1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Ray-Ban Stories : les lunettes connectées de Facebook arrivent en France
5 min de lecture

Ray-Ban Stories : les lunettes connectées de Facebook arrivent en France

Facebook s'est associé avec Ray-Ban pour créer une paire de lunettes intelligentes capables de prendre des photos, filmer, passer des appels et diffuser des morceaux. Elles seront disponibles en France à partir du 14 avril au prix de 329 euros. Nous avons pu échanger avec Facebook avant leur sortie.

Ray-Ban Stories Facebook
Ray-Ban Stories Facebook
Crédit : Facebook
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Elles ressemblent à des Wayfarer ordinaires, ne portent pas le nom de Facebook, mais ces lunettes de soleil sont bel et bien le dernier produit développé par le réseau social pour pousser les gens à se connecter entre eux. Disponibles depuis cet automne en Amérique du Nord, en Australie, au Royaume-Uni, en Irlande et en Italie, les Ray-Ban Stories arrivent en France à partir du 14 avril, où elles seront vendues au prix de 329 euros, soit près de 200 euros de plus qu'une paire de lunettes de soleil classique du célèbre lunetier.

Ces lunettes d'un nouveau genre comportent deux caméras frontales pour prendre des photos et des vidéos mais aussi deux haut-parleurs et trois micros pour passer des appels, diffuser de la musique ou immortaliser une scène sur commande vocale. Elles se synchronisent avec une application compagnon appelée Facebook View, où les séquences enregistrées peuvent être modifiées et partagées sur les applications sociales habituelles pour smartphone.

Fruits d'un partenariat signé en 2020 entre Facebook et EssilorLuxottica, la maison-mère de Ray-Ban, ces lunettes sont un produit hybride stratégique pour Facebook qui aspire à développer son expérience sur de nouveaux supports pour étendre son influence au-delà de l'Internet mobile, notamment dans le fameux metavers, la plateforme connectée qui promet de supplanter les smartphones d'ici cinq à dix ans, selon Mark Zuckerberg. 

Un aperçu des futures interactions avec le métavers

Le patron de Facebook estime que les lunettes sont une étape importante pour mener à bien cette révolution numérique censée permettre aux gens de se projeter dans des univers virtuels pour discuter, travailler, se divertir, consommer et investir tout en ayant un sentiment de présence grâce à l'utilisation de technologies comme la réalité augmentée et virtuelle.

À lire aussi

Les Ray-Ban Stories ne comportent pas de fonctionnalités de réalité virtuelle et augmentée à proprement parler. Ces technologies, qui permettent de surimposer des images ou du texte sur l'environnement qui entoure l'utilisateur, sont pour l'instant réservées aux casques Oculus. Mais ces derniers sont lourds, isolants et fatigants à l'usage, des défauts importants qui freinent leur adoption par le plus grand nombre. Les Ray-Ban Stories sont un premier pas pour habituer le public à porter des lunettes intelligentes et utiliser les technologies de Facebook à travers le prisme des yeux sans avoir à toucher l'écran de son téléphone.

Facebook s'attaque à un marché peu fructueux jusqu'à présent, où Google et Snapchat se sont déjà cassés les dents pour des raisons diverses. Le réseau social espère réussir à dépasser les défis techniques et éthiques qui ont entravé la route de ses concurrents en s'associant à l'une des marques de lunettes les plus reconnues à travers le monde et en proposant des capacités techniques supérieures.

Partager des expériences plus spontanées

Les Ray-Ban Stories sont dotées de deux caméras 5 Mpx au niveau des yeux pour capturer les moments de vie d'un point de vue subjectif, soit sous la forme de photos (2592x1944 pixels), soit en immortalisant des séquences vidéo (1184x1184 pixels à 30 images par seconde) jusqu'à soixante secondes. Facebook estime que ce mode de capture permet de partager une expérience de façon plus authentique qu'avec un smartphone car l'utilisateur n'a qu'à presser un bouton sur les lunettes sans avoir à toucher à son smartphone.

La technologie dans les lunettes est si discrète qu'il est difficile de les distinguer d'une paire ordinaire
La technologie dans les lunettes est si discrète qu'il est difficile de les distinguer d'une paire ordinaire
Crédit : Facebook

Les Ray-Ban Stories font aussi office d'écouteurs grâce à des haut-parleurs à oreille ouverte intégrés dans les branches des lunettes. Un réseau audio constitué de trois microphones assure la transmission de la voix pour les appels et du son pour l'écoute de podcasts ou de morceaux en streaming. Facebook promet une qualité sonore comparable à celle d'un casque ou d'écouteurs classiques grâce à une technologie de suppression des bruits de fond.

Les micros sont aussi mis à contribution pour les commande vocales des lunettes qui peuvent être pilotées à la voix pour capturer des images ou envoyer des messages en mode mains-libres. Facebook se dit d'ailleurs convaincu que les gens s'intéresseront d'abord à ses lunettes pour ses fonctions photo mais que c'est l'expérience audio qui les séduira le plus à l'usage. Pour le réseau social, leur utilisation mains-libres donne même un aperçu de la façon dont les gens interagiront avec le métavers dans les prochaines années.

Des lunettes-caméra difficiles à différencier de solaires ordinaires

De par ses caractéristiques et au regard du passif de Facebook en la matière, le lancement de ce nouveau produit soulève son lot d'inquiétudes pour la vie privée. Contrairement à des appareils au look gadget assumé comme les Google Glass ou les Spectacles de Snapchat, les Ray-Ban Stories ressemblent à de véritables lunettes de soleil tendances ordinaires, si bien qu'elles pourraient rapidement causer des problèmes de confidentialité si elles venaient à être largement adoptées à l'avenir et que n'importe quel porteur de Ray-Ban se trouve susceptible de filmer son prochain sans son consentement.

Pour atténuer leur caractère intrusif, Facebook met en avant la présence d'une lumière LED blanche qui s'allume dans le coin supérieur du verre droit pour indiquer aux personnes à proximité que les lunettes sont en train de filmer ou de prendre une photo. 

Mais selon les constatations de la presse américaine, cet indicateur est assez discret à la lumière du jour en réalité. Il est aussi facile à dissimuler avec un bout de scotch, même si cett pratique est contraire aux conditions d'utilisation du produit. Ce point n'est pas passé inaperçu pour l'autorité européenne de protection des données personnelles qui s'est dite préoccupée cet automne par le potentiel intrusif de ce nouveau produit et a sommé Facebook d'alerter le public sur la façon dont ces lunettes peuvent donner lieu à un enregistrement non évident.

Facebook déconseille d'utiliser ses lunettes aux toilettes ou au vestiaire

"Avec ces lunettes intelligentes, nous lançons une nouvelle façon de capturer des images avec un nouveau facteur de forme. Nous ne prenons pas cette responsabilité à la légère", explique Facebook à RTL. L'entreprise américaine dit avoir consulté des experts de plusieurs ONG lors du développement du produit et pris certaines dispositions pour lever les doutes qui l'entourent. Le lancement des Ray-Ban Stories sera accompagné dès le mois d'avril d'une campagne de communication européenne visant à expliquer au public comment utiliser les lunettes de manière intelligente et responsable. 

Certaines recommandations sont déjà disponibles sur un site dédié à la vie privée lancé aux Etats-Unis. Facebook y explique qu'il faut "respecter le consentement des gens", à savoir arrêter l'enregistrement si quelqu'un fait comprendre qu'il ne veut pas figurer sur une photo ou une vidéo et prendre garde à "ne pas capturer une scène où figurent des mineurs". La société conseille d'éteindre les lunettes dans certains espaces, comme "le cabinet du médecin, les vestiaires, les toilettes publiques, les écoles et les lieux de culte" et de ne pas capturer d'images au volant. Elle invite aussi les prochains utilisateurs des Ray-Ban Stories à montrer aux autres lorsqu'ils capturent une scène "en se manifestant par la voix ou via un geste clair". À voir si cela sera suffisant pour prévenir les mauvaises utilisations du produit.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/