2 min de lecture Économie

Assurance-chômage : syndicats et patronat arrachent un compromis

ÉDITO - Le patronat a fini par céder sur les contrats courts pour aboutir à un projet d'accord que quatre syndicats pourraient signer.

François Lenglet Lenglet-Co François Lenglet
>
Assurance-chômage : syndicats et patronat arrachent un compromis Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
François Lenglet
François Lenglet et Loïc Farge

L'Unedic, l'organisme qui gère l'assurance-chômage, est sous la responsabilité des partenaires sociaux. Or les finances de cet organisme sont malades : il perd 4 milliards d'euros par an, car les cotisations ne parviennent plus à financer les indemnités. Une dette de 30 milliards d'euros a été accumulée. La pression s'est accrue récemment sur l'Unedic, non seulement pour des raisons financières mais politiques. Car l'un des candidats à l'élection présidentielle, Emmanuel Macron, voudrait nationaliser l'assurance-chômage, c'est-à-dire la retirer aux patrons et aux syndicats, en considérant que de toute façon, c'est l'État qui sera responsable de la dette, et qu'il a donc intérêt à assumer la gestion.

La plus importante mesure de l'accord concerne les chômeurs de plus de 50 ans. Actuellement, ils ont droit à trois ans d'indemnités, contre deux pour les moins 50 ans. Cet avantage sera repoussé à 55 ans, avec un palier intermédiaire à 53 ans. Parallèlement, le patronat accepte une très légère hausse de cotisation chômage de 0,05% à titre temporaire. Il n'y aura pas de surtaxe sur les contrats courts : au contraire, puisque la pénalité mise en place en 2013 est supprimée, sauf sur ce qu'on appelle les contrats d'usage. Enfin, l'accord prévoit une modification du calcul des indemnités, qui était paradoxalement favorable aux salariés enchaînant les contrats courts, à salaire égal.

À lire aussi
Bruno Le Maire, le 2 août 2017 économie
Taxe sur les dividendes : Bruno Le Maire dénonce un "scandale d'État"

Cet accord devrait réduire le déficit de l'Unedic de 1,2 milliard, ce qui n'est pas suffisant. L'organisme appelle également l'État à ses responsabilités pour alléger les charges qui pèsent sur elle, en particulier le coût de Pôle Emploi : c'est quand même 3 milliards par an. Il supporte aussi le coût des travailleurs frontaliers français, qui cotisent à l'étranger et se font indemniser en France, sur la base du salaire suisse (50% plus élevé) avec les règles françaises qui sont les plus généreuses (ça coûte 500 millions par an).

Il y a encore les avantages de l'État employeur, qui emploie des salariés de droit privé, donc susceptibles de se trouver au chômage, alors qu'il ne paient pas les cotisations concernées. En clair, l'Unedic dit : "J'ai fait ma partie du chemin, à vous maintenant de faire le vôtre"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Emploi Patronat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787863691
Assurance-chômage : syndicats et patronat arrachent un compromis
Assurance-chômage : syndicats et patronat arrachent un compromis
ÉDITO - Le patronat a fini par céder sur les contrats courts pour aboutir à un projet d'accord que quatre syndicats pourraient signer.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/assurance-chomage-syndicats-et-patronat-arrachent-un-compromis-7787863691
2017-03-29 09:17:00
http://media.rtl.fr/cache/F_VUs4Kglp0TcEhKCUm3hA/330v220-2/online/image/2014/0423/7771375198_francois-lenglet.jpg