1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Le lieu, le milieu et le lieutenant
2 min de lecture

Le lieu, le milieu et le lieutenant

"Au lieu de", "tenir lieu", "donner lieu"… le mot "lieu" se trouve au cœur de quantité d’expressions éloignées de son sens propre. Petit tour des lieux avec Muriel Gilbert.

 Une librairie. (Illustration)
Une librairie. (Illustration)
Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Un bonbon sur la langue du 03 juillet 2021
03:20
Muriel Gilbert

Aujourd’hui, amis des mots, nous allons revenir sur ma chronique de la semaine dernière, sur le mot "lieu". J’avais évoqué la différence entre la lieue (au féminin, avec un E), celle des bottes de sept lieues, et le lieu, au masculin, qui peut être un endroit, ou même un poisson (le lieu noir ou le lieu jaune) ! Et j’ai reçu un message de Philippe, qui s’interroge "sur les origines des nombreux emplois du mot lieu, qui, partant d’une notion "d’endroit", se retrouve dans des notions tout autres", comme quand on dit : "au lieu de, en haut lieu, tenir lieu, en dernier lieu, donner lieu, etc".  Voilà une excellente question ! 

Est-ce que lieu est encore synonyme d’endroit, dans "au lieu de", "donner lieu", "tenir lieu" ?
Voyons cela : le mot "lie" vient du latin "locus", que l’on a d’abord prononcé "loc" en français du Xe siècle, avant de passer à "leu" au XIe et enfin "lieu" depuis le XIIe. Or, dès l’origine, y compris en latin, il semble que le mot ait eu à la fois ce sens propre d’endroit, de place, et un sens figuré de "situation", de "rang". 

Et de là découlent plusieurs des expressions citées par Philippe : "En haut lieu", par exemple : on parle de "haut lieu" depuis le XVIIe siècle, et cela désignait au sens propre "la hauteur sur laquelle les Juifs élevaient des autels", explique le Dictionnaire historique de la langue française, tandis qu’un "lieu commun" c’est, depuis le XVIe siècle, une sorte d’endroit virtuel, les "sources auxquelles un orateur peut aller puiser des pensées" toutes faites.

"Avoir lieu" désigne ce qui "prend place dans le temps"

En fait, dans nombre des expressions actuelles contenant le mot "lieu" au sens figuré, on pourrait le remplacer par son sens de "place". "Avoir lieu" désigne ce qui "prend place dans le temps", "tenir lieu" de c’est "prendre la place de" quelque chose, "au lieu de" c’est littéralement "à la place de", etc.

Le "locus" latin a donné vie à quantité de mots

À lire aussi

Mais le plus étonnant, c’est que ce "locus" latin a donné vie à quantité de mots auxquels on ne pense pas du tout. Pour commencer, "locus" a donné le latin "illico", qui veut dire littéralement "sur-le-champ", "sur place", bref, immédiatement, et puis tous les mots qui comprennent "loco", quand on parle de se déplacer d’un lieu à un autre, comme "locomotive", "locomoteur", "les moyens de locomotion". Il y a aussi le local, la localité, la location, dans laquelle on retrouve le "locus" du lieu, et dont descendent le verbe "louer" et le "loyer".

Le mot "lieu" a donné naissance au mot "milieu"

Plus surprenant encore, le mot "lieu" a donné naissance au "milieu". Eh oui. Mi-lieu : comme la "mi-temps" de foot, comme la "mi-juillet" ou la "mi-août", le centre d’un endroit, au sens propre, c’est le milieu, un mot qui apparaît au XIIe siècle. Mais le descendant du "lieu" qui m’a le plus surprise, c’est un descendant militaire : le "lieutenant"! Le lieu-tenant, c’est celui qui "tient lieu de", qui "est à la place de", et d’ailleurs le mot a d’abord signifié "remplaçant" au XIIIe siècle, avant de devenir un grade dans l’armée au XVe. Comme Agnès Bonfillon est cette semaine la "lieutenante" du chef Stéphane Carpentier, puisqu’elle "tient lieu de" Carpentier – et avec quel brio !

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/