1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : le premier débat entre les candidats LR peut-il virer au pugilat ?
1 min de lecture

Présidentielle 2022 : le premier débat entre les candidats LR peut-il virer au pugilat ?

Les candidats LR à l'investiture du parti pour la présidentielle entament leur premier débat ce lundi soir sur LCI, RTL et Le Figaro.

Le siège de Les Républicains, à Paris.
Le siège de Les Républicains, à Paris.
Crédit : Riccardo Milani / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Débats LR : montrer leurs différences sans se taper dessus !
00:02:37
Les candidats LR à l'investiture du parti pour la présidentielle entame leur premier débat ce lundi
00:02:37
Micro générique Switch 795x530
Aurélie Herbemont

Top départ des débats entre les cinq candidats LR ce lundi soir sur LCI avec RTL. Il y en aura quatre en un mois. Comment éviter que ça vire au pugilat ? Il y a les bonnes intentions des candidats. "Si certains s'attendent à une foire d'empoigne, dites-leur de changer de chaine", proclame Xavier Bertrand. "On va montrer une équipe de France", assure Valérie Pécresse.

"Pas de petite phrase à attendre de Michel Barnier", promet son entourage. Selon une dirigeante, il n'y aura "pas de pugilat, car le premier qui divise s'aliénera des militants traumatisés par la primaire de 2016". Même Christian Jacob, réticent aux débats à la base, se veut serein : "Zéro stress, je fais confiance aux candidats", nous confie le patron de LR.

 
Tout le monde est-il aussi serein à droite ? Non, certains ont peur que ça vire à la "boucherie": "Soit ils restent polis et on s'ennuie devant la télé, souffle un dirigeant, soit ils se tapent dessus et l'image est mauvaise". Le premier débat servira de rodage, "celui du 30 novembre ne sera pas apaisé", parie cet élu. Ce sera le dernier, dernier moment pour faire la différence

 
Dès ce lundi soir, ils vont devoir montrer leurs différences. On verra des personnalités, des styles différents, mais sur le fond aussi ils ont des différences. Prenez l'immigration par exemple. Pécresse ne croit pas au moratoire de Barnier. "C'est n'importe quoi", torpille un lieutenant de la candidate, "car l'immigration zéro n'existe pas".

 
Sur les fonctionnaires aussi ils ont des différences. Valérie Pécresse veut en supprimer 200.000, Éric Ciotti 250.000, quand Michel Barnier ou Philippe Juvin refusent de supprimer des postes à la hache. Un proche de Xavier Bertrand balance carrément : "Annoncer des chiffres ne sert à rien, ça n'est jamais tenu". Bref les candidats voudront montrer leurs différences, sans surjouer les divisions, pour éviter de s'abîmer les uns les autres car si la droite ne gagne pas en 2022, c'est tout le parti qui sera emporté.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/