1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Réforme de l'assurance-chômage : la CFDT va saisir le Conseil d'État, annonce Berger sur RTL
2 min de lecture

Réforme de l'assurance-chômage : la CFDT va saisir le Conseil d'État, annonce Berger sur RTL

INVITÉ RTL - Alors que la réforme de l’assurance-chômage doit entrer en vigueur le 1er octobre prochain, Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, a indiqué que le syndicat allait de nouveau saisir le Conseil d'État.

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, le 25 novembre 2019
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, le 25 novembre 2019
Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Réforme de l'assurance-chômage : la CFDT va saisir le Conseil d'État, annonce Berger sur RTL
07:45
Réforme de l'assurance-chômage : la CFDT va saisir le Conseil d'État, annonce Berger sur RTL
07:45
Julien Sellier & Mélanie Costa

"La CFDT va saisir le Conseil d'État contre ce nouveau décret, qui est en fait exactement le même que celui que nous avions déjà combattu", a affirmé Laurent Berger, secrétaire général du syndicat, ce lundi 20 septembre. Dans dix jours, la réforme controversée de l'assurance-chômage doit en effet entrer en vigueur. Le texte durcit notamment les conditions d'accès aux droits. Plusieurs syndicats avaient déjà indiqué, vendredi 17 septembre, être prêts à déposer un nouveau recours.

"On aurait préféré que le gouvernement attende la décision du Conseil d’État sur le fond de la réforme. Mais là, on voit bien qu’il veut appliquer sa réforme coûte que coûte", poursuit Laurent Berger. Le secrétaire général de la CFDT revient sur les points précis de cette réforme qu'il qualifie "d'injuste et d'injustifiée". "Elle va baisser l’indemnisation des demandeurs d’emploi", explique-t-il, avant de préciser que cette dernière "arrive à une période où ces mêmes demandeurs d’emploi (...) vont se retrouver à avoir des charges fixes beaucoup plus importantes, parce qu’il y a une augmentation du coût de la vie". 

"La baisse d'indemnités mensuelles va être dramatique", assure Laurent Berger, qui indique qu'un million de personnes va subir cette réforme. Lors du précédent report, le Conseil d'État avait par ailleurs déjà gelé la réforme du gouvernement, en raison du contexte économique trop incertain. 

Laurent Berger ne dit pas non à "un minimum retraite"

Autre réforme très polémique : celle des retraites. Si Laurent Berger ne dit pas non à "un minimum retraite", il soutient qu'il faudra regarder "si on parle du flux ou du stock". "Si on parle du flux, ce sont ceux qui vont arriver. Donc il restera des retraites qui sont extrêmement faibles pour ceux qui sont actuellement en retraite", rappelle le secrétaire général de la CFDT.

À lire aussi

"Il y a un débat présidentiel qui a déjà presque commencé avec une échéance en mars. C'est à ce moment-là qu'il va falloir discuter des retraites", conclut Laurent Berger.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/