2 min de lecture Remaniement ministériel

Sibeth Ndiaye : la nouvelle porte-parole recadrée sur Twitter par l'opposition

À peine nommée ce dimanche 31 mars porte-parole de l'exécutif, Sibeth Ndiaye s'attire les foudres de l'opposition en annonçant son "nouveau job" sur Twitter.

Sibeth Ndiaye, le 1er avril 2019
Sibeth Ndiaye, le 1er avril 2019 Crédit : ludovic MARIN / AFP
WP_20170503_044%5b2535%5d
Joanna Wadel
Journaliste

Alors qu'elle vient d'être nommée porte-parole du gouvernement dimanche 31 mars, Sibeth Ndiaye est à nouveau sous le feu des critiques pour ses choix maladroits en matière de communication. 

L'ancienne chargée des relations presse durant la campagne d'Emmanuel Macron, et nouvelle secrétaire d'État auprès du Premier ministre, a souhaité célébrer sa prise de fonctions en publiant un message sur Twitter. Un poste influent au sein de l'exécutif, que l'ex-conseillère en communication qualifie de "nouveau job". 

Mais cet anglicisme un brin décontracté n'est, semble t-il, pas du goût de tous. En effet, de nombreux internautes et certains élus n'ont pas manqué de rappeler à celle qui a succédé à Benjamin Griveaux qu'elle occupe désormais "une responsabilité politique de premier plan" et non "un simple job". 

Être porte-parole du gouvernement n'est pas un simple job, c'est une mission au service de l'État.

Éric Ciotti
Partager la citation

"Ce n'est pas un 'nouveau job'", a rétorqué l'ancien préfet Gilles Clavreul, ajoutant, "ce qui vaut pour une entreprise ne vaut pas nécessairement pour l’État. La trivialisation de la parole de ses représentants affaiblit son autorité". Une critique appuyée par le député LR Éric Ciotti, qui appelle également la nouvelle porte-parole faire preuve de sérieux : "Être porte-parole du gouvernement n'est pas un simple job, c'est une mission au service de l'État", a t-il insisté. 

Une crédibilité entachée

À lire aussi
Le Conseil des ministres du 17 octobre 2018 Élysée
Remaniement : Emmanuel Macron "ne veut pas de tête qui dépasse", dit Olivier Bost

Si cette familiarité peu conventionnelle a suscité un flot de réactions négatives, c'est qu'elle n'est pas sans rappeler les antécédents de Sibeth Ndiaye, proche du président, connue pour ses méthodes abruptes auprès de journalistes - qu'elle avait notamment qualifiés de "sagouins"-  et ses propos désinvoltes, parfois inappropriés. 

En août 2017, la communicante de 39 ans s'était fait remarquer en confirmant le décès de Simone Veil à un journaliste par SMS. Son message avait été dévoilé par Le Canard enchaîné : "Yes, la meuf est dead". Une expression déplacée que la jeune femme nie avoir jamais employée. 

Plus tôt, en juillet 2017, elle confiait à L'Express : "J'assume parfaitement de mentir pour protéger le président". Une déclaration également démentie par l'intéressée - soutien controversé d'Emmanuel Macron dans l'affaire Benalla - que reprennent désormais ses détracteurs, dont Ian Brossat, tête de liste PCF aux européennes et le sénateur RN Stéphane Ravier, qui la qualifie ouvertement de "menteuse". 

Sibeth Ndiaye a prononcé ce lundi 1er avril un discours lors de sa passation de pouvoir avec Benjamin Griveaux. Une première allocution durant laquelle la jeune femme d'origine sénégalaise a assuré "gravir cette marche, en toute humilité" et faire de son ministère "celui de l'écoute". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Remaniement ministériel Gouvernement Benjamin Griveaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants