1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Réformes des retraites : Emmanuel Macron peut-il prendre le risque de dissoudre l'Assemblée ?
1 min de lecture

Réformes des retraites : Emmanuel Macron peut-il prendre le risque de dissoudre l'Assemblée ?

Le gouvernement annonce qu'il ne passera pas en force sur la réforme des retraites. Néanmoins, si cela devait être le cas, et le gouvernement venait à être renversé, Emmanuel Macron indique qu'il n'hésiterait pas à dissoudre l'Assemblée.

Emmanuel Macron, le 12 septembre 2022
Emmanuel Macron, le 12 septembre 2022
Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
Réformes des retraites : Emmanuel Macron peut-il prendre le risque de dissoudre l'Assemblée ?
00:02:18
L'Edito Politique Olivier Bost
Olivier Bost - édité par Guillaume Dosda

La réforme des retraites qui devait arriver à l'automne, ne devrait finalement voir le jour que d'ici la fin de l'hiver. Le temps de discuter, de concerter avec les partenaires sociaux, explique le gouvernement, qui se défend donc de tout passage en force. Pourtant, 
Emmanuel Macron a prévenu que si le gouvernement était renversé, il n'hésiterait pas à dissoudre l'Assemblée.

Néanmoins, pour que le gouvernement soit renversé, il faudrait une alliance très large des oppositions. Même si La France insoumise, qui rêve d'une dissolution, votait avec les députés du Rassemblement national (RN), cela ne suffirait pas. Il faudrait aussi le concours des Républicains, mais eux n'ont aucun intérêt à retourner aux urnes.  

S'il y avait une dissolution, personne ne sait ce que donneraient les résultats des élections législatives. En juin dernier, le RN a obtenu la majorité de ses sièges de députés face à des candidats macronistes.

Des partenaires sociaux méfiants

Même si le gouvernement souhaite discuter et concerter, du côté des partenaires sociaux, on se méfie, comme l'explique Michel Beaugas, négociateur Force Ouvrière : "Le président de la République sait que les partis d'opposition, mais aussi l'ensemble des organisations syndicales sont défavorables à son projet. Même les employeurs disent que ce n'est pas le moment."

Il poursuit : "En proposant la concertation, c'est une manipulation pour pouvoir passer en force. On est dans de la communication, dans de la manipulation, pour laisser à penser aux Français que 'oui il veut concerter, oui il y a une nouvelle méthode', alors que c'est tout le contraire".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire