2 min de lecture Éric Dupond-Moretti

Réforme de la justice : Éric Dupond-Moretti a choisi de marcher sur des braises

ÉDITO - Au lendemain de la condamnation en première instance de Nicolas Sarkozy, le garde des Sceaux a choisi de présenter sa réforme de la justice sans commenter la condamnation de l'ancien chef de l'État.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Réforme de la justice : Éric Dupond-Moretti a choisi de marcher sur des braises Crédit Image : Guillaume SOUVANT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Capucine Trollion

Éric Dupond-Moretti aime quand son auditoire perd son attention, créer la surprise. Une technique de prétoire. Dans une interview au Point, alors que l’effet de la condamnation de Nicolas Sarkozy n’est pas retombé, que l’ancien chef de l’État crie ce 3 mars à l’injustice dans Le Figaro et qu’il le refera ce soir au 20 heures de TF1, Éric Dupond-Moretti dévoile sa réforme de la justice, sans commenter la condamnation de Nicolas Sarkozy. Il a choisi de marcher sur des braises encore chaudes.

Mais quel est le rapport avec la condamnation de Nicolas Sarkozy ? En fait ce qui s’est passé, c’est que les magistrats ont coincé Nicolas Sarkozy, lors d’une enquête préliminaire de plus de 5 ans où ils cherchaient autre chose. Et pendant cette longue enquête, les juges ont écouté notamment Nicolas Sarkozy, son avocat Thierry Herzog et l’ami de Thierry Herzog, un autre avocat, un certain Éric Dupond-Moretti.

Le garde des Sceaux veut donc limiter le temps d’enquête préliminaire et établir un strict secret de la défense pour que chacun puisse dire ce qu’il veut à son avocat, sans être écouté et sans le retrouver contre lui dans un procès.

L'affaire Sarkozy inspire-t-elle la loi ?

Disons que deux dispositions de cette future loi s’attaquent ou corrigent, c’est comme on voudra, ce qui a amené à la condamnation de Nicolas Sarkozy. Ce ne sera pas rétroactif, cela ne changera rien au procès en appel. Pour être clair : ce n’est pas ça qui va sortir Nicolas Sarkozy de ses ennuis judiciaires. Ce n’est pas une loi d’amnistie. Il n’y aura pas que les changements sur les enquêtes préliminaires et le secret de la défense. Éric Dupond-Moretti veut laisser une réforme dans son passage à la chancellerie pour, explique-t-il, "rétablir la confiance entre les Français et leur justice".

Éric Dupond-Moretti règle-t-il encore ses comptes avec les magistrats ?

À lire aussi
police
Les infos de 5h - Marseille : des peines de sursis pour les policiers de la BAC Nord

Quand on lui fait remarquer, il dit invariablement, non sans malice, qu’il veut redonner confiance en la justice. Il ne choisit pas un moment calme pour le faire, c’est le moins que l’on puisse dire. Éric Dupond-Moretti avait annoncé la couleur dès sa nomination au ministère de la Justice. Son entourage plaide aussi un calendrier serré.

La loi doit être présentée dans un mois en Conseil des ministres, avant de trouver une place à l’Assemblée avant l’été. Une place rare que lui a accordée Emmanuel Macron parmi les dernières réformes du quinquennat.

Le 2 mars sur RTL, le procureur national financier, Jean-François Bonhert, a rappelé qu’en tant que magistrat, il ne faisait qu’appliquer des lois, votées par les parlementaires, par les politiques.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éric Dupond-Moretti Nicolas Sarkozy Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants