1 min de lecture Réforme des retraites

Retraites : "Mélenchon, Le Pen et la CGT" sont "main dans la main", estime Aurore Bergé

En pleine période mobilisation contre la réforme des retraites, la députée LaREM, Aurore Bergé, a pointé du doigt un rapprochement entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen.

Aurore Bergé sur le perron de l'Élysée, le 17 octobre 2017
Aurore Bergé sur le perron de l'Élysée, le 17 octobre 2017 Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
Noé Blouin et AFP

Aurore Bergé, la porte-parole de LaREM, a estimé, ce lundi 9 décembre, que "Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et la CGT" étaient "main dans la main" dans la mobilisation contre la réforme des retraites. Selon la députée de la majorité présidentielle, il s'agit de la preuve que les extrêmes "se rejoignent toujours".

Une critique formulée alors que les deux partis de l'opposition, habituellement antagonistes sur l’échiquier politique, se sont tous deux engagés dans la lutte contre la réforme du système de retraite. "Marine Le Pen a apporté son soutien clair à la grève et à l'appel à la mobilisation, Jean-Luc Mélenchon a donné un brevet d'humanisme à Marine Le Pen en disant qu'il se satisfaisait qu'elle les rejoignent dans le combat", a argumenté Aurore Bergé, chez nos confrères de RMC et BFMTV.

Le 5 décembre dernier, Jean-Luc Mélenchon avait surpris le monde politique, en déclarant que Marine Le Pen était "en train de faire un progrès, en quelque sorte, en direction de l'humanisme". Le patron de la France Insoumise avait ensuite indiqué que les adhérents du Rassemblement national étaient les "bienvenus" aux manifestations.

Des propos ensuite jugés "ironiques" par l'eurodéputée LFI, Manon Aubry. Philippe Martinez avait de son côté affirmé que le RN n'était "pas le bienvenu" dans les cortèges, où il ne veut pas des "solutions de gens qui sont racistes".

La CGT dans le viseur du gouvernement

À lire aussi
Sibeth Ndiaye, le 1er avril 2019 manifestations
Retraites : Macron condamne "la radicalité de certains blocages", rapporte Ndiaye

Aurore Bergé a également accusée la CGT de s'opposer systématiquement à l'action du gouvernement sur les retraites. "Le problème avec la CGT, c'est que quelle qu'aurait été la réforme, de toute façon, elle aurait été refusée", a-t-elle déclaré.

Jean-Baptiste Djebbari, le secrétaire d'État aux Transports a également taclé la centrale syndicale de Montreuil, ce lundi, sur France 2, en estimant que "le monde politique ne se résume pas à la CGT".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme des retraites Retraites La République En Marche
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants