1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Réformes sociales : Macron dévoile son agenda pour l'année à venir
1 min de lecture

Réformes sociales : Macron dévoile son agenda pour l'année à venir

Le nouveau président de la République a exposé mardi 23 mai son agenda social pour les 12 mois à venir.

Emmanuel Macron, le 18 mai 2017 à l'Élysée
Emmanuel Macron, le 18 mai 2017 à l'Élysée
Crédit : PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Christophe Guirard & AFP

Emmanuel Macron a profité mardi 23 mai de sa rencontre avec les partenaires sociaux pour leur exposer son agenda des 12 prochains mois, avec notamment la réforme du marché du travail, puis de l'assurance chômage, et enfin du système des retraites, a annoncé l'Elysée. Le chef de l'Etat leur a d'abord confirmé, pour son projet de réforme du marché du travail par ordonnances, les grandes lignes du calendrier prévu, à savoir une ratification des ordonnances "d'ici la fin de l'été, c'est-à-dire, si on veut être puriste, le 21 septembre", mais il est "difficile de connaître exactement à l'avance le temps parlementaire", selon son entourage.

Lors de ces rencontres, "il a trouvé ses interlocuteurs responsables, chacun venant avec ses préoccupations particulières", selon l'Elysée, pour qui les syndicats ont été soulagés de voir que "tout n'est pas verrouillé", ni "plié dès le mois de juin" alors que certains avaient été "traumatisés par le manque de dialogue social sur la loi El Khomri". Emmanuel Macron a aussi été "déterminé sur ce qu'il veut comme agenda des réformes sociales de 12 prochains mois": d'abord, dans les trois mois, et par ordonnances, "la modernisation du dialogue social (accords d'entreprises, regroupement des institutions représentatives du personnel, réforme des prud'hommes, droit à l'erreur)".
 
Viendront ensuite "d'ici la fin de l'année, la réforme de l'assurance chômage, de son financement et de la formation des demandeurs d'emploi", qui pourront largement se réaliser par des textes réglementaires, selon l'Elysée. Troisième volet, la réforme du système des retraites, "une réforme en profondeur", à horizon de 12 mois. S'agissant de la loi Travail dite "loi El Khomri", elle "avait fracturé la majorité" et elle arrivait en fin de quinquennat, "sans que les Français aient voté pour elle", a-t-on ajouté. "Il faut passer de telles réformes dans le souffle d'une élection, en ayant pris le temps d'expliquer sa vision pendant la campagne", a argué l'entourage du chef de l'Etat. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/