1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Mort de Valéry Giscard d'Estaing : quand il participait à la Libération de Paris

Mort de Valéry Giscard d'Estaing : quand il participait à la Libération de Paris

En août 1944, quand les chars Leclerc entrent dans Paris, VGE, âgé de 18 ans, a déjà rejoint les rangs de la Résistance lycéenne.

Le brigadier Valéry Giscard d'Estaing, ici en 1945
Le brigadier Valéry Giscard d'Estaing, ici en 1945
Crédit : AFP
Photo-Thomas-Pierre
Thomas Pierre
Journaliste

C'est une période de la vie de Valery Giscard d'Estaing aussi glorieuse que méconnue : sa participation à la Résistance. Mercredi 3 décembre, au lendemain de la mort de l'ancien président de la République, l'Élysée n'a pas manqué de rappeler cet engagement précoce. "À 18 ans, il n’hésita pas à interrompre de brillantes études pour faire passer le destin de la France avant le sien", écrit le palais présidentiel que VGE occupera de 1974 à 1981. 

"Les armes à la main, il prit part à la Libération de Paris", précise l'Elysée dans son hommage. En août 1944, quand les chars de la 2e division blindée du général Leclerc entrent dans la Capitale, le jeune homme (en classe préparatoire à Louis-le-Grand) est présent. "Je suis entré dans la Résistance lycéenne", racontera-t-il en 2017 dans le documentaire Giscard, de vous à moi : les confidences d’un président. "On travaillait pour les journaux clandestins qu'on transportait, qu'on distribuait. Des petites tâches un peu périlleuses, et une fois ou deux j'ai été, de ce fait, un peu en danger", se souvient-il. 

Valery Giscard d'Estaing fait alors partie du service d'ordre du représentant civil du Général de Gaulle. Un chef de la France Libre qu'il écoute devant l'Hôtel de Ville prononcer son discours historique du 25 août. "Il avait fait ce geste où il levait les bras et il commence son discours en disant 'je salue Paris qui s'est libérée seule'. Les bras m'en sont tombés", confiera-t-il au journaliste Patrice Duhamel. "Comment pouvait-on dire une chose pareille ?". 

Brigadier à 19 ans

Première leçon politique, mais aussi première défiance envers cette figure tutélaire, qu'il suivra pourtant au sein de plusieurs gouvernement, avant de progressivement s'éloigner. "Cela est resté présent dans ma tête toute ma vie : que de grands hommes (..) pouvaient dire des choses manifestement fausses". 

À lire aussi

Engagé volontaire dans la 1ère armée française du général de Lattre de Tassigny, VGE part combattre en Allemagne et en Autriche, où il s'illustre. Des années plus tard, il racontera à qui voulait l'entendre avoir vu un Allemand pour la première fois "dans la lunette de visée d'un char". 

Élevé au grade de brigadier, le jeune homme de 19 ans obtient une citation le 13 avril 1945, raconte Georges Valance dans la biographie qu'il lui consacrera en 2011 VGE - Une vie (Flammarion) : le "Brigadier Giscard d'Estaing du 2e escadron (...) a fait preuve de calme et de sang-froid le 21 avril à Behla, en dirigeant à pied le conducteur d'un char remorqué sous le feu, montrant un complet mépris des armes automatiques et des mortiers qui l'environnaient".

J'avais peur d'avoir peur. Et à ma surprise j'ai découvert que je n'avais pas peur"

Valery Giscard d'Estaing, dans le documentaire "Giscard, de vous à moi : les confidences d’un président"

Un courage insoupçonné qu'il découvrira dans l'épreuve de la guerre. "J'avais peur d'avoir peur. Et à ma surprise j'ai découvert que je n'avais pas peur", dira 72 ans plus tard celui qui apprendra la capitulation de l'Allemagne nazie, le 8 mai 1945, sur un char en Autriche. "J'ai beaucoup aimé l'armée", assura-t-il sur cette expérience militaire indélébile. 

"C'est la fraternité absolue. Il n'y a rien d'apprêté. C'est le sort commun". Décoré de la prestigieuse Croix de guerre, Valery Giscard d'Estaing partira ensuite revêtir un autre uniforme : celui de l'école Polytechnique.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/