1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Violences policières : Darmanin tacle "la dignité sélective" des sportifs engagés
1 min de lecture

Violences policières : Darmanin tacle "la dignité sélective" des sportifs engagés

INVITÉ RTL - Gérald Darmanin a critiqué la "dignité sélective" des sportifs qui ont pris position contre les violences policières, en mettant en avant les agents blessés dans la Marche des Libertés.

Antoine Griezmann et Kylian Mbappé le 14 octobre 2020 à Zagreb
Antoine Griezmann et Kylian Mbappé le 14 octobre 2020 à Zagreb
Crédit : FRANCK FIFE / AFP
Gerald Darmanin est l'invité RTL d'Alba Ventura
15:08
Gérald Darmanin était l'invité de RTL du 3 décembre 2020
15:08
Violences policières : Darmanin tacle "la dignité sélective" des sportifs engagés
02:13
Alba Ventura & Coline Daclin

Après l'agression du producteur noir Michel Zecler, certains sportifs ont pris position contre les violences policières. En tête, les footballeurs Antoine Griezmann et Kylian Mbappé. Le premier avait tweeté "J'ai mal à ma France" en interpellant le ministre de l'Intérieur, et le second avait dénoncé "des violences inadmissibles".

De son côté, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, interrogé au micro de RTL sur le sujet, s'indigne. "Je trouve que certains ont la dignité sélective", a-t-il déclaré. "On peut aussi être particulièrement blessé à ce que représente notre pays, le drapeau français, la France de manière générale, lorsqu'on voit qu'une commissaire de police, désormais, doit avoir une attelle en fer à la place de son bras parce qu'elle prend un pavé [...]. Qu'un major de 50 ans, vous avez vu les images, a été roué de coups à terre et qu'autour de lui, plutôt que de lui porter secours, on prend son téléphone et on filme", a soutenu Gérald Darmanin, en référence à des agents blessés lors d'affrontements en marge d'une manifestation à Paris le 28 novembre. "Je regrette parfois la dérive d'une partie de la société", a ajouté le ministre.

Des dizaines de milliers de personnes avaient défilé le 28 novembre contre la proposition de loi "sécurité globale", amenant le gouvernement à promettre une réécriture du controversé article 24. Lors de cette manifestation, un photographe de l'AFP a également été blessé.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/