1 min de lecture Marion Maréchal

Présidentielle américaine : "Il y a eu des fraudes", assure Marion Maréchal

"Il y a eu des fraudes, c'est manifeste", a affirmé l'ancienne députée FN Marion Maréchal ce mercredi 20 janvier, jour de l'investiture de Joe Biden.

Marion Maréchal lors de la National Conservatism Conference, le 4 février 2020  à Rome.
Marion Maréchal lors de la National Conservatism Conference, le 4 février 2020 à Rome. Crédit : Alberto PIZZOLI / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault et AFP

"Il y a eu des fraudes" concernant l'élection présidentielle américaine, a assuré l'ancienne députée FN Marion Maréchal, ce mercredi 20 janvier, jour de l'investiture de Joe Biden. Toutefois, elle reconnaît "ne pas savoir dans quelle mesure", ces fraudes auraient influencé le scrutin.

"Il y a eu des fraudes, c'est manifeste. Est-ce qu'elles ont été suffisantes pour remettre en cause l'élection, je ne suis pas en mesure de vous le dire et je n'en sais rien", a déclaré la petite fille de Jean-Marie Le Pen sur BFMTV. Néanmoins, la co-fondatrice et directrice de l'ISSEP (institut des sciences sociales, économiques et politiques), ne souhaite "pas remettre en cause la présidence de Joe Biden", qui sera investi ce mercredi.

"Je vous dis juste qu'il y a des doutes et qu'il y a un débat" et "que Donald Trump va peser probablement un certain temps", a souligné Marion Maréchal, qui avait repris un slogan de Donald Trump devant le camp conservateur américain en 2018 en souhaitant "rendre à la France sa grandeur". La nièce de Marine Le Pen a quitté la politique électorale après l'élection présidentielle de 2017 mais n'exclut pas d'y revenir un jour.

En outre, l'ancienne députée FN a jugé "pas très élégant" le fait que Donald Trump gracie 73 personnes, dont son ancien conseiller Steve Bannon, accusé de détournements de fonds. Marion Maréchal a également critiqué la "manière abrupte" du milliardaire républicain, mais a assuré qu'il n'avait pas "appelé à envahir le Capitole", refusant ainsi de qualifier cet assaut d'"insurrection" ou de "coup d'État". Selon elle, "on a un débordement, une espèce de truc tragi-comique".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Marion Maréchal Donald Trump Joe Biden
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants