princesse Charlotte pour ses 6 ans

"Il n'est pas possible de savoir par qui le Prince a contracté le virus, en raison du nombre élevé d'engagements qu'il a effectué ses dernières semaines", poursuivait le communiqué. Le tabloïd The Mirror précisait que Camilla Parker-Bowles, la duchesse de Cornouailles avait été testée "négative". Les deux époux sont confinés dans la même demeure mais dans des appartements "séparés", en Écosse. 

Le prince William et son épouse Kate lors de leur appel vidéo avec une école d'enfants de travailleurs essentiels, mercredi 8 avril 2020
Le prince William et son épouse Kate lors de leur appel vidéo avec une école d'enfants de travailleurs essentiels, mercredi 8 avril 2020 Crédit : Crédit : Twitter/@KensingtonRoyal

Mais Charles n'a pas été le seul malade de la famille. Le virus semblait se concentrer tout particulièrement sur la ligne de succession directe au trône. "Le prince William s'est battu contre le coronavirus et avait des difficultés à respirer. Il a gardé le secret pour ne pas alerter la nation". Voilà l'information exclusive qu'a révélée The Sun le 2 novembre 2020. D'après le tabloïd, William, deuxième dans l'ordre de succession à la couronne britannique, a été infecté par le nouveau coronavirus en avril et a subi des difficultés respiratoires. Le prince de 38 ans n'aurait pas voulu parler de sa contamination car "il y avait des choses importantes qui se passaient et (il) ne voulait inquiéter personne". Conformément aux consignes du gouvernement, William s'était alors isolé dans sa maison familiale d'Anmer Hamm, dans le Norfolk, mais avait continué de tenir ses engagements par téléphone ou vidéoconférence. Contacté par l'Agence France Presse, le palais de Kensington n'a pas souhaité commenter cette information.

Aucune explication n'a été avancée sur la raison pour laquelle la famille royale n'a pas rendu publique cette contamination, contrairement à celle du premier ministre Boris Johnson et du prince Charles, fils de la reine Elizabeth et héritier de la couronne, annoncée le 25 mars par ses services. William aurait été "frappé assez durement par le virus", selon The Sun. "Ça l'a vraiment mis K.O.", a déclaré une source anonyme au journal, ajoutant qu'"à un moment donné, il avait du mal à respirer, alors tout le monde autour de lui était évidemment assez paniqué".

La vie en quarantaine

La reine Elizabeth II s'est offerte, elle, une quarantaine préventive. Oui, mais une quarantaine royale. Elle s'est retirée des semaines durant dans son château de Windsor, à l'ouest de Londres, pour échapper au virus, annonçait dès mars le palais de Buckingham. "Par mesure de précaution et pour des raisons pratiques dans les circonstances actuelles, un certain nombre de modifications ont été apportés à l'agenda de la reine", indiquait le communiqué officiel. "La reine ira au château de Windsor pour la période de Pâques le jeudi 19 mars, une semaine plus tôt que prévu. Il est probable que la reine y restera après la période de Pâques", précisait le palais. La souveraine de 94 ans avait déjà annoncé quelques jours auparavant le report de plusieurs engagements publics prévus dans les prochaines semaines en raison de l'épidémie de Covid-19.

Des modifications supplémentaires à son emploi du temps ont été annoncées après les mesures plus strictes prises par le gouvernement britannique, comme la limitation des contacts et déplacements "non essentiels". Plusieurs événements publics, auxquels la reine ou des membres de la famille royale devaient participer dans les prochains mois, ont été "reportés ou annulés", dont la messe du Jeudi Saint à la Chapelle Saint-Georges de Windsor et plusieurs "garden parties". Des événements qui rentrent aisément dans la catégorie "non-essentiels". La visite d'État de l'empereur Naruhito du Japon et de son épouse l'impératrice Masako, a été suspendue. 

Elizabeth II et son époux le prince Philip devant le château de Windsor
Elizabeth II et son époux le prince Philip devant le château de Windsor Crédit : Twitter @The royal family

Ces mesures de prudence légitimes, alors que le couple royal approche tranquillement des 100 ans, n'ont pas été allégées avec le temps. On compte simplement un séjour à Balmoral en Ecosse pendant l'été. En raison de l'épidémie qui a connu plusieurs vagues, la reine et son époux le prince Philip passeront cette année Noël "tranquillement" au château de Windsor, pour la première fois depuis plus de trente ans, a annoncé Buckingham Palace. Le couple royal passe traditionnellement les fêtes de fin d'année dans leur résidence de Sandringham, dans le Norfolk, où il est rejoint par d'autres membres de la famille. Mais face à la situation sanitaire, la souveraine de 94 ans et son époux de 99 ans, à la santé fragile, ont décidé de rester dans leur résidence située en périphérie de Londres.

"Après avoir examiné tous les conseils appropriés, la reine et le duc d'Edimbourg ont décidé de passer cette année Noël tranquillement à Windsor", a indiqué mardi un porte-parole de Buckingham Palace. Avec plus de 59.000 morts et 1,5 million de cas positifs au virus, le Royaume-Uni est le pays le plus endeuillé d'Europe par la pandémie.

La mort de ses chiens

Et s'il n'était pas suffisamment pénible de voir ses sujets mourir et sa famille se diviser, la reine ne peut désormais plus compter que sur un seul chien pour lui tenir compagnie. Une solitude qui pourrait paraître dérisoire, mais après une vie d'engagements publics et une vie entourée d'animaux, il est certainement difficile pour la reine d'envisager l'hiver de sa vie loin de tous... Âgé de 13 ans, le dorgi Vulcan (né d'une hybridation entre un de ses précieux corgis et un teckel de sa sœur Margaret) de la reine Elizabeth II est mort peu avant Noël ont révélé les correspondants auprès de la famille royale britannique. 

Elizabeth II qui a toujours eu une passion pour les chevaux et les chiens ne peut désormais compter que sur son dernier animal Candy, une autre dorgi. La souveraine a en effet refusé de s'occuper de nouveaux animaux depuis qu'elle a atteint un certain âge pour ne pas laisser derrière elle toute une meute de corgis à ses enfants et petits-enfants. Il est aussi plus sage pour Elizabeth et Philip, 94 et 99 ans, de ne pas compliquer plus encore leur quotidien avec de jeunes animaux pleins d'énergie.

Depuis les décès de Willow (qui descendait d'une chienne offerte pour ses 18 ans par son père le roi George VI) et Whisper en 2018, la reine n'a plus accueilli de nouveaux chiens dans sa vie. Cette nouvelle intervient quelques jours après l'annonce de la mort du cocker anglais Lupo, le chien de Kate Middleton et de son époux, le prince William. 

Cette fin d'année pourrait malgré tout se terminer sur une note positive. Pour convaincre les plus sceptiques des Britanniques, les autorités sanitaires du pays qui vient de lancer sa campagne de vaccination contre le Covid-19 pourraient mettre à contribution célébrités et influenceurs sur les réseaux sociaux. Selon des journaux, la reine et son époux seront vaccinés prochainement et ils pourraient même le faire en public. 2021 sera-t-elle l'année de la lumière au bout du tunnel pour la famille royale et l'humanité en général ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Année 2020 Royaume-Uni People
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants