1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Twitter teste une nouvelle arme anti-trolls mais son efficacité fait débat
2 min de lecture

Twitter teste une nouvelle arme anti-trolls mais son efficacité fait débat

Le réseau social va laisser ses utilisateurs limiter qui peut répondre à leurs tweets pour leur donner plus de contrôle sur leurs conversations. Mais certains craignent que la fonctionnalité ne favorise la propagation des fake news et le cyberharcèlement.

Le logo du réseau social Twitter
Le logo du réseau social Twitter
Crédit : LEON NEAL / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue

C'est une petite révolution pour le réseau social de l'instantanéité. Twitter a annoncé mercredi 20 mai le déploiement de nouveaux paramètres de conversation afin de laisser la possibilité à ses utilisateurs de limiter le nombre de personnes qui sont autorisées à répondre à leurs tweets. Twitter espère que cela favorisera des conversations plus réfléchies et ciblées.

Trois paramètres de confidentialité sont désormais proposés lors de la rédaction d'un tweet. Soit tous les usagers de la plateforme peuvent y répondre, soit uniquement les personnes que vous suivez, soit seulement les utilisateurs mentionnés dans la publication. Par défaut, la première option est sélectionnée. Il ne sera pas possible de la changer a posteriori.

Les personnes qui ne sont pas autorisées à répondre pourront toujours consulter, retweeter et aimer la publication ainsi que les réponses des autres utilisateurs. Mais l'option de réponse apparaître grisée si elle n'est pas accessible. Jusqu'à présent, tous les utilisateurs pouvaient répondre à n'importe quel message posté par un compte public sur le réseau social. 

La fonctionnalité est déployée auprès d'un nombre limité d'utilisateurs sur Android, iOS et ordinateur pour un essai à durée indéterminée. Il n'est pas encore établi qu'elle sera généralisée à l'ensemble du réseau social.

Une nouvelle arme anti-trolls à l'efficacité incertaine

À lire aussi

Cette initiative s'inscrit dans la volonté de Twitter de favoriser l'expression de ses utilisateurs en leur donnant plus de latitude dans la gestion de leurs conversations. "Twitter est l'endroit où vous allez voir et parler de ce qui se passe. Mais parfois, les réponses indésirables rendent impossibles les discussions constructives", écrit le réseau social dans un communiqué. L'entreprise souligne notamment l'influence néfaste des "reply guys", le nom donné aux utilisateurs qui répondent de manière gênante ou obsessionnelle.

Twitter cherche depuis longtemps des solutions pour limiter l'impact des trolls et améliorer les conversations. Ces derniers mois, la plateforme a déjà ajouté la possibilité de masquer les réponses jugées déplaisantes. Elle a aussi expérimenté les tweets éphémères, des stories à la durée de vie limitée censées pousser les utilisateurs à interagir davantage en dépassant l'inhibition sociale relative aux compteurs de "j'aime" et de retweets.

La limitation des réponses aux tweets a reçu un accueil mitigé sur le réseau social. De nombreux utilisateurs regrettent que Twitter s'éloigne de la recette à la base de son succès, qui réside dans la capacité de tous les utilisateurs à interagir avec tout le monde, et se repose de plus en plus sur ses propres membres pour modérer sa plateforme. 

Certains brandissent aussi le risque de voir la fonctionnalité renforcer les bulles de filtre et favoriser la propagation des fake news en les laissant toucher une large audience sans contradiction possible. D'autres, enfin, estiment que cette option pourrait également favoriser le cyberharcèlement en incitant les trolls à retweeter avec un commentaire les publications à l'audience limitée au lieu d'effectuer des raids ciblés sous les tweets. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/