5 min de lecture La République En Marche

Régionales en PACA : pourquoi l'alliance LR/LaREM est un séisme politique

DÉCRYPTAGE - Une vraie partie d'échecs s'est jouée avec l'alliance entre LR et LaREM en PACA, pour contrer le RN. "Ça a l'immense qualité de fracturer la droite", résume un membre de la majorité.

Jean Castex et Renaud Muselier, le 19 octobre 2020
Jean Castex et Renaud Muselier, le 19 octobre 2020 Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Un saut dans l'inconnu pour Les Républicains et un pari risqué pour La République En Marche. Le président LR de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur Renaud Muselier et Jean Castex ont déclenché un véritable séisme politique ce dimanche 2 mai. 

Dans les colonnes du Journal du Dimanche, le Premier ministre a annoncé le retrait de la liste LaREM pour le premier tour des élections régionales, au profit de celle portée par Les Républicains. Objectif : faire barrage à la liste Rassemblement national (RN) menée par l'ancien membre des Républicains Thierry Mariani. Cette décision fait suite à la main tendue par Renaud Muselier quelques jours plus tôt à la majorité présidentielle. Une question de "bon sens" avait-il alors fait valoir. 

Le soutien de La République en Marche aux Républicains en Provence-Alpes-Côte-d'Azur va au-delà du calcul électoral au niveau local. À en croire Jean Castex dans Le JDD, cette "union" pourrait "bien au-delà d'accords d'appareils". "C'est un exemple de la recomposition politique", a déclaré le chef du gouvernement. Une projection pour l'élection présidentielle de 2022 qui fait trembler Les Républicains.

Un tabou qui vole en éclat chez Les Républicains

Renaud Muselier, le traître ? L'État major des Républicains n'est pas prêt de lui pardonner son alliance avec la majorité présidentielle. L'annonce est tombée comme un couperet : le président LR sortant de la région PACA "ne pourra pas bénéficier de l'investiture LR", a annoncé le patron des Républicains, Christian Jacob. 

À lire aussi
La République En Marche
Les infos de 18h - Régionales en Paca : des membres LaREM dans la liste dévoilée par Muselier

"Le premier tour doit être celui de la clarté et de la fidélité à ses convictions, ses engagements et ses alliés naturels", a-t-il affirmé dans un communiqué en dénonçant "des petites manœuvres électorales en PACA". Pour l'instant, le parti n'envisage pas de présenter une nouvelle liste pour contrer celle de Renaud Muselier. Ce dernier manque de temps avant la date de dépôt officielle des listes.

Ils ont osé l’inacceptable

Éric Ciotti
Partager la citation

Pour Éric Ciotti, c'est la douche froide. Le député Les Républicains des Alpes-Maritimes a partagé sur Twitter son "immense tristesse face à ce coup de poignard dans le dos". "Je le savais, dès avant le premier tour de la présidentielle, ils préparaient leur mauvaise soupe sur le petit feu élyséen dans la mauvaise marmite En Marche (...) Jusqu’au bout, j’ai espéré leur sursaut, celui d’amis qui se perdent. Ils ont osé l’inacceptable”, a-t-il écrit. 

Un rapprochement qui laisse un goût amer à ce ténor de la droite. La droite craint un appel d'air dans d'autres régions et un floutage de sa ligne politique, au profit d'Emmanuel Macron. "C'est une bonne idée politique qui montre les différents courants au sein de la droite. Cela a l'immense qualité de la fracturer", reconnaît un poil cynique un membre de la majorité à RTL.fr.

La région PACA livrée sur un plateau au RN ?

Un élu de droite nous prédit à l'échelle locale, "un triomphe du Rassemblement national en PACA". Un constat partagé par le député Les Républicains du Vaucluse Julien Aubert. Le député des Alpes-Maritimes Éric Pauget confie un sentiment de trahison au HuffPost : "Le Rassemblement national a pris 10 points ce matin en PACA sans rien faire. Merci Renaud Muselier et Jean Castex”. 

Dans un entretien au Parisien, il estime que "l’accord entre Muselier et LREM risque de gonfler le score du RN". "Muselier a une bonne image et nous avons collectivement un bon bilan. Mais si vous avez des gens d’En Marche sur la liste, dès lors, beaucoup de gens de droite, qui sont anti-Macron, ne vont pas aller voter".

D'après l'élu, ces électeurs risquent d'"aller à la pêche ou voter pour d’autres listes". "Et c’est un danger avec un Thierry Mariani [le candidat tête de liste RN en PACA], ancienne tête de liste UMP, qui n’a pas le même effet de répulsion que pouvait avoir Marion Maréchal Le Pen [tête de liste FN en PACA en 2015, ndlr] (...) Il y a un risque que ça gonfle le score de Mariani. Et ça peut lui faire gagner la région", ajoute-t-il. 

"Les Républicains En Marche"

Les Républicains sont morts, vive Les Républicains En Marche ? Pendant que Les Républicains font face à leur pire cauchemar, le Rassemblement national, lui, jubile. Le candidat, tête liste RN en PACA Thierry Mariani qualifie Les Républicains, de Républicains En Marche.

Selon plusieurs sondages effectués avant cette annonce, Thierry Mariani arriverait en tête du premier tour aux régionales mais serait devancé au second par Renaud Muselier. Une étude de l'Ifop mi-avril pour La Tribune et Europe 1 avait cependant suggéré qu'une alliance LR-LaREM dès le premier tour permettrait au duo de devancer le RN et de gagner au second, y compris dans l'hypothèse d'une triangulaire avec une union de la gauche et des écologistes. 

La gauche devrait se présenter unie au premier tour cette année, mais sans les écologistes, qui menacent toujours de partir seuls en lice. Elle n'a pas encore fait connaître sa ou ses têtes de liste. Elle est absente au Conseil régional depuis six ans, après son retrait entre les deux tours des régionales de 2015 de la liste conduite par Christophe Castaner face à la menace de victoire de la liste FN menée par Marion Maréchal-Le Pen

LaREM pose les bases pour 2022

Et La République En Marche dans tout cela ? L'annonce de ralliement a été faite par Jean Castex et non pas par le délégué général du parti Stanislas Guerini. Un choix "logique", selon un macroniste. À RTL.fr, il explique voir en Jean Castex l'incarnation de la majorité mais aussi "un symbole politique fort" : "Avant d'être nommé premier ministre, Jean Castex était une cheville ouvrière du quinquennat de Nicolas Sarkozy, rappelle-t-il. Il vient de cette droite modérée dont fait aussi partie Renaud Muselier, donc le message est encore plus fort", ajoute-t-il auprès de RTL.fr. La République En Marche marque ainsi son ancrage à droite.

"Cela montre que ce n’est pas seulement quelque chose d’anodin", estime le député LR du Vaucluse Julien Aubert dans Le Parisien. "Pour le gouvernement il s’agit bien d’une opération nationale et non régionale. Le message envoyé, c’est 'par cet accord avec Renaud Muselier, nous entendons préparer le prochain quinquennat'. Ils veulent profiter du fait que nous n’avons pas encore de candidat à la présidentielle pour s’enfoncer dans la brèche, faire croire qu’Emmanuel Macron est le seul recours possible de la droite", analyse-t-il.

L'alliance entre Les Républicains et La République En Marche va donc bien au-delà de la tambouille électorale en installant le RN en PACA et en ouvrant la porte à des alliances pour l'élection présidentielle de 2022.

La rédaction vous recommande

Lire la suite
La République En Marche Jean Castex Les Républicains
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants