1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Rassemblement national : le parti rattrapé par l'urgence climatique
2 min de lecture

Rassemblement national : le parti rattrapé par l'urgence climatique

Le débat sur la sobriété et le dérèglement climatique vont continuer à dominer la rentrée, notamment à l’Assemblée nationale avec l’examen du projet de loi sur les énergies renouvelables. Un casse-tête pour le RN, inaudible sur la question environnementale.

Les élus du Rassemblement national à l'Assemblée le 22 juin
Les élus du Rassemblement national à l'Assemblée le 22 juin
Crédit : Alain JOCARD / AFP
Exister dans la crise climatique, le casse-tête du Rassemblement national
00:01:18
Marie Moley - édité par Julien Doucet

"Et si la crise climatique devenait notre boulet ?" La question est posée par un élu RN, qui estime que l'inquiétude des Français vis-à-vis de l'environnement finira aussi par toucher l'électorat du RN. Or l'état-major le sait, le parti n’a aucune bande passante sur le sujet, quand il n'est pas accusé de porter un projet climaticide par les organisations et experts climat, ainsi que par ses adversaires politiques.

 Lors du débat d'entre-deux-tours, Emmanuel Macron avait qualifié sa rivale de "climatosceptique", référence à la proposition de Marine Le Pen de baisser la TVA à 5,5% sur l'essence, "la plus grosse subvention possible aux hydrocarbures " avait jugé le chef de l'État. 

 

"Il faut qu’on s’explique plus, qu’on se fasse plus entendre", admet un cadre, avant d'ajouter "ça ne nous fera pas gagner d’élections mais ça pourrait nous en faire perdre à l’avenir si on fait du climat un tabou". D’autant que le RN estime avoir déjà développé une doctrine en matière d’environnement : le localisme, qui porte une vision protectionniste, en s’appuyant sur le Made in France et la sortie du libre-échange, le développement massif du nucléaire (20 EPR supplémentaire prévu dans le projet présidentiel), ainsi que sur une écologie "positive" qui exalte le terroir et la "beauté des paysages", contre l'éolien. Le concept est "avant-gardiste", si l’on en croit le parti, qui avait lancé une proposition de référendum sur le sujet en mars 2021. 

À écouter aussi

 

Mais dans la pratique, "chez nos cadres, tout le monde s’en fout de l’écologie" admet un élu local. Quand certains ont encore des propos ouvertement climatosceptiques. Interrogé par RTL sur les incendies recensés sur sa circonscription en Gironde cet été, le député Grégoire de Fournas insiste sur l’origine volontaire de certains de ces incendies, "d’abord le fait de pyromanes" et précise qu'il "ne nie pas le réchauffement climatique. Ce qui reste à prouver c'est l'impact de l'activité humaine sur le réchauffement climatique". Le viticulteur note qu'"il a fait  très mauvais temps l’été dernier". Un discours qui embarrasse l’état-major du RN, et donner des arguments à ses adversaires politiques. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.