2 min de lecture Christophe Castaner

Loi "sécurité globale" : la réécriture de l'article 24 sera proposée "avant Noël", annonce Castaner

INVITÉ RTL - Le chef de file des députés LaREM a pris la défense du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, tout en faisant un mea culpa en reconnaissant que "le chemin que nous avions pris n’était pas le bon" sur la proposition de loi "sécurité globale".

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Christophe Castaner dans RTL Soir avec Thomas Sotto Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto et Marie-Pierre Haddad

Gérald Darmanin "est un bon ministre de l'Intérieur". Ce compliment émanant de son prédécesseur à Beauvau vise surtout à calmer la tempête déclenchée par la proposition de loi "sécurité globale". 

Invité à l'antenne de RTL ce mardi 1er décembre, Christophe Castaner estime qu'il y a eu "une vraie incompréhension" sur l'article 24 interdisant la diffusion de vidéos montrant les visages des forces de l'ordre lors de manifestations. "Le chemin que nous avions pris n'était pas le bon, parce qu'il a été incompris".

Pour mettre fin à la crise politique qui a touché le préfet de police Didier Lallement et Gérald Darmanin, et a fini par remonter jusqu'à Emmanuel Macron, la majorité a annoncé la réécriture de l'article controversé. Le chef de file des députés La République En Marche a précisé au micro de RTL que la réécriture de l'article sera proposée "avant Noël".

Avec l'article 24, on aurait vu les vidéos de l'interpellation de Michel Zecler

Christophe Castaner, chef des députés LaREM
Partager la citation

"On ne négocie pas avec la liberté d'expression et encore moins avec la liberté de la presse, a insisté Christophe Castaner. Sur le fond de l'article controversé, l'ancien ministre de l'Intérieur estime que "l'objectif est partagé par tous". Le chef de file de La République En Marche à l'Assemblée nationale assure qu'avec l'article 24, "on aurait vu les vidéos" de l'interpellation de Michel Zecler. "Des actes scandaleux et condamnables", ajoute-t-il.  

À lire aussi
assemblée nationale
Loi sur les "séparatismes" : pourquoi 286 amendements ont-ils été retoqués ?

Quelques jours plus tôt, le mea culpa n'était pourtant pas sur toutes les lèvres. Les tensions se sont intensifiées entre Jean Castex et la majorité après que le premier ministre a proposé à une commission externe et indépendante de réécrire l'article. "C'était une erreur et nous avons corrigé le tir", a expliqué Christophe Castaner en évoquant "une maladresse".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Christophe Castaner Police Gérald Darmanin
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants