1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Smic, CSG, prime de fin d'année... Les annonces de Macron devraient coûter 15 milliards d'euros
1 min de lecture

Smic, CSG, prime de fin d'année... Les annonces de Macron devraient coûter 15 milliards d'euros

Le chef de l'État a tenté de calmer la colère des "gilets jaunes" en annonçant notamment une hausse du Smic et la suppression de la CSG pour les petites retraites.

Emmanuel Macron devant l'Élysée, le 17 septembre 2018
Emmanuel Macron devant l'Élysée, le 17 septembre 2018
Crédit : Bertrand GUAY / AFP
Un coût de 15 milliards d'euros pour l'État
00:00:58
Léa Stassinet

Les "gilets jaunes" exigeaient "un tournant social" de la part d'Emmanuel Macron. Celui-ci a affirmé avoir "ressenti cette colère comme juste" et a annoncé ce lundi 10 décembre toute une série de mesures pour calmer la grogne.

Parmi elles, un coup de pouce au Smic tant espéré. Le chef de l'État a ainsi annoncé une hausse de 100 euros par mois pour les salariés payés au Smic, sans que ça n'impacte les employeurs. Autre annonce importante, la suppression de la CSG pour les petites retraites. Concrètement, les retraités qui touchent moins de 2.000 euros par mois en seront exemptés.

S'il a confirmé que l'impôt sur la fortune ne serait pas rétabli, le président de la République a fait un geste concernant les heures supplémentaires. Dès 2019, celles-ci seront versées "sans impôts ni charges". De plus, Emmanuel Macron a encouragé les entreprises "qui le peuvent" à verser une prime de fin d'année elle aussi défiscalisée et sans charges sociales à leurs employés. 

Des mesures qui vont coûter "très cher"

Mais combien vont coûter toutes ces mesures ? "Très cher", annonce Christophe Ponzio, du service Économie de RTL. La commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale a ainsi fait une première estimation, et celle-ci s'élève à 15 milliards d'euros selon Paris Match.

À écouter aussi

Concernant les heures supplémentaires, "leur défiscalisation va toucher 9 millions de salariés", ajoute Christophe Ponzio, qui rappelle qu'il y avait déjà eu un précédent sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. "À l'époque, l'institut Montaigne avait chiffré la mesure à 4,5 millions d'euros par an, soit autant que l'annulation de la taxe sur les carburants", conclut le journaliste.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.