2 min de lecture Polémique

"Quand la gauche se fracture, c'est la droite qui gagne", constate Alba Ventura

ÉDITO - Petite leçon d'espagnol appliquée à la France après les législatives du week-end dernier de l'autre côté des Pyrénées.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
"Quand la gauche se fracture, c'est la droite qui gagne", constate Alba Ventura Crédit Image : AFP / Archives, Rémy Gabalda | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

La droite est finalement arrivée en tête le week-end dernier devant les socialistes lors des élections législatives en Espagne. Grand perdant du scrutin : Podemos. Le parti issu des manifestations du mouvement des "Indignés" a terminé troisième. Cette révolution aurait-elle déjà fait son temps ? On ne peut pas dire que c'est fini. Mais Podemos a sans doute raté une occasion, c'est certain. Et pourtant, souvenez-vous : ce petit parti bousculait le paysage politique il y a six mois à peine. Il doublait son score et emportait Madrid et Barcelone.

Tous les sondages lui prédisaient un tournant lors de ces législatives, et ça ne s'est ça ne s'est pas passé comme prévu. Cela s'explique en grande partie par son intransigeance et son refus de gouverner avec les socialistes. Les mêmes socialistes nourrissent une détestation sans borne envers le leader de Podemos, Pablos Iglesias. On a affaire à deux ennemis.

Divisions et querelles

Les électeurs espagnols ont sanctionné cette gauche divisée où chaque famille se déteste. En tout cas, ils ont voulu envoyer un message à Podemos et aux socialistes, incapables de s'entendre. Même si il y a d'autres éléments à prendre en compte. Sans doute la perspective d'un référendum en Catalogne, voulu par Podemos, a refroidi les Espagnols trois jours après le Brexit. Sans doute aussi la légère amélioration sur le front économique a joué en faveur de la droite, bien qu'elle soit empêtrée dans des affaires de corruption.

À lire aussi
Face à l'ampleur de la polémique, Marcel Campion se défend d'être homophobe société
VIDÉO - Propos homophobes de Marcel Campion : Bruno Julliard veut porter plainte

Les divisions et les querelles à gauche ont forcément pesé sur le scrutin. Elles ont donné le sentiment de préférer laisser la droite gouverner, plutôt que de permettre aux uns ou aux autres, au PS ou à Podemos, de prendre le pouvoir. Alors même que l'ensemble de la gauche obtient quand même dix points de plus que la droite en sièges.

La gauche française est aussi mal en point que la gauche espagnole

Alba Ventura
Partager la citation

Cela nous rappelle étrangement notre gauche, même si la situation en France et en Espagne n'est pas exactement comparable. Mais la gauche française est aussi mal en point que la gauche espagnole. Le tweet de Benoît Hamon, dimanche 26 juin au soir, espérant une majorité de gauche (avec Podemos et le PSOE) pour diriger l'Espagne en a fait sourire plus d'un.

Gauche contre gauche

On rappellera à Benoît Hamon qu'en France une partie de la gauche s'oppose à la loi Travail proposée par un gouvernement de gauche, et qu'une partie de la gauche a même failli déposer une motion de censure contre un gouvernement de gauche. On rappellera à Benoît Hamon qu'il est parfois plus souvent sur la ligne de Jean-Luc Mélenchon que de Manuel Valls. Il est en tout cas aussi critique que le patron du Parti de Gauche envers l'exécutif.

En France aussi, la gauche est coupée en deux, entre ceux qui veulent diriger le pays et ceux qui veulent renverser la table. Ces deux gauches pèsent à peu près la même chose dans les sondages : environ 14% chacun pour François Hollande et Jean-Luc Mélenchon. Avec un Mélenchon qui ne cache pas qu'il veut faire battre cette gauche qu'il ne juge pas digne d'être de gauche.

Les leçons espagnoles ne sont donc pas très difficiles à tirer : quand la gauche se fracture, c'est la droite qui gagne. Attention l'inverse est aussi possible !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Parti socialiste Front de gauche
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783879516
"Quand la gauche se fracture, c'est la droite qui gagne", constate Alba Ventura
"Quand la gauche se fracture, c'est la droite qui gagne", constate Alba Ventura
ÉDITO - Petite leçon d'espagnol appliquée à la France après les législatives du week-end dernier de l'autre côté des Pyrénées.
https://www.rtl.fr/actu/politique/quand-la-gauche-se-fracture-c-est-la-droite-qui-gagne-constate-alba-ventura-7783879516
2016-06-28 09:22:51
https://cdn-media.rtl.fr/cache/_J9yNjsB2ukjl_wEE4qqmQ/330v220-2/online/image/2016/0111/7781273621_des-bulletins-de-vote-illustration.jpg