1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Régionales en PACA : qui seront les gagnants ?
2 min de lecture

Régionales en PACA : qui seront les gagnants ?

ÉDITO - Après le retrait de la liste LaREM au profit de la liste LR pour les élections régionales en PACA, il est surtout facile de dire qui sont les perdants.

Jean Castex et Renaud Muselier, le 19 octobre 2020
Jean Castex et Renaud Muselier, le 19 octobre 2020
Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
PACA et les régionales : tempête à droite
07:09
PACA et les régionales : tempête à droite
07:09
Olivier Bost

C’est le fait politique du week-end : La République en Marche retire sa liste en région PACA et apporte son soutien à Renaud Muselier des Républicains. Qui seront les gagnants de cette opération ?

Ce matin, il est bien plus facile de dire qui sont les perdants. De toute évidence, et en premier lieu : Les Républicains, le parti, la famille politique. Leurs réactions, nombreuses et courroucées, sont là pour en témoigner. Dire qui seront les gagnants est encore prématuré... Emmanuel Macron qui fracture la droite ? Ou le Rassemblement National, l’opposant numéro 1 ?

Le résultat de cette élection en région Sud, mais surtout sa portée nationale, dira qui est le véritable gagnant de l’opération ralliement du week-end. Pourquoi les Républicains sont-ils les perdants à coup sûr ? Parce qu’ils perdent une région, avant même le scrutin. Le ralliement de la République en Marche à Renaud Muselier est un poison lent pour les Républicains. Il peut être le début d’une longue série douloureuse.

En région Grand-Est par exemple ou en Centre-Val de Loire. Leurs candidats, en position délicate ou désespérée, ne sont pas loin de flancher. C’est terrible pour le crédit et la confiance des Républicains : d’autres trahisons sont possibles… C’est le poison du doute. 

Le scénario du pire pour la droite : le ralliement général de la famille en 2022

Olivier Bost
À lire aussi

Un doute qui alimente le scénario du pire pour la droite : le ralliement général de la famille en 2022. Le maire de Nice Christian Estrosi a suggéré de soutenir directement Emmanuel Macron, dès le premier tour. Nicolas Sarkozy ne l’a pas exclu dans ses dernières déclarations : les Républicains qui cherchent leur place d’opposant entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont piégés.

Pour ça, il faut quand même que la majorité présidentielle gagne des régions avec ces alliances. Il ne faut effectivement pas réduire ce fait politique majeur à sa seule évidence. Les faiblesses ne sont pas seulement chez les Républicains : LaREM a un potentiel électoral faible à très faible pour ces régionales. C’est aussi ce qui pousse à ces unions avec des candidats LR. Des alliances aux résultats incertains. Nous l’avons déjà vu aux municipales. Elles donnent parfois des résultats négatifs…

Une part des électeurs LR et une part des électeurs En Marche n’adhèrent pas à la combine. Mais qu’importe… L’effet psychologique est bien plus important pour le chef de l’État que le résultat dans les urnes en juin. À travers cette opération, Emmanuel Macron tente de transformer une faiblesse électorale en Cheval de Troyes pour grignoter la droite. Ce qui compte, c’est 2022 l’élection présidentielle…

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/