1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Cybersécurité : pourquoi la planète numérique est de plus en plus vulnérable
2 min de lecture

Cybersécurité : pourquoi la planète numérique est de plus en plus vulnérable

ÉDITO - La révélation d'une vaste cyberattaque ainsi que la panne inédite des services de Google démontrent les limites de notre dépendance au numérique.

Une personne sur son clavier d'ordinateur (illustration)
Une personne sur son clavier d'ordinateur (illustration)
Crédit : HO / CEOP / AFP
Cybersécurité : la planète numérique de plus en plus vulnérable
03:28
Cybersécurité : la planète numérique de plus en plus vulnérable
03:28
François Lenglet - édité par Victor Goury-Laffont

L'une des plus importantes cyberattaques des dernières années vient d'être découverte, une incroyable histoire révélée ce lundi 14 décembre par les autorités américaines. Le Pentagone, le département d'État, et des milliers de grandes entreprises dans le monde auraient vu leur système informatique piraté depuis plusieurs mois, laissant à découvert des données sensibles, des mails, des dossiers, des contacts. 

Les pirates auraient forcé un logiciel très répandu, Orion, de Solarwinds, pour pénétrer les ordinateurs qu'ils voulaient espionner. Le gouvernement américain a diffusé, le 14 décembre, un avertissement pour mettre en garde les entreprises et les organisations qui utilisent cette plate-forme dans le monde. Elles sont près de 300.000.
 
Pour une cyberattaque, comme pour un cambriolage, personne ne laisse sa carte de visite à part Arsène Lupin. Mais les services spécialisés n'ont aucun doute : il s'agit, compte tenu des moyens déployés, d'un État. Celui-ci pourrait être la Russie, ou du moins des organisations liées aux services secrets russes, dont on connaît l'intérêt pour la déstabilisation des États occidentaux. Ils sont aussi très actifs en ce moment pour pirater les réseaux informatiques des compagnies pharmaceutiques et des autorités de santé, afin d'accroître le bazar créé par la pandémie.

La première victime de cette attaque, c'est une société américaine spécialisée dans la lutte contre les pirates, FireEye. Elle s'est fait voler la boîte à outils informatique qui lui servait à entrer par effraction dans le système de leurs clients, pour mettre en évidence leurs vulnérabilités. Si on peut voler la police, chez les pirates, c'est la fête.

Internet, un secteur vulnérable

Tout cela montre l'incroyable vulnérabilité des artères essentielles de l'Internet. Elles sont à la fois vitales et très fragiles. Comme par hasard, le 14 décembre aussi, une panne frappait Google pendant près d'une heure à la mi-journée. 

À lire aussi

Google, dont les services touchent deux milliards de Terriens pour leur vie personnelle et professionnelle. C'est l'autre caractéristique du monde numérique : il est très concentré, dans les mains de quelques fournisseurs qui ont une couverture planétaire. 

Tout comme l'irruption du coronavirus a fait voler en éclats nos illusions sur la maîtrise des maladies, une gigantesque attaque informatique, ou une panne, pourrait mettre à mal l'économie mondiale. D'un seul coup.

Une dépendance au numérique accrue

Un scénario d'autant plus vraisemblable que, à cause de l'épidémie, la numérisation de l'économie et plus largement de l'activité humaine s'est accélérée. Les réunions professionnelles se font par Internet, tout comme les consultations médicales, l'enseignement ou le recrutement.

La technologie avait atténué les effets économiques de la crise sanitaire. Le tech krach nous plongerait au contraire dans la récession, nous contraignant à nous replonger dans le monde physique sans l'avoir préparé

John Le Carré, le romancier britannique mort le 12 décembre, décrivait, dans l'un de ses derniers livres, des espions qui ne faisaient plus confiance à l'électronique pour leurs communications, et qui en revenaient au papier, jugé plus sûr. C'était peut être visionnaire. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/