1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Facebook bientôt rebaptisé ? 3 questions sur le possible changement de nom de la société
4 min de lecture

Facebook bientôt rebaptisé ? 3 questions sur le possible changement de nom de la société

Selon la presse américaine, Facebook va changer de nom pour mieux refléter l'importance du métavers dans ses activités. Un moyen de redorer l'image de l'entreprise écornée par différentes affaires.

Facebook a le projet de rapprocher les messageries de ses applications les plus populaires
Facebook a le projet de rapprocher les messageries de ses applications les plus populaires
Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue

C'est l'annonce qui secoue le monde des nouvelles technologies ce mercredi 20 octobre. Selon les informations du site spécialisé américain The VergeFacebook serait sur le point d'acter le changement du nom de la maison-mère qui chapeaute ses différentes activités. L'officialisation pourrait avoir lieu dès la semaine prochaine dans le cadre de la conférence Connect qui se tient à partir de jeudi, voire dès lundi, lors de l'annonce des résultats trimestriels du groupe. Facebook n'a pas souhaité confirmer cette information pour l'heure.

Dix-sept ans après la création du réseau social qui a fait sa fortune, Mark Zuckerberg aurait décidé de changer la devanture de son empire afin de mieux refléter ses ambitions dans le métavers, la future plateforme de connexion à Internet qu'il appelle de ses veux. Accessible avec un dispositif de réalité virtuelle ou augmentée, cette nouvelle interface doit proposer un environnement en trois dimensions aux utilisateurs, plus immersif. "Bientôt, nous ne serons plus perçus comme un groupe ayant des réseaux sociaux, mais comme un groupe travaillant sur le métavers", annonçait-il en août.

Ce changement de nom peut aussi être lu comme une stratégie de diversion visant à faire oublier les différentes affaires qui ternissent la réputation de l'entreprise, accusé dans des révélations récentes de faire primer sa rentabilité sur le bien-être de ses utilisateurs et la démocratie. Il ne devrait pas occasionner de bouleversement dans l'immédiat pour les utilisateurs qui pourront toujours accéder au réseau social Facebook et aux différents produits du groupe.

1 - Pourquoi ce changement de nom ?

Cette annonce intervient dans un moment crucial pour Facebook. L'empire de Mark Zuckerberg est fragilisé depuis plusieurs semaines par les révélations d'une lanceuse d'alerte nommée Frances Haugen. Cette ancienne data-scientist de la maison bleue a organisé dans la presse américaine la fuite de documents internes accablants. Elle a aussi témoigné devant le Congrès américain pour accuser son ancien employeur de laxisme et de cynisme dans le traitement de problématiques comme la protection des mineurs ou l'intégrité des élections. Frances Haugen a transmis l'ensemble des documents au gendarme de la Bourse américaine qui pourrait ouvrir un nouveau front contre Facebook, alors qu'une procédure est déjà en cours pour suspicion d'abus de position dominante.

À lire aussi

Sous le feu des critiques, Facebook a entrepris de désamorcer la polémique en discréditant son ancienne employée, en mettant en avant les programmes d'études menés en interne pour comprendre ces problématiques et en minimisant son influence sur les travers de la société. 

Le géant du numérique a changé son angle d'attaque ces derniers jour en annonçant dimanche soir le recrutement dans les cinq années à venir de 10.000 salariés hautement qualifiés en Europe afin de travailler sur son projet de métavers. Un moyen de braquer à nouveau les projecteurs sur ce chantier futuriste trois mois après les premières annonces de Mark Zuckerberg. En changeant le nom de sa holding dans la foulée pour mieux refléter ces activités, Facebook opérerait une nette distinction entre ce qui relève du présent et les projets du groupe visant à écrire le prochain chapitre de l'Internet mobile. Cela permettrait à l'entreprise de ne plus être citée lorsque le réseau social est sous le feu des critiques.

2 - Quel pourrait être ce nouveau nom ?

Le nouveau nom du groupe Facebook est un secret bien gardé. Mais le site américain The Verge croit savoir qu'il pourrait être lié au mot "Horizon". Ce terme est en effet au coeur de la nouvelle stratégie de l'entreprise dans la réalité virtuelle, via les expériences immersives Horizon Worlds et Horizon Workrooms qui apparaissent aujourd'hui comme les prémices du projet de métavers de Facebook.  

Développé depuis deux ans, Horizons World est une sorte d'équivalent en réalité virtuelle du réseau social qui doit permettre aux utilisateurs de se projeter dans des mondes parallèles pour jouer, discuter ou pratiquer des activités à l'aide d'un casque de réalité virtuelle Oculus, la société rachetée par Facebook en 2014. De son côté, Horizon Workrooms est un outil collaboratif permettant de travailler à distance en réalité virtuelle. 

Ces expériences posent les bases de la future interface immersive imaginée par Mark Zuckerberg dans laquelle viendront se greffer les magasins virtuels de la "market place" de Facebook, les entreprises et les divertissements. Une grande inconnue demeure cependant : Mark Zuckerberg n'a esquissé aucun changement de stratégie économique. Si le modèle du métavers reste basé sur l'économie de l'attention, il pourrait souffrir des mêmes travers que le réseau social.

3 - Qu'est-ce qui changera pour vous ?

Le changement de dénomination de la marque Facebook ne devrait pas changer grand chose dans le quotidien des utilisateurs finaux. S'il se confirme, Facebook deviendra simplement un produit parmi d'autres sous le contrôle d'une maison-mère. Le réseau social sera toujours accessible via son application au même titre qu'Instagram, WhatsApp et Messenger. 

Ce changement de nom ressemblerait au virage opéré par Google en 2015. Le géant de Mountain View avait réorganisé ses activités sous la holding Alphabet pour clarifier la structure du groupe et souligner qu'il n'était plus un simple moteur de recherche mais bel et bien une entreprise tentaculaire dont les activités ont autant trait à la santé connectée qu'aux voitures autonomes ou à la publicité. Six ans plus tard, Google est toujours un moteur de recherche dans l'esprit du public.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/