1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Restaurants, bars, salles de sport : que prévoit le système de QR codes mis en place le 9 juin
5 min de lecture

Restaurants, bars, salles de sport : que prévoit le système de QR codes mis en place le 9 juin

ÉCLAIRAGE - Évoqué en début d'année, un système de QR code sera bien mis en place à partir du 9 juin à l'entrée des restaurants, des cafés et des salles de sport pour retracer les chaînes de contamination. Le gouvernement entend ainsi sécuriser la réouverture des lieux clos où la distance et le port du masque sont difficiles à respecter.

Une personne scanne un QR code dans un restaurant (illustration)
Une personne scanne un QR code dans un restaurant (illustration)
Crédit : Arun SANKAR / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue

La réouverture des bars et des restaurants va bientôt sonner le retour des cahiers de rappel. Pour l'instant, le gouvernement recommande seulement aux commerçants d'inciter leurs clients en terrasse à télécharger et utiliser l'application TousAntiCovid pour retracer les chaînes de contamination via le Bluetooth des smartphones.

Cette recommandation évoluera à partir du 9 juin. Avec la réouverture des salles intérieures des bars, cafés et restaurants, les professionnels devront à nouveau proposer les cahiers de rappel à leurs clients pour qu'ils inscrivent leurs coordonnées et puissent être prévenus d'un éventuel risque de contamination si une personne, qui a visité l'établissement le même jour, découvre par la suite qu'elle est positive au coronavirus.

Comme le prévoit un décret publié le 12 février dernier et le protocole sanitaire pour les bars, restaurants et restaurants d'hôtels, le pendant numérique du cahier de rappel se matérialisera sous la forme d'un QR code à flasher avec son téléphone sur l'application TousAntiCovid. Le gouvernement prépare actuellement la mise en place du dispositif avec les professionnels concernés et communiquera dans les prochains jours sur ses modalités. Un site Internet dédié a été mis en ligne vendredi 21 mai.

À l'entrée des cafés, bars, restos, restos d'entreprise et salles de sport

À compter du 9 juin, les visiteurs devront s'enregistrer à l'entrée des cafés, bars, restaurants, restaurants d'entreprise et dans les salles de sport qui ne sont pas équipés d'un système de badge à l'entrée pour être avertis en cas de risque de contamination. Ils pourront le faire soit en inscrivant leur identité et un mail ou un numéro de téléphone dans un cahier de rappel en format papier soit en utilisant la version numérique, TousAntiCovid-Signal. 

À lire aussi

Dans le premier cas, les établissements devront mettre ce cahier à la disposition de l’Agence Régionale de Santé ou de l’assurance maladie en cas de déclenchement d’un "contact-tracing". Dans le second, les clients devront scanner un QR code à l'entrée de l'établissement pour enregistrer le lieu sur leur téléphone et être notifié si un autre client s'enregistre comme malade dans l'application les jours suivants.

"Ces lieux ont été choisis car ils sont des lieux clos où les distances de sécurité et le port du masque sont difficiles à maintenir en permanence", explique le cabinet du secrétaire d'État en charge du Numérique, Cédric O. Le gouvernement estime qu'avec une utilisation massive du dispositif QR code, il pourra couvrir des chaînes de transmission qu'il ne couvrait pas auparavant avec les brigades sanitaires ou avec le Bluetooth. Si une personne se déclare positive dans un établissement, toutes les personnes présentes sur sa plage horaire pourront être notifiées et invitées à se faire tester.
 
Lorsqu'un client se signalera en flashant un QR code à son arrivée dans un établissement, sa présence sera enregistrée sur une plage horaire de 2 heures. Les autorités considèrent en effet qu'il est possible de contaminer d'autres personnes même après son départ par l'intermédiaire des aérosols. Si une personne présente de midi à 13h30 s'enregistre comme malade dans l'application les jours suivants, les clients présents de midi à 14h recevront une alerte. Il ne sera pas nécessaire de flasher le QR code à la sortie de l'établissement mais le gouvernement s'en remet à la responsabilité de chacun pour le faire à nouveau en cas de présence prolongée.

Deux degrés d'alerte devraient être proposés. "Si une personne se déclare positive par la suite, toutes les personnes seront informées qu’elles ont pu être exposées au virus et seront invitées à se faire tester. Si trois personnes ont fréquenté un même lieu et se déclarent ensuite positives, toutes les autres personnes présentes dans ce lieu seront considérées comme contacts à risque (car co-exposées) et invitées à s’isoler, se faire tester", explique la Direction générale de la santé, jointe par RTL. Elles seront alors considérées comme des "cas contacts" par l'Assurance maladie. "Des ajustements sont toujours en cours pour permettre à ces outils d'être les plus efficaces possibles", précise le cabinet de Cédric O. 

Les autorités promettent de préserver la confidentialité des lieux et des personnes

Le gouvernement se veut rassurant en matière de protection des données et assure qu'il ne sera pas possible de remonter jusqu'à l'identité d'un utilisateur, ni jusqu'au lieu où la potentielle contamination a été enregistrée, afin de pas stigmatiser les établissements. "Comme pour le sytème de détection par Bluetooth, vous recevrez une alerte disant que vous avez été en contact avec une personne positive et vous invitant à vous faire tester. Mais on ne saura ni le lieu, ni le jour, juste une fourchette à deux ou trois jours près", souligne le cabinet de Cédric O.

"Les QR codes ne récupèrent aucune donnée. Ce sont les utilisateurs qui enregistrent de manière cryptée le lieu sur leur téléphone. Le QR Code de l’établissement est crypté : il n’indique ni l’adresse, ni le nom de l’établissement. Quand le visiteur scanne le QR Code du lieu, il enregistre en local dans son téléphone le code du lieu, la date et l’heure de sa visite.
Le dispositif est donc entièrement anonyme et respectueux de la vie privée", assure la DGS.

En parallèle, un serveur central dédié envoie régulièrement aux applications les listes de crypto-identifiants "contaminés" et leurs plages horaires, pour les comparer avec l’historique des lieux dans l’application TousAntiCovid. Une notification est ensuite envoyée, s’il y a une concordance entre le crypto-identifiant et les plages horaires. Lorsqu’une personne se déclare positive, elle fait remonter son historique de crypto-identifiants et de plages horaires au serveur central. Le couple crypto-identifiant/plage horaire pourra être conservé quinze jours sur le serveur. Les données seront détruites dans un délai de trente jours pour les cahiers de rappel papier.

Pour des questions de sécurité, le gouvernement va recommander aux professionnels de changer régulièrement les QR codes à l'intérieur de leur établissement afin qu'ils ne puissent pas être détournés, pour construire un annuaire des visiteurs malades, ou remplacés par un QR code malveillant, par exemple. Les commerçants pourront le faire en remplaçant manuellement leurs QR codes imprimés à intervalles réguliers ou en utilisant des QR codes tournants sur des supports numériques.

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) avait validé les grandes lignes du dispositif dans un avis rendu public mi-février, sous réserve que l'utilisation du traçage numérique soit facultatif. Le cabinet de Cédric O assure que la Commission juge désormais l'utilisation du système des QR code via TousAntiCovid plus protecteur de la vie privée que les cahiers de rappel sur papier qui exposent les informations des clients aux yeux des autres visiteurs. Contactée par RTL, la Cnil estime que le gouvernement a suivi ses préconisations. 

Un kit d'information sera envoyé aux professionnels

Le dispositif sera présenté plus en détail dans les prochains jours, le gouvernement n'ayant pas souhaité créer de confusion avec la réouverture des terrasses. Des expérimentations doivent encore être menées d'ici le 9 juin pour être prêt pour la réouverture des salles. "Cet outil est le fruit de plusieurs mois de discussion avec les professionnels, insiste le cabinet de Cédric O. À partir du moment où c'est simple d'installation et facile à comprendre, il est plus facile d'afficher un QR code que de gérer un cahier de rappel". Un kit d’information sera envoyé aux 300.000 restaurateurs et bars et un site Internet sera mis à disposition des professionnels d'ici au 9 juin.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/