1 min de lecture Coronavirus

Xavier Bertrand refuse d’enlever son masque lors d’une cérémonie en hommage à de Gaulle

VU DANS LA PRESSE - Seul à porter un masque chirurgical pendant la cérémonie, le président de la région Hauts-de-France affirme que les élus ont été priés de se découvrir le visage.

Xavier Bertrand portant un masque pendant les commémorations à La-Ville-aux-Bois-les-Dizy, dans l'Aisne, le 17 mai 2020.
Xavier Bertrand portant un masque pendant les commémorations à La-Ville-aux-Bois-les-Dizy, dans l'Aisne, le 17 mai 2020. Crédit : STEPHANE LEMOUTON / POOL / AFP
photo camille
Camille Sarazin Journaliste

Le président de la région Hauts-de-France a été le seul à garder son masque pendant la cérémonie de commémoration de la bataille de Montcornet, dans l'Aisne, dimanche 17 mai. Il assure que les élus ont été priés de retirer leur masque, ce qu'il a refusé. 

“L’Élysée a fait retirer leur masque à l’ensemble des élus présents”, a assuré l'élu au journal local Oise Hebdo. Xavier Bertrand explique pourtant que les distances physiques étaient inférieures à un mètre pendant la cérémonie

Une déclaration aussitôt contredite par l'Élysée. Interrogé par Le HuffPost sur cette question, le Palais a répondu que “le masque n’était pas obligatoire sur le site de la commémoration, étant donné que nous étions en mesure d’assurer la distanciation physique entre les invités” et que “ceux qui ont souhaité le garder ne s’en sont pas vus privé par qui que ce soit”. 

"L'État n'était pas prêt"

Cette petite querelle sur le port du masque n'est pas anodine. La veille de la cérémonie, Xavier Bertrand avait signé une tribune dans le JDD, une critique acerbe du président. "Ce serait être piètre gaulliste de se contenter de révérer le passé sans essayer d'y lire les leçons que nous devons en tirer pour l'avenir", tacle l'élu. 

À lire aussi
Une piscine (illustration) coronavirus
Les infos de 6h - Déconfinement : pourquoi la réouverture des piscines est complexe

"D'abord, face à la menace, l'État n'était pas prêt. Il n'avait pas les équipements nécessaires : les avions manquaient. Pire, les gouvernements de passage avaient menti à la population crédule, leur laissant croire que la France attendait l'ennemi de pied ferme", écrit encore Xavier Bertrand, sans préciser s'il évoque 1940 ou la pénurie de masques.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Épidémie Xavier Bertrand
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants