1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Facebook change de nom et devient Meta pour mettre le cap sur le métavers
3 min de lecture

Facebook change de nom et devient Meta pour mettre le cap sur le métavers

Le groupe technologique a officialisé le changement de nom de sa holding qui reflète désormais ses ambitions dans le développement du métavers. Une décision qui intervient en pleine crise de réputation pour l'entreprise.

Facebook devient l'entité Meta
Facebook devient l'entité Meta
Crédit : Facebook
Benjamin Hue
Benjamin Hue

La réputation de Facebook est en berne, vive Meta. Mark Zuckerberg a officialisé le changement du nom de la société qui structure son empire technologique à l'occasion de l'ouverture de la conférence Facebook Connect, ce jeudi 28 octobre. La holding Facebook sera désormais baptisée Meta en référence à l'importance prise par le métavers dans les activités du groupe

De la même manière que Google est hébergé sous l'égide de la société Alphabet, le réseau social Facebook, les plateformes Instagram et WhatsApp mais aussi les casques de réalité virtuelle Oculus deviennent de simples filiales de la nouvelle entité Meta.

"Notre marque était trop liée à un seul service. Ce nouveau nom souligne notre nouvel objectif, donner vie au métavers", a-t-il expliqué afin de justifier une décision lue par les détracteurs de l'entreprise comme un moyen de se détacher des nombreuses affaires qui ternissent l'image de la marque Facebook depuis plusieurs années.

Le métavers, "au-delà" de l'Internet mobile

Symbolisé par un nouveau logo mêlant un "M" et le symbole de l'infini, Meta - « au-delà » en grec ancien - reflète les nouvelles ambitions de Mark Zuckerberg dans le métavers. "Internet n'arrête pas d'évoluer. Nous sommes passés des PC fixes aux PC portables puis aux smartphones, du texte aux photos puis aux vidéos. Le métavers est la prochaine frontière", a-t-il avancé. 

À lire aussi

Le milliardaire a détaillé pendant près d'une heure et demi sa vision de cet univers virtuel immersif censé dépasser les contraintes de l'internet mobile en apportant un sentiment de présence dans des mondes partagés en trois dimension. Selon lui, cette plateforme s'articulera autour de concepts forts comme les avatars, la présence, la téléportation, l'interopérabilité, les objets virtuels et les interfaces naturelles.

Le groupe technologique a donné un aperçu de cet univers à travers une vidéo montrant une femme rejoindre une amie en projetant son avatar en réalité virtuelle à un concert avant d'accéder à un "aftershow" tout aussi virtuel et d'acheter des produits dérivés exclusifs sous la forme de NFT (les fameux non-fungibles tokens qui garantissent l'authenticité des biens virtuels grâce à la technologie de registre distribué de la blockchain) pour personnaliser son clone numérique animé.

Facebook a annoncé des investissements conséquents pour bâtir cette plateforme. 10.000 personnes seront embauchées lors des cinq prochaines années en Europe pour doubler les effectifs du Reality Labs. Cette division est chargée de développer les expériences du métavers aux États-Unis sous la direction d'Andrew Bosworth, un proche de Zuckerberg qui sera promu directeur de la technologie de Facebook l'an prochain. 

Pour l'instant, le métavers de Facebook consiste en un trio d'expériences collaboratives en réalité virtuelles déclinées sous le label Horizon. Mais Mark Zuckerberg a annoncé la mise à disposition d'outils professionnels dédiés à la prise en charge des interactions passant par la voix et le toucher pour que les développeurs d'applications s'emparent du projet aux côtés des ingénieurs de Facebook. 

Objectif : un milliard de personnes d'ici 10 ans

Mark Zuckeberg espère qu'un milliard de personnes se connecteront au métavers d'ici la prochaine décennie. Facebook devra répondre pour cela à plusieurs problématiques, comme la faible appétence des gens pour la réalité virtuellela défiance grandissante du public envers la marque Facebook et la popularité d'autres mondes ouverts persistants auprès des jeunes, comme Fortnite ou Roblox, qui proposent déjà des embryons de métavers à succès. 

Secoué par les affaires, le milliardaire a brièvement évoqué l'importance du respect de la vie privée dans le métavers sans toutefois esquisser la moindre remise en cause de son modèle économique, suggérant qu'il devrait rester basé sur l'économie de l'attention et pourrait naturellement souffrir des mêmes travers que le réseau social actuel.

Pour l'instant, meta.com redirige vers meta.org, un site dédié à la recherche biomédicale développé sous la direction de la Chan Zuckerberg Initiative, l'entreprise philanthropique financée par le milliardaire américain et son épouse Priscilla Chan. Facebook l'avait acquis via sa fondation dès 2017 en rachetant une société spécialisée dans les technologies d'intelligence artificielle appliquée à la recherche d'articles scientifiques déjà appelée Meta. Mark Zuckerberg avait visiblement de la suite dans les idées.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/