1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Qu'est-ce que la prétérition dans la langue française ?
2 min de lecture

Qu'est-ce que la prétérition dans la langue française ?

"Untel, pour ne pas le nommer" : voilà une étrange façon de parler. Muriel Gilbert nous en dit plus sur ce qui est en fait une figure de style très utilisée…

Muriel Gilbert nous en dit plus sur la prétérition
Muriel Gilbert nous en dit plus sur la prétérition
Crédit : Unbsplash/Nicole Honeywill
Qu'est-ce que la prétérition dans la langue française ?
02:49
Un bonbon sur la langue du 06 décembre 2020
02:54
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert
Animateur

Ce dimanche, c’est Hugues, qui m’a inspirée… Il m’écrit qu’il entend "régulièrement dans les conversations ou à la radio des gens utiliser l’expression "pour ne pas le nommer" tout de suite après avoir nommé une personne, justement. " Et il me demande ce que j’en pense…
Eh bien, figurez-vous, cher Hugues, ce que j’en pense, c’est que cette façon de parler porte un nom, c’est même une figure de style dûment répertoriée : la prétérition !

Inconnue au bataillon ? Il y a des dizaines de figures de style ! Moi-même je ne les connais pas toutes et je suis sans cesse obligée d’aller revérifier leurs noms dans les dictionnaires. Mais d’abord, qu’est-ce qu’une figure de style (on dit aussi "figure de rhétorique") ? C’est une "forme particulière donnée à l’expression et visant à produire un certain effet", nous apprend le Larousse. 

Je vous parlerai peut-être un jour de la prosopopée, par exemple, ou bien de l’asyndète, ou encore de la synecdoque, aux appellations aussi jolies que bizarroïdes, mais tout le monde connaît bien la métaphore, et nous avons déjà évoqué plusieurs fois dans cette chronique la métonymie, cette façon de désigner un concept par un autre qui lui est lié (quand on parle de boire un verre, alors que ce qu’on boit est le vin qui est dedans, ou quand on évoque Paris ou l’Élysée pour désigner le gouvernement français, on recourt à la métonymie). En fait, les figures de style ont des noms compliqués, mais comme le Monsieur Jourdain de Molière fait de la prose sans le savoir, nous n’avons pas besoin de connaître leur nom pour les utiliser cent fois par jour !

La prétérition, un véritable paradoxe

Et pour revenir à la… "prétérition", je n'ai pas besoin de vous dire que c'est une figure de style fort employée (prétérition là aussi : je n'ai pas besoin de vous dire... puis on le dit).
Le mot prétérition vient du latin praeterire, qui veut dire "omettre". Pour le Robert c’est une figure par laquelle "on attire l’attention sur une chose en déclarant n’en pas parler." Parmi les prétéritions les plus célèbres, il y a celle de l’Électre de Jean Giraudoux : "Je ne veux pas t’influencer… Mais si une épée comme celle-là tuait ta sœur, nous serions bien tranquilles !" Je prétends ne pas vouloir t’influencer… mais en réalité, c’est exactement ce que j’essaie de faire : prétérition. Une autre prétérition ? "Cher Stéphane, je n’ai pas besoin de vous demander d’être discret sur le fait que vous m’avez vue manger le croissant de Pascal". Je dis "je n’ai pas besoin de vous le demander" mais en fait je suis en train de le demander…

À lire aussi

Voilà ! Bref, la prétérition, c’est un vrai paradoxe (et un mot à retenir si vous passez le bac à la fin de l’année, ça fait très chic dans une copie de français ou de philo !). Bon, eh ben, ce n’est pas pour me vanter, mais je crois, amis des mots, que vous venez d’apprendre un mot (je ne vous ferai pas l’affront de préciser que c’est là encore une prétérition : je dis que je ne me vante pas, mais en fait… je me vante !)

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/