1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Vaccin contre le coronavirus : Macron a commis "une faute gravissime", selon Bertrand
1 min de lecture

Vaccin contre le coronavirus : Macron a commis "une faute gravissime", selon Bertrand

Dans "Le Parisien", Xavier Bertrand juge qu'Emmanuel Macron "devra" s'expliquer "devant les Français" de "l'échec" de la campagne vaccinale contre le coronavirus.

Xavier Bertrand, le 28 septembre 2020
Xavier Bertrand, le 28 septembre 2020
Crédit : Alain JOCARD / AFP
Marie-Pierre Haddad

Une attaque frontale. Xavier Bertrand n'a de cesse de dénoncer la responsabilité d'Emmanuel Macron dans la gestion de la crise sanitaire. À chaque étape et polémique qui s'en suit, le président de la région Hauts-de-France tape de plus en plus fort contre le président de la République. 

Dans un entretien au Parisien, Xavier Bertrand a estimé qu'Emmanuel Macron avait commis "une faute gravissime" avec sa stratégie de vaccination. Cette dernière "nous conduit inévitablement à l'échec", d'après lui. L'ancien membre des Républicains a aussi estimé que le chef de l'État "devra s'en expliquer devant les Français".

Sans avoir officiellement annoncé une candidature à l'élection présidentielle - mais en s'en rapprochant à chaque jour qui passe - Xavier Bertrand veut faire de la vaccination une "priorité nationale" avec une "campagne de promotion grand public". 

La "faute", critique déjà utilisée par Bertrand

"Nous ne pouvons pas revivre le même mensonge officiel que sur les masques, ce fiasco où la doctrine a été guidée par la pénurie", a-t-il affirmé. Le président de la région Hauts-de-France propose, pour accélérer le rythme de la vaccination, "un consentement oral, et non écrit" à la vaccination, ou encore l'idée de confier la logistique à "des logisticiens privés qui savent faire, un service de santé des armées". 

À lire aussi

Ce n'est pas la première fois que le possible candidat de la droite à la présidentielle de 2022 formule de telles critiques à l'encontre d'Emmanuel Macron. Sur le sujet des violences policières, Xavier Bertrand avait, là encore, dénoncé la politique du président de la République qui avait reconnu le terme. Une "faute" qui "n'est pas pardonnable", selon l'ex-LR. Une stratégie permettant de désigner son adversaire pour 2022 et d'installer le match entre lui et le chef de l'État.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/