1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Parler de "violences policières", une faute "pas pardonnable" de Macron selon Bertrand
1 min de lecture

Parler de "violences policières", une faute "pas pardonnable" de Macron selon Bertrand

Xavier Bertrand a vivement critiqué les propos tenus par Emmanuel Macron sur le média "Brut" ce vendredi 4 décembre. Celui-ci a notamment accepté de parler de "violences policières".

Xavier Bertrand, le 28 septembre 2020
Xavier Bertrand, le 28 septembre 2020
Crédit : Alain JOCARD / AFP
Venantia Petillault & AFP

Xavier Bertrand, le président ex-LR de la région Hauts-de-France, a dénoncé dimanche 6 décembre la "faute" qui "n'est pas pardonnable" d'Emmanuel Macron qui a, selon lui, "lâché les forces de l'ordre" en acceptant de parler de "violences policières".

Le président de la République a reconnu vendredi qu'il existait "des violences par des policiers", expression qu'il a dit préférer à celle de "violences policières", qui est selon lui devenue "un slogan". "Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières, mais je le déconstruis", car "c'est devenu un slogan pour des gens qui ont un projet politique. Il y a des policiers qui sont violents" et "qu'il faut sanctionner", a-t-il dit sur le média en ligne Brut, faisant notamment référence à l'agression d'un producteur noir par plusieurs policiers.

"Il n'a pas le droit de lâcher les forces de l'ordre"

"Je suis choqué que le président de la République reprenne ce propos", a critiqué sur France 3 le possible candidat de la droite à la présidentielle de 2022. "S'il y a des policiers qui sont violents, s'il y a des policiers qui sont racistes, ils doivent répondre de leurs actes et être punis, mais laisser penser que toute l'institution peut-être susceptible de se livrer à des violences, c'est une faute", a-t-il déploré.

"Ce qu'a dit le président de la République, l'autre jour, n'est pas pardonnable, il n'a pas le droit de lâcher les forces de l'ordre", a-t-il ajouté, en soulignant que "ça n'est pas la première fois", rappelant le précédent du Festival d'Angoulême en janvier 2020 où le président avait posé au côté du dessinateur Jul en tenant un t-shirt qui symbolisait les violences policières.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.