2 min de lecture Présidence UMP

VIDÉO - Présidence UMP : quand les candidats se lancent des fleurs

VIDÉO ZAPPEUR - Marquée par les attaques entre candidats, la campagne pour la présidence de l'UMP aura parfois vu ces derniers s'échanger des amabilités.

>
Présidence UMP : avec les critiques, quelques amabilités entre candidats Durée : |
Charline Buda
Charline Buda

C'est Bruno Le Maire qui le dit le mieux : "il n'y a pas de guerre des chefs" à l'UMP. Une phrase que l'ancien ministre de l'Agriculture a répété  à l'envi tout le long de sa campagne pour la présidence du parti. Et malgré les (nombreuses) critiques et tacles échangés entre candidats, ceux-ci n'ont pas oublié pour autant la politesse et l'amabilité.

Bruno Le Maire : médaille de la gentillesse

Le rival de Nicolas Sarkozy est celui qui a fait preuve de la plus grande politesse lors de la campagne. Bien avant que Nicolas Sarkozy n'officialise son retour, en septembre dernier, il confiait déjà à Laurent Ruquier sur le plateau d'On n'est pas couchés tout son "respect" pour l'ancien président : "J'ai été fier de travailler avec lui", disait-il.

Lorsqu'il doit essuyer les critiques de ses concurrents, il réplique avec humour. Nicolas Sarkozy dit qu'il a le "charisme d'une huître" ? "J'aime bien les huîtres", répond-il. Hervé Mariton le tacle sur l'un de ses livres ? "Je le remercie de me faire de la publicité", ironise-t-il, consolidant ainsi son image de "Monsieur Propre" de l'UMP. Il n'oublie pas non plus Hervé Mariton, un candidat avec, selon lui, "un positionnement particulier et fort."

Nicolas Sarkozy : des insultes aux flatteries

Lors de son grand retour au 20 heures de France 2, il avait "oublié" de mentionner son ancien ministre Bruno Le Maire parmi les gens avec qui il aimerait travailler. Nicolas Sarkozy a depuis changé de cap. Il n'oublie maintenant jamais de citer son rival à chacun de ses meetings, le décrivant comme "l'un de ses très bons ministres".

À lire aussi
Jean-François Copé Primaire Les Républicains
Primaire de la droite : Copé s'explique sur sa lutte fratricide avec Fillon pour la présidence de l'UMP

Un tournant à 180 degrés pour celui qui l'insultait auparavant de "connard"... Mais une stratégie politique payante : Bruno Le Maire s'est dit prêt à rallier Nicolas Sarkozy s'il prend la tête du parti. Car avec la montée en puissance du député de l'Eure dans les sondages, notamment auprès des sympathisants extérieurs à l'UMP, Nicolas Sarkozy augmenterait avec cette alliance son capital sympathie pour la suite logique, les primaires UMP pour la présidentielle de 2017... Où il fait face au très populaire Alain Juppé

En revanche, l'ancien président ne dit pas un mot sur le troisième homme de cette élection, Hervé Mariton.

Hervé Mariton : courtoisie réglementaire

Le député de la Drôme n'a pas été avare de critiques lors de cette campagne, aussi bien pour Nicolas Sarkozy, dont il juge le positionnement trop flou, que pour Bruno Le Maire, dont le programme est selon lui trop faible et pas assez libéral. Cependant, il reconnait quand même sa probable défaite : "il y a un candidat très puissant, c'est Nicolas Sarkozy", disait-il sur iTélé.

Hervé Mariton a aussi fait preuve d'une relative bonne foi quand il a complimenté Bruno Le Maire sur ses capacités d'écrivain, en tant qu'invité de On n'est pas couchés : "Je cite un auteur de qualité", avait-il déclaré...pour mieux le critiquer en référence à une phrase contenue dans l'un des livres de l'ex-ministre où celui-ci narrait comment il se faisait "caresser le sexe" par sa femme.

>
Ces piques que s'envoient les candidats à la présidence de l'UMP Durée : |
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidence UMP UMP Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants