4 min de lecture Économie

Whirlpool, GM&S, Vivarte... Les dossiers sensibles qui attendent l'exécutif

Tout juste investis à leur poste au plus haut sommet de l'État, le président de la République, Emmanuel Macron, et son premier ministre, Édouard Philippe, vont devoir affronter de nombreux plans sociaux et projets de restructuration.

Le site Whirlpool d'Amiens, théâtre de la visite des deux finalistes de la présidentielle le 26 avril 2017
Le site Whirlpool d'Amiens, théâtre de la visite des deux finalistes de la présidentielle le 26 avril 2017 Crédit : AFP / Éric Feferberg
Philippe Peyre
Philippe Peyre
et AFP

Des milliers d'emplois menacés. Les dossiers brûlants ne manquent pas en ce début de quinquennat d'Emmanuel Macron. Le président, son premier ministre Édouard Philippe ainsi que son ou sa futur(e) ministre de l'Économie ont une épaisse pile de dossiers à traiter, aussi délicats les uns que les autres. Et pour cause : de nombreux plans sociaux et projets de restructuration attendent le nouvel exécutif avec, à la clé, des milliers d'emplois en jeu.

Dès son arrivée au pouvoir en mai 2012, François Hollande avait dû affronter une vague importante de plans sociaux : ArcelorMittal, PSA, Petroplus, Mory Ducros... Et des milliers d'emplois avaient pu être sauvés. "Je laisse la France dans un état bien meilleur que celui que j'ai trouvé", a lancé le désormais ancien président, dimanche 14 mai, au siège du PS. 

Le nombre d'entreprises en difficulté suivies par le ministère de l'Économie a diminué, selon Le Monde. "On laisse quelque chose de propre", a même confié un conseiller ministériel au journal du soir. Il n'empêche, le gouvernement doit se préparer à affronter bon nombre de dossiers brûlants.

À lire aussi
Des puits de pétrole en Iran, le 12 mars 2017 pétrole
Tensions dans le Golfe : pourquoi le cours du pétrole flambe

Whirlpool : à la recherche d'un repreneur

La délocalisation de l'usine Whirlpool, qui fabrique des sèches-linges, en Pologne, prévue pour juin 2018, a suscité de vives oppositions entre les deux candidats à l'élection présidentielle, pendant la campagne d'entre-deux-tours. Le site, situé à Amiens (Somme), ville natale du président de la République, a été le théâtre de l'affrontement entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, incarnant le symbole des maux de la mondialisation et des luttes sociales. 

Si un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) a été signé, l'usine reste à la recherche d'un repreneur pour pouvoir maintenir son activité. Le dossier reste donc sur la table et nul doute que la façon dont il va être géré va être observée à la loupe.

GM&S : ils menacent de faire exploser l'usine

C'est le deuxième employeur privé de la Creuse et sa liquidation risque d'être prononcée le 23 mai. 279 emplois sont directement menacés. L'usine de cet équipementier automobile est occupée depuis le jeudi 11 mai par les employés qui affirment l'avoir "piégée" avec des bonbonnes de gaz et des bidons d'essence. Ils entendent exercer une pression sur leurs deux principaux donneurs d'ordre que sont PSA et Renault afin qu'ils s'engagent sur un volume de commandes suffisant. Là encore, la suite des événements promet d'être délicate... 

Vivarte : 900 emplois seraient menacés

L'année 2015 a déjà été sanglante pour les emplois du groupe textile, propriétaire des enseignes bien connues du grand public telles que La Halle, André, Naf Naf ou encore Caroll. 1.850 postes ont été supprimés. Au mois de janvier, le groupe a annoncé des cessions d'enseignes et deux nouveaux PSE. 900 emplois seraient directement supprimés, craignent les syndicats.

Au lendemain du premier tour de la présidentielle, ils avaient demandé à Emmanuel Macron, "en tant qu'ancien banquier d'affaires", quelles solutions pouvaient être "mises en oeuvre pour éviter le pire" aux salariés mais aussi "pour réguler le capital investissement". Pour eux, les difficultés de Vivarte sont essentiellement dues à son rachat par endettement en 2007 et à la restructuration de sa dette en 2014, par des "fonds vautours".

Tati : la crainte d'une "casse sociale"

L'annonce est tombée en pleine campagne d'entre-deux-tours. La célèbre enseigne au vichy rose a été déclarée en cessation de paiement, avant d'être placée en redressement judiciaire. Une annonce qui concerne aussi bien Tati que les autres enseignes (Fabio Lucci, Gigastore et Degrif'Mania) du pôle Agora Distribution, filiale du groupe Eram. 1.754 salariés sont concernés dans les 140 magasins. 

Si cinq offres de reprise sont sur la table, celle de la Foir'Fouille, Centrakor, Stokomani et Maxi Bazar, elles projettent de reprendre 88 magasins et 1.051 salariés. Gifi vise 100 magasins et 1.200 salariés. Mais les salariés craignent une "casse sociale".

William Saurin : 3.000 salariés sur la sellette

Des comptes truqués. À la fin de l'année 2016, la découverte de comptes trafiqués du groupe agroalimentaire (William Saurin, Garbit, Paul Prédault ou encore Madrange) a plongé dans l'incertitude 3.000 salariés répartis sur 21 sites. Le rachat du pôle charcuterie, où 1.600 salariés travaillent, par la coopérative bretonne Cooperl sera examiné le lundi 29 mai par la justice. Concernant le pôle plats cuisinés, environ 1.300 emplois, quatre offres devaient être déposées avant le lundi 15 mai à minuit.

Airbus : une restructuration au niveau européen

Un millier de postes vont être supprimés en Europe, dont 640 en France. L'avionneur européen Airbus s'est lancé dans un plan de restructuration qui prévoit la fermeture, d'ici à la mi-2018, du site de Suresnes (Hauts-de-Seine), où environ 310 postes seront supprimés et 150 transférés à Toulouse.

AccorHôtels : F1 dans la tourmente

C'est la chaîne économique du groupe, Hôtel F1, qui est concernée. Il s'agit d'un plan social impliquant quelque 400 salariés, comprenant une part de départs volontaires. Le plan social a été engagé au début du mois d'avril à la suite de la cession d'une soixantaine d'établissements.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Édouard Philippe Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788564345
Whirlpool, GM&S, Vivarte... Les dossiers sensibles qui attendent l'exécutif
Whirlpool, GM&S, Vivarte... Les dossiers sensibles qui attendent l'exécutif
Tout juste investis à leur poste au plus haut sommet de l'État, le président de la République, Emmanuel Macron, et son premier ministre, Édouard Philippe, vont devoir affronter de nombreux plans sociaux et projets de restructuration.
https://www.rtl.fr/actu/politique/whirlpool-gm-s-vivarte-les-dossiers-sensibles-qui-attendent-l-executif-7788564345
2017-05-16 18:10:40
https://cdn-media.rtl.fr/cache/E8f_9UDDbdd5WL5IbDAj2Q/330v220-2/online/image/2017/0427/7788306046_le-site-whirlpool-d-amiens-theatre-de-la-visite-des-deux-finalistes-de-la-presidentielle-le-26-avril-2017.jpg