3 min de lecture Lycées

Réforme du bac : "Il y a un fossé grandissant entre les profs et le ministre", dit Bost

ÉDITO - En plus de la contestation contre la réforme du bac, les retraites sont aussi un sujet d’angoisse pour les professeurs. Après la rétention des copies du bac l’année dernière, ce sont désormais des blocages à cause du contrôle continu au bac.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Réforme du bac : "Il y a un fossé grandissant entre les profs et le ministre", dit Olivier Bost Crédit Image : Christophe ARCHAMBAULT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Sarah Ugolini

Dans les lycées, les premières épreuves du bac en contrôle continu sont très perturbées. La contestation de la réforme de Jean-Michel Blanquer est très politique et en partie violente. Il y a un fossé grandissant entre les profs et le ministre de l’Éducation.

Un fossé qui se creuse car les uns et les autres décrivent deux situations, deux réalités souvent très différentes. Il y a d’un côté des syndicats, des professeurs et des lycéens qui multiplient les actions, parfois violentes, contre ce contrôle continu au bac, et contre la réforme des retraites.

De l’autre, il y a le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, qui explique que ça se passe globalement très bien, que c’est une minorité qui cherche à semer la pagaille, une minorité très politisée. Mais alors qui faut-il croire ? Tout le monde en fait, et ce n’est pas rassurant, car la première réalité incontestée, c’est que la violence a fait irruption dans les lycées.

La contestation sociale est entrée à l'école

La semaine dernière, il y a des incidents très graves dans l’ouest de la France. À Rennes, 200 manifestants sont entrés dans des lycées et ont mis le feu à des locaux. Un proviseur a été menacé de mort et avant-hier, les élèves ont passé leurs épreuves dans deux lycées à Bordeaux sous protection policière.

À lire aussi
BTS
Tarn-et-Garonne : les candidats d'une épreuve de BTS notés 0 après un cas de Covid

La contestation sociale que nous avons vue dans la rue ces dernières semaines et ces derniers mois est entrée à l’école. Jean-Michel Blanquer, de son côté, ne nie pas ces violences. Jeudi 6 février au soir sur RTL, il a parlé, à la manière d’un Jean-Pierre Chevènement, "d’ensauvagement, de barrières mentales qui sont franchies. Il attribue les violences à l’extrême gauche. Des syndicats et la France Insoumis qui auraient des manœuvres pour pousser à la violence selon lui.

Blanquer estime que seulement 15% des établissements sont perturbés

Des profs ont effectivement basculé dans des actions illégales. Une forme de radicalité indéfendable quand on est enseignant, avec un devoir d’exemplarité. Ça avait commencé avec la rétention des copies du bac l’année dernière. Ça continue avec les blocages du contrôle continu au bac. En fait, c’est sur l’ampleur des contestations qu’il y des constats différents.

Jean-Michel Blanquer estime que seulement 15% des établissements sont perturbés, quand des syndicats parlent plutôt de quasiment un établissement sur deux. Pour pas mal de profs, bien au-delà des fauteurs de troubles, c’est comme si leur ministre minimisait leur problème. En plus, il faut le rappeler, il n’y a pas que la réforme du bac, les retraites sont aussi un sujet d’angoisse.

Jean-Michel Blanquer garde pourtant une bonne image dans l’opinion. Il a le soutien de l’Élysée. À Matignon, pour des raisons purement politique, c’est un peu plus frais. Mais ce n’est pas ce qui est important, nous avons toujours connu la réticence aux changements dans l’Éducation nationale, mais ce malaise, cette radicalisation dans les actions, est plus nouveau.

L’Éducation nationale ne peut pas s’embraser comme le reste de la société

La violence à laquelle doivent faire face les directeurs d’établissement aussi est malheureusement une nouveauté. Quels que soient les chiffres, des lycées sont sous pression. Pour retrouver un peu de calme, Jean-Michel Blanquer a changé de ton. Il fait la différence entre ceux qui font de la politique, et ceux qui trouvent à redire sur ce nouveau bac. Jean-Michel Blanquer s’est dit  jeudi 6 février soir sur RTL prêt à revoir un peu le dispositif. L’Éducation nationale ne peut pas s’embraser comme le reste de la société.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Lycées Retraites Violences
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants