2 min de lecture Primaire PS

Primaire de la gauche : quand Cambadélis se moquait de "l'équipe de foot" de la droite

VIDÉO - Le nombre de candidats potentiels à la primaire de la gauche est supérieur à celui de la primaire de la droite. Neuf personnalités pourraient concourir en janvier prochain, contre sept pour l'opposition.

>
Cambadélis : "L'émiettement est à droite, la fragmentation est à gauche" Durée : |
Sabrina Alili

Il aurait peut-être fallu être plus prudent. Jean-Christophe Cambadélis critiquait il y a quelques mois déjà les nombreuses candidatures en vue de la primaire de la droite. "Ils sont sept, ils vont bientôt être dix, si ce n'est onze. C'est une équipe de foot, ce n'est plus une primaire !", s'était ostensiblement moqué le premier secrétaire du Parti socialiste le 15 février 2016 au micro de France Info

Une déclaration qui doit laisser un goût amer au vice-président du Parti socialiste européen (PSE). Dix mois plus tard, les candidats à la primaire socialiste pourraient être au nombre de… neuf, soit deux de plus que les prétendants de l'opposition. Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Gérard Filoche, Jean-Luc Bennahmias (Mouvement démocrate), François de Rugy (écologistes !), Sylvia Pinel (Parti radical de gauche), Vincent Peillon et Fabien Verdier ont déposé leur dossier de candidature, jeudi 15 décembre.

"Ce n'est pas open-bar"

La liste aurait pu être bien plus fournie. Marie-Noëlle Lienemann a finalement décidé de se retirer de la course à la primaire. Paul Larrouturou (Nouvelle Donne), Sébastien Nadot (Mouvement des Progressistes) et Bastien Faudot (Mouvement Républicain et Citoyen) ont, eux, été écartés par les organisateurs du scrutin. C'est Jean-Christophe Cambadélis lui-même qui a annoncé le rejet de leur candidature. "Ce n'est pas open-bar", avait-il déclaré, estimant que les partis dont ils étaient issue se ralliaient à la Belle alliance populaire plus par opportunisme que par conviction.

Le premier secrétaire a cependant tenté de convaincre d'autres personnalités de rejoindre cette primaire : Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Les deux hommes sont restés sourds à l'appel de Jean-Christophe Cambadélis.

À lire aussi
L'ancien Premier ministre, Manuel Valls élections
Manuel Valls : "Parfois, il m'est arrivé de confondre autorité et autoritarisme"

Il faudra attendre le 17 décembre pour que la haute autorité des primaires citoyennes examine et valide les dossiers et lance ainsi officiellement le match tant attendu de la primaire dont l'issue sera connue le 29 janvier prochain, une semaine après le premier tour, organisé le 22 janvier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire PS Jean-Christophe Cambadélis Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants