1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Turquie : faut-il s’inquiéter des dernières outrances de Recep Tayyip Erdogan ?
2 min de lecture

Turquie : faut-il s’inquiéter des dernières outrances de Recep Tayyip Erdogan ?

ÉDITO - Le président turc s'en est pris à son homologue français Emmanuel Macron, dont des récents propos sur l'islam ont suscité critiques, manifestations et même appels au boycott des produits français dans le monde musulman.

Recep Tayyip Erdogan et Emmanuel Macron le 5 janvier 2018 à Paris
Recep Tayyip Erdogan et Emmanuel Macron le 5 janvier 2018 à Paris
Crédit : LUDOVIC MARIN / POOL / AFP
Erdogan avec les islamistes contre Macron
02:46
Erdogan avec les islamistes contre Macron
02:46
Olivier Bost - édité par Marie-Pierre Haddad

Faut-il s’inquiéter des dernières outrances du dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan ? C’est tout à la fois inquiétant et pas très surprenant malheureusement. Les injures, les provocations, les ingérences et les chantages sont courants de la part du dirigeant turc et ça fait des mois et des années que ça dure.

Mais ça reste inquiétant parce qu’Erdogan multiplie les fronts. Tout ça, il le fait d’abord pour des raisons de politique intérieure turque. Par ses outrances, comme d’autres populistes, il masque ses échecs dans son pays. Erdogan bataille aussi contre les prises de positions françaises pour la Grèce, la Libye et le Haut-Karabakh.
 
Est-ce que ça peut être dangereux ? Oui. En Méditerranée, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian décrit très bien une situation à risque. Il y a une concentration de bateaux de guerre de tout un tas de nationalités qui naviguent dans un petit périmètre.

Vague migratoire et boycott des produits français

En période de tension, un missile peut toujours partir par erreur. Erdogan menace aussi toujours l’Europe d’une vague migratoire et d’ouvrir ses frontières. Sur un autre front, le président turc veut aussi s’afficher comme le défenseur de l’islam sunnite.

Quand il vise le discours d’Emmanuel Macron contre le séparatisme islamiste et pour sa défense des caricatures. Erdogan encourage indirectement ceux qui appellent au boycott des produits français ou qui brulent des drapeaux tricolores

À lire aussi

C’est pour ça qu’Emmanuel Macron a tweeté hier en français, en anglais et en arabe : "Rien ne nous fera reculer, jamais". Que peut-on faire contre la Turquie ? Nous avons rappelé notre ambassadeur d’Ankara. C’est un geste fort. Et le chef de la diplomatie européenne a apporté son soutien à la France, ce qui n’est pas si courant.

Quelles sanctions pour la Turquie ?

Il n’en reste pas moins que depuis des semaines, les 27 n’arrivent pas à se mettre d’accord sur des sanctions contre la Turquie. L’Allemagne n’est pas à l’aise. Elle commerce avec Ankara et compte une très forte communauté turque. C’est aussi ce qui inquiète en France.
Ce que Clément Beaune, le ministre français des Affaires européennes a désigné hier sur Radio J comme "une influence turque délétère".

Avec des associations, des imams et sur les réseaux sociaux, il y a chez nous une forme de prosélytisme turc d’un islam politique. C’est précisément ce à quoi s’attaque Emmanuel Macron avec la loi contre le séparatisme. Les insultes d’Erdogan vont donc continuer.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/